Les Wriggles

9 Fév

wriggles

 

J’ai connu les Wriggles il y a déjà fort fort longtemps, alors que je n’avais pas 20 ans, lorsqu’est sorti leur premier album live (et 2ème album du groupe) en 1999 (eh oui, au siècle dernier, ça ne nous rajeunit pas). Je crois l’avoir écouté en boucle pendant des semaines, voire des mois, au point de connaître par cœur quasiment l’intégralité des titres. Et puis, le temps a passé, le groupe s’est dissous et j’ai un peu oublié « Plouf » et « Julie la petite Olive », entre autres chansons mythiques. Jusqu’à il y a quelques semaines, où j’ai pu voir dans le métro s’afficher les quelques dates de concert de ces trublions du temps d’avant mes 20 ans qui a passé trop vite.

C’est ainsi que je me suis retrouvée, 20 ans plus tard mais toujours jeune, dans le public de Bobino pour un concert mêlant une agréable nostalgie de réentendre ces titres que ma mémoire n’a pas entièrement oubliés, et le plaisir de la découverte du nouvel album scellant la reconstitution du groupe (avec bien sûr des têtes nouvelles remplaçant les artistes définitivement partis chanter sous d’autres cieux). Fidèles aux codes qui les ont rendus célèbres, c’est habillés en rouge qu’ils ont poussé les premières notes de la soirée, avec l’humour décalé qui les caractérise. Et un travail de mise en scène épatant qui fait que leur prestation scénique participe tout autant au charme du concert que l’écoute de leurs textes pleins d’humour.

Le retour de ces artistes inclassables a ainsi été l’occasion de les admirer imitant un opéra allemand sur des paroles improbables, nous montrer que les recettes de cuisine sur Internet peuvent être sujettes à des polémiques invraisemblables, rire (un peu jaune) de la réforme du code du travail, ou encore des expressions irritantes. Et bien sûr de chanter avec eux sur les airs qui les ont rendus célèbres. Une jolie soirée musicale pour voir la vie en rouge…

Plus d’infos :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :