J’admire l’aisance avec laquelle tu prends des décisions catastrophiques

29 Mar

aisance catastrophique

 

Il est des spectacles que l’on découvre hélas trop tard pour en parler avant qu’il ne soit trop tard. Vous pourrez donc, au cours de cet article, admirer l’aisance avec laquelle je crée (ou pas) chez vous la frustration de ne pas pouvoir assister aux représentations de ce beau dialogue de couple (tout en espérant pour l’auteur et les comédiens une reprise au Studio Hébertot ou ailleurs puisque la pièce le mérite amplement).

Dans ce face à face, François Durville, anciennement avocat d’affaires au sommet de sa carrière, présentement au chômage depuis plus d’un an suite au dépôt de bilan de son cabinet, annonce à son épouse Oriane, brillante universitaire, son intention de changer totalement de voie professionnelle en devenant balayeur. Ou plutôt, comme il se plaît à le rappeler inlassablement à sa femme, « agent de propreté urbaine ». Cette décision d’apparence incongrue, compte tenu du fossé qui sépare les deux professions, va plonger Oriane dans des abimes de perplexité.

Pensant d’abord soit à une mauvaise blague, soit à une crise passagère, elle tente de considérer cette lubie avec distance et patience. Progressivement, en constatant la détermination de son mari à suivre son projet, leur échange, ou plutôt leur face à face va prendre une autre dimension, laissant émerger ses peurs du qu’en dira-t-on bien évidemment, mais surtout pour l’avenir de leur couple.

La force du texte de Jean-Pierre Brouillaud est de ne sombrer ni dans la caricature ni dans la moquerie dont pourrait faire preuve toute personne dont le conjoint lui annoncerait une reconversion aussi radicale. Le tout en motivant intelligemment ce choix du passage d’un statut très prestigieux et hautement rémunéré à celui d’un emploi dit peu qualifié. Mathilde Lebrequier porte véritablement la pièce avec un incroyable charisme et une palette de nuances dans les émotions exprimées que l’on voit (trop) rarement sur scène. Renaud Danner lui donne subtilement la réplique dans ce rôle difficile d’homme en pleine transformatin à mi-parcours de sa vie d’homme et professionnelle. Les séquences chorégraphiées donnent un véritable relief à leur histoire de couple, à laquelle l’on ne peut pas ne pas être insensible. En cas de prolongation ou de tournée, je vous encourage vivement à prendre la décision éclairée d’aller les applaudir.

Plus d’infos :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :