Girls and boys

10 Fév

girls boys

 

Si je devais résumer Girls and Boys en un mot, je dirais « waou ». Ce mot résume tout et suffit à mon sens à exprimer tout ce que j’ai pu ressentir durant une heure et demie en découvrant à la fois ce texte d’une force peu commune et l’interprétation extraordinaire de Constance Dollé. J’ai bien conscience que vous risquez de ne pas vous contenter de ce waou, de le trouver un peu léger, pas assez explicite, et pourtant je puis vous assurer que si vous avez la chance de vous rendre au Théâtre du Petit Saint-Martin, vous estimerez certainement que tout était en fait dit dans ces quatre lettres, mieux que toutes les phrases qui vont suivre.

Ayant envie de vous donner envie, je vais donc expliciter un peu mon admiration pour ce spectacle. Cette pièce de Dennis Kelly (qui figure indéniablement parmi les auteurs de théâtre contemporains dont j’apprécie particulièrement l’écriture) nous emmène à la découverte d’une femme à qui tout a semblé sourire depuis sa rencontre avec son mari dans la file d’attente d’un vol low-cost pour Naples. Le charme, l’humour et l’intelligence de cet homme face à deux mannequins qui tentent de l’amadouer pour passer devant et s’assurer une place dans l’avion séduisent immédiatement la jeune femme, qui vit avec lui une histoire belle et intense. Tout semble sourire à ce couple qui s’aime, réussit professionnellement et donne naissance à 2 enfants certes parfois turbulents mais qui font le bonheur de leurs parents.

Dans ce seul en scène, la femme raconte avec entrain cette phase presque sans nuage de sa vie. Qui comme vous l’aurez deviné finit par s’achever d’une façon inattendue, sur laquelle je ne révèlerai rien. Si ce n’est que ce changement est introduit avec subtilité. Et que la construction de l’intrigue a ceci de magnifique qu’il existe (selon mon ressenti) un équilibre presque parfait entre le récit jovial et coloré de l’ascension de ce couple et la partie plus sombre de ce qui va conduire à son déclin et à son inexorable séparation. Et l’on se laisse totalement happer par le premier versant comme par le second, et surtout par le charisme de cette comédienne hors pair dont on sent la conviction et le plaisir à interpréter ce texte.

La mise en scène très originale de Mélanie Leray permet chaque soir à 4 heureux élus de vivre la pièce en mode immersif puisqu’ils sont (avec leur consentement, et même plutôt le désir bien compréhensible de l’être) sur scène, autour d’une grande table où ils partagent le repas et, tout en restant silencieux, jouent aussi un rôle puisqu’ils sont naturellement pris à parti tout au long du récit. Une expérience sûrement très riche pour ces volontaires, qui doivent vivre la pièce avec plus d’intensité encore que le reste du public, pourtant déjà haletant du début à la fin. Constance Dollé nous offre un merveilleux et rare moment de spectacle vivant, sachant faire vibrer toutes les cordes du violon de notre sensibilité. Et l’on ne peut s’empêcher de souhaiter une longue vie aussi bien au texte qu’à cette comédienne qui a tout d’une grande.

Plus d’infos :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :