Archive | avril, 2019

Pierre Dac et Francis Blanche… et réciproquement !

26 Avr

vignette-francis-blanche-225

 

Lorsque l’on évoque Pierre Dac et Francis Blanche, l’on parle d’un temps que les moins de… ne soyons pas déplaisants, mais enfin que les « moins de pas mal d’ans » ne peuvent pas connaître puisque ce duo mythique de la radio et de la télévision s’est formé dans les années 50 (oui, celles du siècle dernier) avec les petites annonces du journal satirique l’os à moelle (fondé par Pierre Dac en 1938), avant de passer à l’écriture de sketchs dont certains sont restés très longtemps mythiques, et le sont sans doute encore pour nombre d’anciens auditeurs. Tous deux écrivains et hommes de spectacles (et de cinéma), ils feront vivre pendant plus de 25 ans l’esprit « loufoque » (de la « société des loufoques » elle aussi créée par Pierre Dac) que l’on qualifierait aujourd’hui d’absurde. Lire la suite

Publicités

Retrouvailles

19 Avr

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Pour Sandra, la vie d’avant était la vie d’avant et cela faisait longtemps qu’elle avait tourné la page sur une époque dont elle se remémorait l’existence et des impressions générales, mais qui, avec le recul, lui paraissait avoir toujours été vouée à n’être qu’éphémère. Elle était jeune et avait plus que ce qu’elle pouvait désirer, vivant dans le confort ouaté sa vie d’étudiante en tourisme à Montpellier, intégrant suffisamment facilement ses cours pour pouvoir sortir et faire la fête avec des amis qui étaient nombreux à solliciter sa compagnie.

La fin de cette phase d’insouciance avait été rapide. Une banale histoire de jalousie qui avait mal tourné. Chloé, une de ses amies d’enfance, était tombée amoureuse de David, un de ses amis de promotion et lui avait demandé de jouer les entremetteuses. Sandra avait alors découvert que David s’intéressait à elle et pas du tout à Chloé, et, par loyauté, avait pris ses distances. Le jeune homme avait d’abord respecté ce sens de l’amitié, mais l’année suivante, se retrouvant en cours l’essentiel du temps avec Sandra, ses sentiments s’étaient confirmés et sa sincérité finit par toucher cette dernière. Chloé se persuada qu’elle avait été poignardée dans le dos dès le départ et conçut une vengeance particulièrement terrible, en persuadant son cousin Ludovic de piéger son amie lors d’un week-end au cours duquel elle l’avait invitée pour faire croire, photos compromettantes à l’appui prises alors qu’elle dormait, shootée à son insu aux somnifères, qu’elle avait été infidèle.  Lire la suite

Sois parfaite et t’es toi !

18 Avr

parfaite

Sois parfaite et t’es toi est une comédie rafraichissante qui parle de féminité, pas mal aussi de féminisme, et puis naturellement du fait d’être soi… surtout quand on est une femme et que l’on souhaite trouver sa place dans une société où, quelle que soit l’époque, elle n’est pas offerte sur un plateau d’argent (ni même de métal argenté). Lire la suite

A propos du fichu sentiment de culpabilité

12 Avr

coupable 1

 

Chers lectrices et lecteurs qui avez a priori tous passé les prémisses d’une enfance guimauve (ou alors vous avez appris à lire sacrément rapidement et allez probablement dépasser Einstein en découvertes révolutionnaires et en notoriété), vous savez que la vie a ses hauts et ses bas et les relations avec les proches et moins proches également. Et vous êtes conscients du même coup que dans les périodes plus tendues des relations humaines, l’on a souvent tendance à chercher un.e responsable (petit aparté : vous pouvez jeter l’opprobre sur moi pour avoir succombé à l’affreuse norme de l’écriture inclusive, j’ai cependant fait ce choix par praticité, considérant après réflexion qu’il n’est ni meilleur ni pire que le recours aux slashs ou parenthèses) des tensions et/ou de l’éloignement qui se sont installés. Lire la suite

Le malade imaginaire

7 Avr

0x1200x17383-or

 

J’avais déjà eu l’occasion de redécouvrir avec un grand plaisir le malade imaginaire   il y a un an avec la mise en scène de l’excellente compagnie Le Grenier de Babouchka. Je n’ai pas hésité à répondre oui à l’invitation qui m’a été faite d’assister à cette nouvelle version pour une soirée riche en bons moments grâce à une rencontre avec tous les comédiens à l’issue de la représentation, réservée à quelques heureux blogueurs et blogueuses dont j’ai eu l’honneur de faire partie. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots