L’autre fille

18 Nov

Lautrefille crédit crédit Julien Piffaut

Crédit photo : Julien Piffaut

 

 

Les histoires de famille sont souvent difficiles à bien raconter. Particulièrement quand elles touchent au non-dit et à ses conséquences. Et plus encore lorsqu’une enfant devenue adulte doit trouver les mots pour décrire son ressenti du temps où elle n’était pas adulte. Annie Ernaux fait partie des autrices capables de décrire cet intime, avec une justesse qui force l’admiration. Dans cette lettre à sa sœur qu’elle n’a jamais connue, elle dissèque cette absence. Avec émotion et raison mêlées, avec tristesse et sans pathos. Avec curiosité mais sans désir voyeuriste.

Elle décrit l’absence de celle qui l’a précédée et dont ses parents ont cherché à lui cacher l’existence. Et l’inévitable apprentissage inopiné de la vérité. Cette vérité qui fait partie de celles que l’on connaît avant même d’en avoir la révélation. Parce que l’on sent bien les silences, les regards fuyants, les souffrances, la gêne, et toutes les manifestations des secrets difficiles à garder. Ces « vrais » secrets qui ont transformé profondément ceux qui cherchent à les cacher. Et les enfants sont très souvent ceux qui captent le mieux et le plus naturellement les secrets de leurs parents. Sans forcément les comprendre mais en percevant leur gravité.

C’est cette acuité particulière que Marianne Basler retranscrit dans son interprétation. Et toutes les questions qui en découlent chez une enfant agitée comme l’était cette petite fille faussement unique. Cette petite fille pas du tout modèle se sentant sans cesse comparée sans savoir à qui elle l’était… jusqu’au jour où elle a su, par l’intermédiaire d’un tiers qui pensait sans doute qu’elle était au courant.

Dans un décor et dans une interprétation très épurés, la comédienne fait vibrer avec talent chaque nuance d’émotion de cette orpheline de sœur qui lutte pour ne pas devenir une orpheline de cœur.

Plus d’infos :

Une Réponse to “L’autre fille”

  1. Anonyme 23 novembre 2018 à 05:25 #

    A cause de plume chocolat, je viens de demander mes places pour « L’autre Fille » !…..

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :