Jeff Panacloc contre-attaque

1 Jan

Jeff Panacloc

 

On pourrait résumer mon rapport à Jeff Panacloc par une expression du type « je n’aime pas (trop) le one-man show mais ça j’aime bien ». Comme certainement beaucoup d’entre vous, j’ai fait la connaissance de l’humoriste ventriloque et de sa marionnette singe sans filtre à la télévision. C’est également devant le petit écran que j’ai rigolé du début à la fin devant la captation de son premier spectacle. Grande amatrice de cet humour qui ne plaît sans doute pas à tout le monde, mais à moi si, j’ai eu le bonheur de découvrir des places pour aller l’applaudir dans mes souliers à Noël.

J’ai donc pu assister à cette « nouvelle première » de l’artiste à l’Olympia. Après une première séquence un tout petit peu longue de « Jeff tout seul » est enfin arrivé son alter-égo tant attendu, le célèbre Jean-Marc, supposément évadé du commissariat où il aurait été mis en garde à vue pour avoir approché d’un peu trop près la femme de Donald Trump. Ce petit séjour inventé n’a fait qu’augmenter son inventivité et son sens de la provocation, qu’il parle des femmes ou de politique.

Mais pour cette contre-attaque, il doit composer avec deux nouveaux venus : Jacky, son technicien attitré, vieil homme revêche et contestataire, et Nabilouche, sa petite amie. Le célèbre singe ne voit pas forcément d’un très bon œil le fait de partager la vedette, et il redoublera d’énergie pour garder sa place de favori dans le cœur de son ami de toujours.

Surfant sur les recettes qui ont fait son succès, Jeff Panacloc nous propose un spectacle moins surprenant mais où il se livre sans doute davantage à travers ses personnages et surtout les propos qu’il leur fait tenir, avec la complicité de ses compagnons d’écriture Tom Villa et Thomas Maurion. La mise en scène de Thomas Nebot et le recours à la vidéo sont spectaculaires et nous plongent avec délice dans ce monde à part où, en faisant parler des marionnettes, l’on peut se permettre d’en dire beaucoup plus qu’autrement. L’émotion de Jeff Panacloc de revenir dans cette salle mythique est palpable et touchante. Un beau moment de grand spectacle.

Plus d’infos :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :