Les conjoints des amis et les amis des conjoints

25 Mar

 amis et conjoints

 

En préambule à ce billet, je tiens à préciser à tous les lecteurs et lectrices vivant en couple qui me connaissent dans la vie réelle que leur moitié n’est bien évidemment pas concerné.e par les propos qui vont suivre, et il va sans dire que les amis de l’homme n’ont presque aucun défaut (vous êtes libre ou pas de me croire, j’en ai conscience et je prends le risque). Et j’imagine que si je vous interrogeais en présence de l’ensemble de vos ami.e.s et/ou de votre amoureux/amoureuse, vous tiendriez strictement les mêmes propos.

Cette remarque liminaire étant posée, il se trouve que j’ai régulièrement entendu « des gens » (des vagues connaissances ou des inconnus dans les lieux publics, bien évidemment) évoquer les amis de leur conjoints ou les conjoints de leurs amis avec des termes non exclusivement élogieux se référant plus à la première qu’à la deuxième syllabe du mot conjoint voire ouvertement critiques. Au-delà de la boutade gentiment provocatrice, se retrouver dans la situation où l’on n’apprécie pas une personne que l’on est désormais amené à voir de façon régulière est légèrement complexe et peut même avec le temps devenir réellement inconfortable. Par principe, l’on souhaite logiquement s’entendre (et cette fois je suis entièrement sincère) avec l’ensemble des personnes de notre cercle amical initial et élargi aux amis de nos amoureux et aux amoureux de nos amis.  Mais que certains d’entre eux ne savent pas se rendre sympathiques, à plus forte raison lorsque l’on a l’impression qu’ils ne font pas preuve envers nos ami.e.s de l’attention que ceux-ci/celles-ci méritent. Ou qu’ils manquent d’intelligence relationnelle. Ou d’intelligence tout court. Ce qui se produit parfois, très minoritairement dans la mesure où nous savons choisir des amis ou conjoints eux-mêmes capables de bien choisir leurs amis ou conjoints, mais qui se produit quand même.

La stratégie la plus commune face à cette situation est celle de l’évitement, qui se trouve facilitée lorsque les réserves que nous ressentons sont réciproques. Limiter les rencontres n’est en effet pas idéal mais a le mérite de l’apaisement, et chacun y trouve en général son compte. Lorsque l’absence de sympathie n’apparaît pas clairement, les « choix » qui s’offrent son hélas limités à l’hypocrisie du non-dit et du sourire de façade ou aux tentatives de faire sentir ses points de désapprobation de façon assez subtile pour éviter un échange un peu trop frontal. Le clash étant malgré tout une option, mais une option risquée susceptible de compromettre l’amitié (ou de provoquer une dispute de couple gratinée). Quoi qu’il en soit, cette situation épineuse est au final l’occasion de tester notre capacité à « faire avec » des relations qui nous sont imposées et développer ainsi nos compétences en diplomatie et évitement des sujets polémiques.

La rencontre avec ces « auparavant étrangers » destinés à faire désormais partie de notre vie est heureusement beaucoup plus agréable et même géniale lorsque nous les considérons comme à la hauteur voire au-delà de ceux que nous chérissons. Place alors aux dîners, barbecues ou week-ends partagés… au cours desquels l’on n’a pas le temps de regretter les absents moins plaisants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :