La Course des Géants

18 Déc

Il y a trois ans, je découvrais Les Crapauds Fous de Melody Mourey, un spectacle qui avait déjà rencontré à juste titre un très gros succès. Aussi ai-je tout de suite souhaité, en voyant l’affiche du nouveau spectacle de Melody Mourey, la Course des géants, me rendre au théâtre des Béliers Parisiens pour le découvrir. Et puis j’ai laissé passer les semaines, et le succès a de nouveau été au rendez-vous, ce dont je ne doutais absolument pas, et je me suis dit qu’il fallait vraiment que je vois cette pièce sur la conquête de l’espace de mes propres yeux. Et j’ai été séduite, happée, emportée dans le tourbillon de la mission Apollo, racontée par la très talentueuse autrice / metteur en scène à travers l’histoire de Jack Mancini, personnage imaginaire génie des maths et passionné d’espace, qui, pris sous son aile par un professeur d’université bluffé par son potentiel, entrera à la Nasa.  

Grâce à la troupe de six comédiens, qui interprètent tous avec brio de multiples rôles, l’on est donc transportés, à un rythme proche de la vitesse de la lumière, dans cette période à la fois lointaine et proche des premières missions dans l’espace, avec naturellement le premier pas sur la lune, lequel sans surprise avive la vocation du jeune chien fou qu’est Jack Mancini, aussi tête brûlée que fort en équations (magnifiquement interprété par Jordi Le Bolloc’h). Après bien des péripéties et grâce au soutien indéfectible de son mentor, il sera donc accepté à la Nasa, malgré, ou plutôt grâce à son irrévérence.

Se trament alors, autour de la préparation de la mission Apollo 13, bien des intrigues à base de Guerre Froide, d’amitiés qui résistent plus ou moins aux aléas de la vie, de guerre d’égos et d’amour aussi puisque Jack va rencontrer celle qui deviendra sa femme, incarnée par Anne-Sophie Picard, une vraie découverte également et une voix envoûtante lorsqu’elle chante, mariage qui permet, au-delà de la thématique principale, de traiter aussi très intelligemment de la question du couple et de la place pour les rêves de chacun.e. Qu’il s’agisse de la période « universitaire », de celle des premières armes à la Nasa ou de l’effervescence juste avant le départ pour la lune, le spectacle repose sur un subtil équilibre entre l’ambition spatiale et les joies et déboires de la vie sur terre, entre humains imparfaits tous en quête de leur étoile.

Dès la première minute, l’on se trouve donc embarqués dans cette fusée, avec des décors qui changent aussi rapidement que les comédiens de costume et de personnalité, une utilisation extraordinaire de la vidéo, des répliques qui fusent, des émotions qui explosent, et l’envie que cette expédition se prolonge encore lorsque le rideau hélas, finit par se fermer. Si vous aimez la magie, les paillettes dans les yeux, les croissants de lune, les histoires de trahison et d’amour ou vice-versa, les surprises, que les mystères de l’espace vous fascinent, si vous pensez que le théâtre ce n’est pas pour vous mais que quand même vous aimeriez vérifier, si vous adorez déjà le spectacle vivant, si vous avez besoin de joie et de pep’s dans votre vie, alors sans aucun doute, vous devez courir à la rencontre des géants de la scène du théâtre des béliers (ou d’ailleurs si la pièce part en tournée à l’issue des représentations parisiennes, ce que l’on ne peut que souhaiter).

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :