Dom Juan ou le festin de pierre

6 Fév

DOM JUAN OU LE FESTIN DE PIERRE

Crédit photo : Tristan Jeanne Valès

 

J’avais déjà eu l’occasion de découvrir le travail de Jean Lambert-Wild avec Richard III, Loyaulté me lie et de faire connaissance avec le côté décalé de l’homme, toujours en Pierrot sur scène, homme-orchestre aimant à mêler les disciplines, avec un goût prononcé pour l’originalité de la scénographie, dont la créativité semble ne pas avoir de limites ou presque. Après Shakespeare donc, l’actuel directeur du Théâtre de l’Union dans le Limousin et de l’école associée s’attaque à Molière, avec une revisite décoiffante de Dom Juan, co-créée avec Lorenzo Malaguerra.

Dans un décor tout aussi étonnant que magnifique, inspiré des tapisseries d’Aubusson au point numérique, et avec un escalier extraordinaire en porcelaine de Limoges monté sur un tronc d’arbre, à la gravité de ce personnage extrême qu’est Dom Juan, nous assistons donc à l’inéluctable déchéance de ce séducteur sans scrupules.

Il est acccompagné par l’étonnante et charismatique Yaya Mbilé Bitang qui incarne un(e) Sganarelle atypique, qui n’hésite pas à secouer son maître dans les moments d’accalmie de son caractère tempétueux, avant de généralement subir les revers de médaille de son caractère impossible et les menaces associées, ainsi que par les élèves de l’école du théâtre de l’Union et par avec trois comparses comédiens et musiciens qui viennent donner autant de légèreté que de folie à l’ensemble. Visité par son ancienne maîtresse, par son père, par une jeune femme innocente qu’il arrivera à séduire, mais surtout par ses fantômes, Dom Juan finira par vivre le retour de boomerang de ses actions.

Il est difficile de vraiment retranscrire l’expérience vécue en tant que spectateur à travers les mots, tant ce spectacle est surprenant et baroque. L’on rentre dans cette proposition sans réfléchir et l’on s’y laisse porter avec plaisir. Le mélange des genres, avec un texte original adapté par Jean Lambert-Wild et Laurence Lefeuvre, des « classiques » de la chanson française passés à la dynamite, et des comédiens de talent qui s’en donnent à cœur joie, fonctionne comme un cocktail bien dosé et que seul un barman chevronné sait composer. Si vous êtes à Paris, venez faire un tour dans ce magnifique lieu qu’est la Cité Universitaire. Et pour les autres, suivez de près la tournée.

 

Plus dinfos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :