Main basse sur le magot

17 Déc

main-basse

 

Décembre est pour moi le mois des adaptations. Après celle de « la vie est belle », j’ai pu découvrir une adaptation libre de Fric Frac, qui nous plonge donc dans l’univers des années 30 et de ses petits truands. Paul est un homme sans histoire, employé dans une bijouterie par la fille de son fondateur décédé, de 20 ans son aîné et qui lui fait du gringue sans grande subtilité. Mais lui s’est entiché de Loulou, qui gagne sa vie en faisant le tapin pendant. Avec Jo, son acolyte kleptomane porté sur la bouteille, elle tente de trouver un plan pour rembourser les dettes réclamées par la bande à Pierrot laissées par son homme qui est sous les verrous.

Naturellement, Paul fait figure de pigeon idéal pour pénétrer dans la bijouterie de la « mère Mercandieux ». Mais le plan tout tracé subira naturellement moult modification, notamment du fait des maladresses et gaffes de Jo. Julien Héteau est plus que convaincant dans son rôle de candide capable de surprendre et d’adopter aussi bien les codes de la piaule de Loulou que ceux des réceptions du grand monde au rythme du mambo. Mathilde Bourbin excelle aussi en incarnant une femme à la fois forte et fragile à la gouaille purement parisienne, en ayant su succéder à l’inoubliable Arletty en donnant sa propre couleur à Loulou. Arnaud Cassand (également adaptateur du texte), interprète un complice parfait dans son côté bourru et peu malin. Quant à Daphné de Quatrebarbes, elle est désopilante en séductrice trop insistante.

Dans un décor absolument magnifique, ces quatre complices d’une soirée nous font vivre une soirée totalement rocambolesque qui nous replonge dans le Paris d’il y a 80 ans. On rit, on tremble, on trépigne avec eux, dans un monde où tout le monde est à la fois un peu bon et un peu méchant, et surtout où tous ont un appétit de vie qui fait du bien. Main haute sur les applaudissements pour un spectacle sans faute qui vaut bien le magot laissé au guichet…

Plus dinfos :

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :