Archive | juillet, 2020

Lettre à la fraîcheur

31 Juil

31243133673_1530764a1b_c

 

Chère fraîcheur,

Je tenais à m’adresser à toi aujourd’hui, car tu es visiblement partie en vacances pour une destination très très lointaine, y compris de l’Arctique à laquelle tu sembles manquer plus encore qu’au reste du monde. Cela fait désormais des semaines que l’on ne t’a pas réellement vue réapparaître puisque tu sembles avoir décider de t’éloigner au moment même où la moitié de la population mondiale s’est vue confiner à cause de la maladie de l’année qui ne cesse de changer de nom mais hélas pas de niveau de dangerosité. Lire la suite

Gangrène, une histoire d’amour

17 Juil

Capture d’écran 2020-05-18 à 17.15.02. 

 

J’ai longuement hésité à écrire cet article sur le blog. Parce que même s’il est « éclectique », entre chroniques de spectacles, billets d’humeur, réflexions sur le monde professionnel, poèmes et mini-histoires, j’ai toujours souhaité éviter d’y parler de mes lectures. La peur de mettre le doigt dans un engrenage que je ne souhaite pas. A laquelle s’ajoute la difficulté à bien parler de ce que je ressens en tant que lectrice et l’envie plus globale de ne justement pas en parler. Lire la suite

Ultragirl contre Schopenhauer

17 Juil

ultragirl

 

L’année 2020 restera forcément unique dans l’histoire en général, et dans celle du spectacle vivant encore davantage. Ayant commencé très difficilement avec les grèves des transports qui ont freiné plus d’un spectateur, elle a subi un coup d’arrêt inédit avec l’épidémie de Covid, dont, rappelons-le, nous sommes encore loin d’être sortis. Avec les mesures de distanciation et l’annulation des festivals, l’on s’attendait à ne plus pouvoir retrouver le plaisir immense de voir des comédiens sur scène avant septembre. Et par bonheur, les « petites salles » peuvent désormais rouvrir. Tout en préservant la santé des spectateurs, ce qui me tient tout autant à cœur que la joie de retourner dans les salles, avec des sièges vides entre chaque groupe et l’obligation de porter le masque (que j’encourage tous les inconscients et relativistes à respecter). C’est ainsi que j’ai eu le bonheur d’assister cette semaine, dans le cadre d’un « mini » festival organisé par le Théâtre 14, à l’une des 3 représentations d’Ultragirl contre Schopenhauer. Lire la suite

La malédiction des livraisons

10 Juil

Illustration of package delivery worldwide with delivery person., HD wallpaper

 

Le confinement a suscité de nombreux débats sur les ventes en ligne, et notamment sur le côté éthique de consommer, en exposant ainsi des livreurs au virus pour des achats souvent non essentiels (hors courses alimentaires bien sûr). A fortiori quand les sites sur lesquels étaient passées les commandes n’étaient pas réputés pour leur politique sociale, ni envers leurs salariés, ni envers les sociétés de livraison auxquels ils sous-traitaient l’acheminement des colis. Certain.e.s estimant que l’aspect sanitaire devait primer, d’autres que les livreurs bien que précaires avaient besoin du revenu procuré par leur activité (et, au-delà de ça, que beaucoup d’entreprises risquaient la liquidation judiciaire sans le soutien des commandes en ligne). Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots