Calma no pasarán

29 Sep

calma

 

 

En note liminaire de ce billet d’humeur, je tiens à préciser d’une part pour les puristes que je n’ai jamais étudié l’espagnol et qu’il se peut donc que ce titre n’ait aucun sens grammaticalement parlant, et d’autre part que je ne me réclame pas par l’emploi d’une célèbre expression d’un quelconque mouvement politique lui aussi espagnol, j’aime simplement la sonorité des mots. Après cette phrase atrocement longue, j’en viens donc au sujet purement narcissique m’étant venu à l’esprit ce jour. Pour celles et ceux qui lisent ce blog régulièrement, il ne vous aura sans doute pas échappé, quel que soit votre capacité d’analyse psychologique, que je ne suis vraisemblablement pas l’incarnation parfaite du calme. Voire, disons-le franchement, que je peux être sujette à des excès d’enthousiasme ou de stress selon la météo morale du jour.

Cette tendance à laisser paraître mes émotions conduit depuis des années de nombreuses personnes à vouloir me donner des conseils se voulant bien avisés pour apparaître plus lisse, voire que je le devienne. Constatant dans la plupart des cas une volonté sincère de « m’aider », j’y accorde une réelle attention. Parce qu’en effet, si je n’éprouve aucune gêne à laisser voir ma passion pour certains sujets ou la joie que me procurent les belles journées, je préférerais comme je l’imagine la plupart d’entre vous savoir maîtriser les émotions moins positives lorsqu’elles surviennent, notamment le stress cité plus haut. Pour autant, parmi les avis reçus, je m’autorise à faire le tri.

Ce qui m’a amenée à remarquer depuis quelque temps une tendance répétitive des braves gens bien intentionnés à vouloir m’orienter vers les disciplines à la mode de la méditation, du yoga, de la sophrologie et autres pratiques « orientées vers le bien-être ». Je tiens à préciser que je ne doute absolument pas de l’apport de ces disciplines pour celles et ceux qui les pratiquent. Simplement, je ne souhaite pas aller dans cette direction. Et cela est parfois difficile à faire comprendre.

D’abord parce que je n’apprécie pas l’ascendant ésotérique dont elles se teintent régulièrement. Ainsi, je n’ai pas attendu la mode de la pleine conscience pour apprendre des techniques de respiration favorisant la détente, mais je n’ai strictement aucune envie de séjourner dans un ashram en Inde pour pousser plus loin les vertus de la découverte. De même que je peux apprécier une séance de stretching douce tout en ayant fui après 2 cours d’essai de pilates où ça parlait d’énergie orange dans le 3ème chakra gauche de mon 4ème karma. Force est ainsi de constater qu’en matière de détente, je préfère le cartésianisme.

Mais surtout, il me semble de moins en moins admis que l’on se détende mieux par des loisirs « non calmes ». Or, tout le monde ne se vide pas l’esprit en laissant ses pensées émerger puis s’en aller dans la position du lotus. Certaines personnes dont je fais partie préfèrent de loin une bonne séance de cardio (où les « pensées parasites » et autres messages du subconscient peuvent tout aussi bien voire mieux se présenter et être chassées à coups de kicks ou d’accélération sur tapis de course) ou passer 1h à battre le record d’épluchage-coupage de légumes. Il arrive hélas régulièrement que les apôtres du zen regardent d’un air de dédain l’enthousiasme que l’ont peut avoir après une heure de zumba. Mais l’exhortation répétée à adopter ce qui leur convient à eux, doublée d’un regard jugeant sur notre ignorance de ce qui est vraiment sain peut finir par devenir stressant… et les inviter à nous laisser faire notre séance de rameur sur Rammstein tranquillement !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :