Archive | octobre, 2021

Du lundi au dimanche, l’esprit qui penche

28 Oct

Lundi morose lundi pas rose

Encore une semaine dont je n’attends pas grand-chose

Et pourtant j’y crois aussi fort que possible

Une bonne nouvelle est toujours possible

Mardi humide mardi timide

Il va sûrement falloir que je me décide

A sentir la pluie qui coule en mon cœur

A respirer pleinement son odeur

Lire la suite

Liste des spectacles chroniqués

26 Oct

Chers lecteurs et lectrices, j’ai plusieurs fois tenté de mettre à jour les dates et horaires de mes chroniques théâtrales lorsque les pièces sont prolongées ou reprises, mais faute de temps, cela devient vite complexe pour moi (d’autant que certains spectacles changent de salle plusieurs fois). Pour que tout le monde y gagne, je vous mets donc un tableau par ordre alphabétique de tous les spectacles chroniqués ici et la salle où ils étaient quand je les ai vus. Ce tableau est mis à jour tous les 2 mois environ en théorie (en réalité, c’est de plus en plus aléatoire) en y ajoutant donc les lignes correspondantes :

Bonnes sorties

Le Jeu d’Anatole ou Les Manèges de l’Amour

26 Oct

Si Jacques Offenbach et Arthur Schnitzler ont tous les deux des origines germanophones, ils n’ont guère eu l’occasion de se croiser, le premier étant décédé avant que ne démarre la carrière du second, avec sa toute première pièce de théâtre « Anatol ». Tom Jones a pourtant eu l’excellente idée, en plein 21ème siècle flamboyant, de réunir les airs du célèbre compositeur et les mots du médecin-écrivain pour nous transporter dans les aventures de couple et de séduction à travers le vingtième siècle. Vous vous sentez largué.e ? Pourtant rien n’est plus atemporel, ou intemporel, que l’amour et ses rebondissements.   

Lire la suite

Angelo, Tyran de Padoue

25 Oct

Angelo Tyran de Padoue fait partie des grandes œuvres théâtrales de Victor Hugo, injustement méconnue par rapport à Ruy Blas, Lucrèce Borgia ou Hernani, et hélas trop peu souvent portée sur scène bien qu’ayant vu, parmi ses plus illustres reprises, le rôle phare de Tisbé interprété par Sarah Bernardt. A la fois tragique et légère, cette pièce à la fois politique et dynamique, tragique et romantique, mérite aussi bien d’être lue que vue. Et en cette rentrée théâtrale tant attendue, la Compagnie Raymond Acquaviva nous donne l’occasion de savourer ce texte avec la même délectation que la première bière du mois de juin lors de la réouverture des terrasses.

Lire la suite

Mes 39 marches

18 Oct

Chères lectrices et lecteurs, l’heure est bientôt venue de clore la décennie supposée de l’âge d’or pour les femmes, non sans un brin de nostalgie, et pour autant sans regret. Alors que, s’il m’est permis d’user une dernière fois de cette punchline « so 2020 », je sors de la quarantaine du confinement pour rentrer dans celle des ridules et des premiers cheveux blancs, alors aussi que symboliquement, j’arrive au milieu de ma vie, au tiers de mon parcours professionnelle, tout en débutant tout juste ma vie de famille, j’avais envie de jeter un regard tendre sur les 39 années écoulées. Et en adepte du vintage ayant eu sa grande période de découverte cinématographique, l’hommage à Alfred Hitchcock, celui dont les films ont bercé ma vingtaine, me paraissait totalement à propos.

Vécus ou romancés, enjolivés ou minorés, j’ai eu envie de relire ces 39 années à ma manière, avec mes sentiments et mes souvenirs, plutôt qu’avec rationalité et véracité :

0 an : premiers pleurs et premiers sourires dans un pays qui a eu la bonne idée d’abolir la peine de mort pour fêter ma venue

1 an : avec l’esprit d’une jeune aventurière, j’escalade du lit d’enfant la barrière ; de cette mésaventure me vient peut-être le sens de la prudence (et des alexandrins)

2 ans : les mots font leur entrée dans ma vie. Je retrouverai bien plus tard le langage « yaourt » utilisé dans le travail d’apprentie comédienne, mais je savoure ce champ illimité d’expression

3 ans : j’aime à m’imaginer formuler des pourquoi à l’accent tantôt kantien tantôt hegelien

4 ans : je chante le chagrin de mon petit lapin, et quelques années plus tard je le dégusterai en civet, les graines du cynisme sont déjà plantées, plus sûrement que les choux

5 ans : la découverte d’un clown à la maternelle me plonge dans des abysses de perplexité, cet humour n’est pas le mien, je préfère rigoler au sein des bubblies en 33 tours

Lire la suite

Elle(s)

11 Oct

Elles(s) est une magnifique découverte dans cette saison théâtrale si attendue. Un spectacle nécessaire qui parle avec des mots très juste des femmes face à tous les obstacles qu’elles ont du et doivent encore franchir pour être égales en dignité et en intégrité. Un spectacle qui fait entendre ces voix à travers les mots d’un homme qui a su écouter les femmes, Patrick Dray, et grâce à l’interprétation sublime de Camille Remy, avec un parfait dosage d’énergie et de subtilité, de rébellion et de douceur, comme le serait la recette d’un gâteau réussi. J’aurais envie d’arrêter ici ce billet, non par fainéantise, mais parce que tout ce qu’il est important de savoir avant de vous rendre au 100ECS demain (et je l’espère plus tard dans d’autres salles) réside dans ces 3 phrases. Et que, comme à Noël, l’on profite mieux de l’ouverture des cadeaux lorsque l’on ne s’est pas auto-divulgaché la surprise en allant ouvrir le placard en cachette.

Lire la suite

Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur

4 Oct

Alors que les évènements se succèdent depuis que les confinements-couvre-feu-restriction-d-ouvertures-diverses-et-variés ont été assouplis, à l’occasion des 75 ans de la publication du Petit Prince, le théâtre participe lui aussi à faire (re)vivre cet écrivain aventurier. Et le Théâtre du Splendid a choisi de nous permettre de découvrir l’homme sous toutes ses facettes avec ce spectacle sur « le mystère de l’aviateur », qui nous emmène en parallèle dans deux directions moins opposées qu’il n’y paraît de prime abord, à travers celle d’une famille venant d’enterrer le grand-père d’un adolescent rebelle d’un côté et celle du célèbre Saint-Ex de l’autre.

Lire la suite
amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots