Ode aux masques

18 Mai

ode aux masques

 

 

Rarement dans l’histoire des crises sanitaires

L’on a entendu tant de voix contestataires

Autour de ces rectangles de tissu ou papier

Visant à limiter le nombre « d’estropiés »

 

D’abord jugés suspects puis superfétatoires

Ils sont entrés au cœur des débats du prétoire

Et surtout de la « guerre » contre ce nouveau mal

Se jouant entre puissances internationales

 

Les citoyens, perdus, ont ouï, hébétés

Ces revirements sur leur efficacité

Certains les adoptant dès les premiers instants

Les autres hésitant, ou jouant les résistants

 

Les soignants, à bon droit, voulant éradiquer

Ce virus inédit, se sont plaints d’en manquer

Réclamant de vrais stocks de tests et équipements

Que ne compensaient pas les applaudissements

 

Plus généralement, en termes de protection

Le masque est apparu comme une obligation

Pour se déconfiner et jouir de l’été

Il a été acté qu’il fallait en porter

 

Si beaucoup, c’est dommage, continuent à chouiner,

Les autres, bon gré mal gré, se couvrent bouche et nez

Désireux d’assumer leurs responsabilités

Et, autant que possible, d’assurer leur santé

 

Bien que les stocks arrivent enfin de la lointaine Chine

Mais aussi d’ateliers ou de proches usines

La pénurie demeure, doublée d’une inflation

Qui pousse à innover pour leur fabrication

 

Pliage ou découpage d’anciens oripeaux

Ou de tissus fleuris et soyeux pour la peau

Couture vitesse éclair avec la vieille Singer

Ou bien avec patience, à la main, sans manières

 

Chacun.e selon ses goûts, son budget, ses talents

Fait son stock pour pouvoir sortir bon an mal an

Acceptant pour beaucoup assez difficilement

Les contraintes que présente ce nouvel ornement

 

Loin du charme de Zorro ou bien de Fantômette

Ce masque très couvrant qui cache les pommettes

Fait de ceux qui le portent de précieux acteurs

D’un monde où le Covid cesse d’être destructeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :