Les lieux magiques

20 Juil

Afin d’éviter toute confusion, je précise en propos liminaire que je ne me crois ni dans le monde de Narnia, ni dans celui d’Houdini, et que ma tête ne croise guère le monde des nuages que lorsque je prends l’avion, ce qui n’est pas arrivé depuis un temps certain, avant que le monde ne découvre qu’une pandémie, malgré tous les progrès réalisés depuis l’époque de la peste et du choléra, pouvait le bouleverser en profondeur. Je n’ai donc nulle intention de tenter de vous faire croire à l’existence d’une vraie fontaine de jouvence, d’une forêt peuplée de licornes ou d’un parc de toboggans en arc-en-ciel avec des escaliers en guimauve (encore que cette dernière idée pourrait certainement plus facilement se concrétiser).

Pour autant, il existe des endroits où la réalité peut s’échapper quelques instants, quelques dizaines de minutes ou quelques heures, où le temps cesse d’imposer son diktat, où l’on peut oublier que le monde va mal à beaucoup trop d’endroits, au sens propre comme au figuré, ou l’on peut cesser de penser à nos contrariétés ou à tout ce que nous « devons » faire pour juste vivre le moment présent en toute sérénité. Ces lieux sont précieux, ce sont des espaces de liberté dont il est essentiel de savoir profiter.

Souvent découverts par hasard, ils répondent à une part de notre sensibilité qui a besoin d’être apaisée ou émerveillée. J’ai eu envie d’en partager quelques-uns qui me transportent dans cet état de bien-être garantie sans moquette ni fumette :

  • Les librairies à l’ancienne, avec leurs étagères en bois authentique et leur coups de cœur des vendeurs notés sur des étiquettes manuscrites, qui savent mettre en avant des essais ou des romans qui sont cachés dans les grandes chaînes et les relay
  • Les bords de lacs, plus encore au soleil couchant, parce qu’ils sont par essence des lieux de tranquillité, où l’on peut regarder le soleil se refléter au doux son de l’eau
  • Un hamac tendu entre deux arbres quand le temps est printannier, pour se laisser bercer et même rejoindre Morphée
  • La Cité de l’Architecture, parce que ce musée est calme et magique, spacieux et inspirant, et que l’on peut y voyager à travers les siècles et les continents simplement en traversant ses galeries
  • Les salons de thé chargés d’histoire, où l’on sent l’ombre des gens importants tout autant que de ceux qui s’y offrent un moment d’exception
  • L’ombre des arbres centenaires qui ont vu des générations se succéder sans jamais cesser de gagner en solidité et en beauté.

Et vous, quels sont vos espaces de magie et d’évasion ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :