Samia : de Pékin à Lampedusa, une odyssée contrariée

12 Nov

samia

 

Samia est une jeune athlète somalienne, qui, à force de persévérance et d’entraînement est qualifiée pour les Jeux Olympiques de Pékin, alors que rien ne la prédestinait à ce succès, pas plus son corps trop fin que la place accordée par le pays aux femmes qui courent. Et qui, défiant en plus tous les pronostics donnant ses rivales comme favorites, remportera l’épreuve de sprint.

Cet exploit lui laisse penser que sa vie va véritablement changer. Et pourtant, de retour au pays, elle se retrouve face à la même terreur politique qu’auparavant, voyant des meurtres tous les jours. Pire, sa famille subit les intimidations des caïds de la région et elle doit se résoudre à se cacher pour continuer à exercer sa passion, sans espoir donc de pouvoir poursuivre son rêve.

Mais à 18 ans, on n’a pas l’âge de s’empêcher de rêver et de tout faire pour atteindre son objectif. Samia décide donc, comme ombre de ses compatriotes pour des raisons diverses, d’entreprendre la longue et difficile traversée qui la conduira vers l’Europe. Avec comme objectif au bout du chemin de pouvoir, après les Jeux Olympiques de Pékin, participer à ceux de Londres. Rien ne lui sera épargné lors de cette odyssée, ni la promiscuité ni la vénalité et la violence des passeurs. Déterminée, elle affrontera avec courage chaque étape avec son lot de privation, de dureté et d’épreuves.

Si l’issue de ce voyage est connue dès le départ, tout l’intérêt de ce récit très émouvant est de retracer le parcours de cette jeune femme, son optimisme et la force avec laquelle elle croit à ses rêves sans jamais y renoncer. Avec la très talentueuse Malyka R. Johany, qui incarne avec brio à la fois Samia et toutes les personnes croisant son chemin, l’on vit la liesse et le caractère extraordinaire de sa victoire, l’atmosphère pesante et menaçante de la Somalie et des guerriers qui y font la loi, la difficulté à pouvoir s’entraîner de nouveau, et puis l’intensité de cette odyssée pas comme les autres à travers routes, désert et mer pour atteindre l’Europe. Et l’on ne peut que regarder autrement tous ces voyageurs en canot ou cargots dont il est si souvent question dans les médias. Avec ce texte, Gilbert Ponté leur donne un visage humain là où les journalistes même les plus engagés peinent souvent à le faire. En sachant trouver le juste équilibre entre optimisme et réalisme pour nous faire sourire parfois et réfléchir tout au long du spectacle, sans jamais tomber dans l’écueil du pathos. Cette odyssée de Samia est une magnifique découverte, à la fois essentielle et nécessaire.

Plus d’infos :

  • Samia : de Pékin à Lampedusa, une odyssée contrariée, jusqu’au 30 novembre 2019, du mardi au samedi à 21h
  • La Scène Libre, 4 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris
  • https://www.le-comedia.fr/fr/samia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :