Electro Street – 24h avec la street

29 Juil

Parfois, le hasard vous emmène sur la voie du coup de foudre (artistique, entendons-nous bien) sans vous prévenir. J’ai eu cette immense chance en découvrant Electro Street au Cabaret Sauvage sans vraiment savoir à quoi m’attendre. J’avais en effet prévu de voir Costard, et puis, voyant qu’un autre spectacle précédait, la néo-maman que je suis, avec un nombre limité de soirées disponibles, a choisi que, tant qu’à traverser Paris, autant en profiter pleinement. Et je suis vraiment ravie de l’avoir fait tant ces 24h avec la street ont illuminé ma journée voire ma semaine.  

Sortons donc de ma tendance habituelle à digresser pour parler de ces 5 phénomènes extraordinaires qui composent Electro Street, de leurs surnoms Kyrra, Le Fiasc, Bats, Taylor et Skip, qui ont été rien moins que trois fois champions du monde de danse électro. Ce que, totalement béotienne de cette discipline, et me trouvant face à eux comme précisé précédemment sans m’être vraiment renseignée, j’ignorais totalement. Et il va sans dire que j’ai été impressionnée par leur talent, derrière lequel se trouve très certainement 90% de travail. Mêlant une technicité qui force l’admiration à une énergie plus que communicative, ils m’ont particulièrement impressionnée par la joie évidente qu’ils éprouvent sur scène, à être ensemble ET avec leur public. Alors que les tensions autour de vous savez quoi sont toujours vives et souvent usante, cette joie pure est en soi déjà un cadeau plus qu’appréciable.  

Tout commence donc par le bruit d’un smartphone sonnant le réveil pour ces messieurs endormis, qui, vous vous en doutez, ne se lèvent pas comme vous et moi en baillant et s’étirant tels des zombies grimaçants et disgracieux, mais avec souplesse et harmonie, dans des mouvements parfaitement coordonnés qui donnent d’emblée le ton de cette représentation hors du temps. Changeant de style chorégraphique comme de chemise vêtements, nous régalant même de la vue de leurs torses harmonieusement musclés pour un temps, ils expérimentent et s’amusent tout autant qu’ils donnent au public envie de bouger avec eux. Ils semblent capables de tout, du solo au quintet en passant par le duo et le trio, se mouvant aussi bien sur Daft Punk que sur de la musique latino en passant, et il fallait oser, par du Gérard Blanc remixé, aussi à l’aise sur scène qu’au milieu de la salle, interagissant avec les enfants présents, en résumé témoignant qu’ils ne sont pas uniquement des danseurs mais bien des artistes avec un grand A.

Ils nous permettent de vivre un grand moment, avec une mise en scène sans faille de Régis Truchy, aussi à l’aise dans les mouvements du haut que du bas du corps, dans la mélancolie que dans l’ambiance d’une nuit de folie, dans le romantisme que dans une atmosphère caliente, dans le retro que dans la modernité. Et en bonus, ils s’offrent même le luxe de nous émouvoir avec le très beau texte qui reflète l’âme de le troupe écrit par Loic Mbumba. Après 1h15 à ce rythme effréné, l’on se sent heureux, avec une folle envie de danser, voire même pourquoi pas, de se mettre à la danse urbaine pour acquérir aussi bien leur souplesse que leur bonne humeur.

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :