Tutu * 2

29 Nov

TUTU-theatrelibre40x60-BAT4-charte-3236505242

Tutu : 2ème

Cet article aurait pu être nommé « Tutu – la récidive », puisque j’ai eu l’immense chance, sept ans après avoir découvert les danseurs de Chicos Mambo dans Tutu… de redécouvrir les danseurs de Chicos Mambo dans Tutu. Et de me ré-émerveiller devant le talent de ces artistes et de leur génial chorégraphe, Philippe Lafeuille. Le succès et la longévité du spectacle, qui conjugue toujours talent, humour, créativité et beaucoup de technicité, ne doit rien au hasard : cette troupe est généreuse et les voir fait du bien aux zygomatiques, à l’esprit (car sous l’apparente légèreté sont subtilement diffusés quelques messages de respect et de cohésion) et à l’espoir.

Je ne répéterai donc pas ce que j’avais écrit lors de ma « première tutu-isation », et qui apparaît ci-dessous. Evidemment, le temps faisant son œuvre, j’avais oublié la plupart des détails, et j’ai redécouvert les numéros, qui ont certainement évolué entre temps, presque comme si je venais pour la première fois. En revanche, je me souvenais de cette bonne humeur, de ce grain de folie, de l’exigence de la danse, cette combinaison un peu magique qui fait que j’ai saisi cette très belle occasion de revoir le spectacle. Et je pense avoir encore plus apprécié ce « rappel », assorti de surcroît d’une excellente nouvelle : la compagnie revisite Car/men, et, après déjà quelques représentations de cette nouvelle création, s’installe à Paris pour  enchanter les fêtes.

Plus d’infos :

Tutu

Tutu : 1ère

En voyant l’affiche de Tutu, on ne sait pas réellement à quoi s’attendre, même si l’on sent poindre une légère miette d’irrévérence au genre sacré qu’est la danse classique devant la photo de cet homme avec son costume en tulle rose qui sautille sur des pompons géants, eux aussi en tulle. Et appréciant l’audace et l’irrévérence lorsqu’elle est bien assumée, j’étais curieuse de découvrir la compagnie Chicos Mambo, qui n’en est apparemment pas à son coup d’essai.

Et à peine la lumière de la salle éteinte, ces six danseurs (plus une danseuse mais chut, je n’en dis pas plus) ont su donner le ton du reste de ce spectacle de génie. Parce que le premier tableau, celui où l’on découvre donc le costume de l’affiche porté par ces six personnages ayant trouvé leur auteur, est, à l’image de tout ce qui suivra, à la fois empli d’humour et esthétiquement génial. Sans trop en dévoiler, voir ces 12 pattes de poulets se mouvoir avec une grâce décalée mais pleine de beauté est tout simplement génial.

S’en suivent dans le désordre du hip hop, du tango, de la salsa, et de la danse des canards. Et puis de drôlissimes parodies de ballets classiques et des « incidents » qui s’en doute s’y produisent au moins en répétitions, lorsque les deux danseurs stars ne sont pas sur la même longueur d’ondes.

L’ensemble est porté par un grand talent pour le comique et la dérision, voire même l’auto-dérision. Et aussi, et c’est essentiel pour la crédibilité de l’ensemble par une technicité irréprochable des artistes. Ce sont incontestablement d’admirables danseurs, qui maîtrisent tout ce qu’ils font, des entrechats aux pointes, et du moon walk à la coupole. Le tout en s’amusant comme des gamins, ainsi que semblent en témoigner leurs larges et charmants sourires.

Assurément le spectacle à voir pour se dérider en riant d’admiration devant cette magnifique troupe un jour de morosité.

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :