Retrouvailles

19 Avr

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Pour Sandra, la vie d’avant était la vie d’avant et cela faisait longtemps qu’elle avait tourné la page sur une époque dont elle se remémorait l’existence et des impressions générales, mais qui, avec le recul, lui paraissait avoir toujours été vouée à n’être qu’éphémère. Elle était jeune et avait plus que ce qu’elle pouvait désirer, vivant dans le confort ouaté sa vie d’étudiante en tourisme à Montpellier, intégrant suffisamment facilement ses cours pour pouvoir sortir et faire la fête avec des amis qui étaient nombreux à solliciter sa compagnie.

La fin de cette phase d’insouciance avait été rapide. Une banale histoire de jalousie qui avait mal tourné. Chloé, une de ses amies d’enfance, était tombée amoureuse de David, un de ses amis de promotion et lui avait demandé de jouer les entremetteuses. Sandra avait alors découvert que David s’intéressait à elle et pas du tout à Chloé, et, par loyauté, avait pris ses distances. Le jeune homme avait d’abord respecté ce sens de l’amitié, mais l’année suivante, se retrouvant en cours l’essentiel du temps avec Sandra, ses sentiments s’étaient confirmés et sa sincérité finit par toucher cette dernière. Chloé se persuada qu’elle avait été poignardée dans le dos dès le départ et conçut une vengeance particulièrement terrible, en persuadant son cousin Ludovic de piéger son amie lors d’un week-end au cours duquel elle l’avait invitée pour faire croire, photos compromettantes à l’appui prises alors qu’elle dormait, shootée à son insu aux somnifères, qu’elle avait été infidèle. 

Sandra avait vécu l’horreur à la fois de ce week-end dont elle n’avait découvert qu’après coup le véritable objet, et de l’efficacité de la vengeance conçue par Chloé. David ne savait pas vraiment quoi ou qui croire, et elle ne savait pas comment lui prouver sa bonne foi, les disputes incessantes causant rapidement leur rupture. Les amis prirent aussi rapidement parti. Elle perdit rapidement la joie de vivre et l’enthousiasme qui la caractérisaient, valida de justesse son diplôme et obtint un peu par hasard au milieu du chaos ambiant un job d’été à Rome où elle resta les dix années suivantes.

Lorsqu’elle décida d’accepter l’offre d’un de ses anciens collègues et de revenir en France, elle se sentait très différente de celle qu’elle était alors. Elle avait à la fois plus de gravité et plus de détermination, qu’elle mettait au service de sa carrière, mais aussi d’une association d’ateliers artistiques pour les enfants des « quartiers sensibles » où elle donnait des cours de peinture, une passion et un talent qu’elle avait peu à peu développés en trouvant l’inspiration lors de ses déambulations dans la splendide ville italienne où elle s’était établie. Elle avait peu d’amis mais elle était sûre du lien qui les unissait. Elle plaisait toujours aux hommes mais refusait catégoriquement, depuis ce qui s’était produit, de leur faire confiance et de se laisser aller à ses sentiments. Plusieurs étaient passés dans sa vie mais aucun n’y était resté et à ce stade, cela lui convenait.

L’arrivée à Nantes se fit très facilement. Elle trouva rapidement ses repères dans cette ville pourtant bien différente de celle où elle avait grandi, et naturellement de Rome. Comme précédemment, elle s’investit rapidement dans une association artistique, changeant cette fois « d’élèves » pour accompagner des enfants malades à l’hôpital. C’est dans ce cadre qu’eurent lieu les « retrouvailles » avec le passé. Elle ne reconnut pas d’emblée le « complice » de Chloé. Lui oui. Son neveu était hospitalisé et il venait régulièrement pour aider sa sœur et son beau-frère à s’en occuper. Il avait entendu parler de la super prof Sandra mais n’avait pas fait le rapprochement jusqu’à cet instant. En un instant, tout lui revint. Sa fierté au départ d’avoir vengé sa cousine contre celle qu’elle lui avait dépeint de façon très noire et qu’il jugeait à l’époque arrogante et un peu mijaurée. Et puis, au fil du temps, la découverte de la vérité sur le comportement de sa cousine et la honte qui s’en était suivie. Il s’était d’ailleurs violemment disputé avec Chloé qui avait voulu l’entraîner dans d’autres combines malveillantes envers ceux qui résistaient à ses plans et ne lui parlait plus depuis.

Se retrouvant donc face à Sandra, il prit les devants et se présenta. Celle-ci vacilla littéralement en le reconnaissant. Elle fut rattrapée et étendue par les parents présents. Reprenant ses esprits sous le regard d’un Ludovic hagard, elle lui imposa de sortir avec un calme et une fermeté qui la surprirent elle-même. Mais le mal était fait, tout lui était revenu en mémoire comme si le temps s’était figé dix ans auparavant. Les jours suivants furent un cauchemar, elle avait perdu le sommeil et semblait perpétuellement perdue, fuyant tout contact et surtout l’hôpital. Thomas, le collègue qui l’avait embauchée et qui la connaissait depuis longtemps s’inquiéta rapidement de ce changement et tenta de l’interroger. Elle reconnaissait en effet avoir des soucis tout en refusant d’en parler, mais finit tout de même par laisser filtrer qu’un incident s’était produit à l’hôpital.

Menant son enquête, il prit rapidement connaissance de la scène qui avait eu lieu et réussit à prendre contact avec Lucie, la sœur de Ludovic, qui lui expliqua que lui aussi n’était plus lui-même depuis cette rencontre inattendue. Il lui avait tout expliqué de ce qui s’était produit à l’époque et des conséquences affreuses pour Sandra. En lui revoyant, il avait pris pleinement conscience que ce qu’il croyait à l’époque être une « potacherie tout de même un peu vache » avait profondément affecté plusieurs vies, à commencer par celle de la jeune femme. Il avait su aussi qu’elle n’avait pas été sans conséquences sur celle de David.

Leur discussion avait convaincu Thomas et Lucie qu’il fallait arriver à convaincre Sandra de revoir Ludovic. Etonnamment, elle accepta assez rapidement, à condition qu’ils soient tous les deux présents. Elle sentait qu’elle ne parviendrait pas à « retrouver son état normal » en refusant de se confronter à ce passé. Elle avait compris également que Ludovic avait pleinement pris conscience de la gravité de son geste et qu’il était prêt à accueillir sa réaction quelle qu’elle soit. La rencontre eut lieu en pleine campagne, afin que le ton puisse monter le cas échéant sans déranger personne. La mine défaite, Ludovic reconnut l’ensemble de ses torts et présenta des excuses dont il savait qu’elles étaient loin de pouvoir réparer les torts qu’il lui avait causés. Toute la colère accumulée par Sandra s’exprima mais, une fois cela fait, elle lui dit que, sans être prête à lui pardonner encore, elle lui savait gré de son repentir et de sa démarche.

Ils se revirent plusieurs fois après cela, sans chaperon, et parvinrent progressivement à échanger de façon toujours un peu tendue mais apaisée. Ludovic fit tout ce qu’il pouvait pour se racheter en rétablissant les faits auprès de ceux qu’il put retrouver. Il écrivit notamment une longue lettre à David. C’est cet acte qui fut le plus déterminant pour l’avenir. En découvrant la vérité, il fit le déplacement jusqu’à Nantes. Il estimait qu’un face à face s’imposait, après les doutes qu’il avait fait peser sur elle et qu’il savait désormais illégitimes.

Sandra fut très sensible à ses mots qui la libérèrent véritablement de ses blessures. Ils réussirent à recréer une véritable amitié. Et c’est lui qui lui ouvrit les yeux sur l’attention que lui portait son fameux collègue Thomas et qu’elle était désormais prête à recevoir… ce qui lui valut de devenir parrain d’une adorable petite Rachel. Quant à Ludovic, il s’engagea activement dans la prévention des « potacheries tout de même un peu vaches » dans les lycées et universités… ce qui lui valut une belle rencontre avec une professeure d’histoire. L’histoire ne dit pas ce que devint Chloé mais la mise à jour de son caractère exécrable lui valut… une situation peu enviable.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :