Prendre du temps juste pour soi

3 Fév

DSC02732

 

Comme cela est dit, répété et prouvé par l’exemple en permanence, la société actuelle, du moins avec nos modes de vie d’occidentaux hyperactifs et nomophobes nous tient en sollicitation permanente, avec une injonction à nous informer sur l’actualité / nous impliquer à fond au travail / bien communiquer en couple et avec nos enfants pour les personnes concernées / ne pas négliger nos amis, et même souvent nous engager pour une cause importante (ou pas importante d’ailleurs, mais en tout cas une cause). Sans oublier bien sûr de bien nous nourrir – de façon équilibrée et bio, de préférence en cuisinant nous-mêmes – et de dormir suffisamment sous peine d’être grincheux et d’imposer alors aux autres un comportement chouineur qu’ils pourraient juger désagréable.

Tous ces objectifs sont beaux, tous ont bien entendu leur importance pour contribuer à une vie épanouie. Mais à vouloir trop bien faire, l’on risque surtout de finir par se perdre soi-même. Et comme évoqué juste avant, il en va des personnes qui s’oublient comme de celles qui ne dorment pas assez, elles n’ont plus l’énergie suffisante pour montrer leur côté affable et avenant. D’où l’importance de prendre du temps pour soi. Quitte à l’inscrire couleur bic sur papier blanc dans son agenda (ou à l’aide de son clavier dans son agenda électronique pour les nomophobes vraiment irrécupérables).

Je vois déjà certain.e.s objecter : oui, mais comment faire avec 8h de boulot, 2h de trajet, les papiers administratifs à gérer, le temps qu’il est en effet important d’accorder à ses proches, et plus encore le temps incompressible de s’occuper de ses enfants lorsqu’on en a, les activités dans lesquelles on s’est engagées et qui nécessitent de l’assiduité, etc. ? Evidemment, ces contraintes existent et il ne s’agit pas de tout envoyer valdinguer. A certaines périodes de vie, l’on pourra aisément prendre 1h ou 2h par jour en moyenne pour soi, à d’autres seulement 10-15 minutes. Ou 1h-2h par semaine d’un bloc si cela nous correspond mieux : au passage, si l’on s’engage dans des activités à des périodes déjà très occupées par la vie professionnelle et/ou familiale, il faut vraiment privilégier des activités qui soient justement « pour soi », et ne pas culpabiliser de s’inscrire à un cours de peinture plutôt que de risquer de se gâcher des soirées à faire partie du syndic de copropriété.

Dans tous les cas, il est essentiel de garder ce rendez-vous centré sur soi, si court soit-il. Parce que nous avons toutes et tous besoin de savoir où nous en sommes, d’écouter ce que nous ressentons, de rompre ne serait-ce que quelques minutes avec les obligations pour laisser vivre nos émotions. De pouvoir relire notre journée ou notre semaine, de nous avouer les déceptions vécues et de mesurer leur importance, tout autant que de voir aussi tout ce qui nous a fait plaisir ou grandir. Etablir ces petits rituels, qu’il s’agisse de pratiquer une activité physique ou artistique qui nous connecte à nous même ou de s’enfermer seul.e pour lire ou réfléchir (ou écrire des billets de blog ou le futur Goncourt – oups il semblerait qu’il y ait un peu d’emballement soudain), voire de faire les 2 si on en a le luxe, peut ne pas sembler naturel au départ, et pourtant, l’on s’y fait très rapidement. Et l’on s’aperçoit par la même occasion que l’on répond mieux ensuite à toutes les injonctions citées en introduction, ou tout du moins qu’on les priorise plus intelligemment. Comme si l’inventeur de la devis « charité bien ordonnée commence par soi-même » était plus sage et altruiste qu’il n’y paraît de prime abord. Je vous invite donc – et ceci n’est pas une injonction (ou peut-être que si…) à sortir vos agendas et à réserver votre prochain rendez-vous avec vous-même, voire les suivants (on n’est jamais trop prudent).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :