Le malade imaginaire

7 Avr

0x1200x17383-or

 

J’avais déjà eu l’occasion de redécouvrir avec un grand plaisir le malade imaginaire   il y a un an avec la mise en scène de l’excellente compagnie Le Grenier de Babouchka. Je n’ai pas hésité à répondre oui à l’invitation qui m’a été faite d’assister à cette nouvelle version pour une soirée riche en bons moments grâce à une rencontre avec tous les comédiens à l’issue de la représentation, réservée à quelques heureux blogueurs et blogueuses dont j’ai eu l’honneur de faire partie.

Daniel Auteuil, à la fois comédien et metteur en scène, y campe un Argan donnant autant d’énergie et de facétie à son rôle que le célèbre personnage de Molière a de détermination à se vouloir malade. Il réussit à créer un univers à la fois très fidèle à l’esprit du texte et résolument moderne par le dynamisme et le caractère facétieux de l’ensemble des comédiens, Aurore Auteuil en tête pour son rôle de Toinette. Natalia Dontcheva y excelle également en épouse vénale très préoccupée par le confort que lui procure son statut et sa liberté de pouvoir chasser les amants avec la même vigueur qu’Argan met à se purger.

Victoire Bélézy donne un nouveau visage à Angélique, à la fois moins naïve et plus déterminée à se faire soutenir par Toinette que le visage que l’on a l’habitude de lui voir. Avec une scène pleine de fraîcheur dans son duo avec Cléante (Pierre-Yves Bon). La présence d’une enfant dans le rôle de Louison (3 comédiennes en alternance, avec le soir en question l’étonnante Judith Berthelot) apporte tendresse et émotion. Et d’autres trouvailles qu’il serait dommage de dévoiler apportent de la vigueur à cette œuvre impérissable. Toute cette joyeuse troupe offre une nouvelle jeunesse à cette pièce qui, grâce à son implication, paraît résolument moderne malgré sa longévité. Preuve que l’âge, comme la maladie imaginaire, est avant tout dans la tête !

L’échange post-spectacle, joli cadeau bonus, a été l’occasion de découvrir une joyeuse équipe de trublions, dont certains ont peu à envier à l’humour et au charisme de leur célèbre metteur en scène. Une belle expérience en excellente compagnie.

Plus d’infos :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :