Les Demoiselles

4 Août

Une pièce de théâtre se déroulant dans les années 1950, qui parle de femmes, en musique et avec, cerise sur le sundae, un pianiste pour les accompagner, il ne fallait pas davantage d’arguments pour me convaincre de foncer découvrir ces demoiselles du téléphone (pas celles de la série Netflix, malgré des caractères également bien affirmées) en quête de la vie idéale telle que définie selon les standards de l’après seconde guerre mondiale, ou du moins veulent-elles le faire croire.

Car derrière le sourire affiché et la quête du mari idéal, ces jeunes opératrices, leur supérieure hiérarchique et la paranoïaque femme du patron, semant la terreur auprès de toutes celles qui pourraient attirer l’œil de son mari volage, ont des ambitions en réalité autres que celles de leur époque. Pour nous, elles soulèvent tour à tour les masques de la recherche du prince charmant pour afficher leurs espoirs et leurs doutes dans un monde qui les voudraient formatées.

Parmi ces demoiselles, il y a Jo la rigolote (facétieuse Madison Golaz) qui joue les narratrices avec une liberté qu’elle n’a pas au quotidien, Lily la future épouse parfaite (surprenante Juliette Béchu à la vois aux multiples nuances), Catherine la fausse candide venue de Normandie (Marion Perronet et son énergie débordante), l’énigmatique Nicole (faussement stricte Eva Gentili) et enfin Catherine, la seule non demoiselle puisque femme du patron (fragile Hélène Buannic, également autrice de la pièce), riche mais malheureuse de se voir cocufiée à l’envi. Tour à tour, elles expriment en chansons leurs rêves et leurs frustrations, avec espoir et passions, accompagnées par le talentueux Stan Cramer au piano.

Sous un abord initialement candide, les demoiselles nous entraînent dans des intrigues et des rebondissements que l’on ne voit pas venir, et surtout posent un regard à la fois critique et optimiste sur l’émancipation des femmes. Peut-être y aura-t-il une mise en regard en 2092 sur la situation des femmes occidentales d’aujourd’hui… les paris sont ouverts. En attendant, profitez de ce joli spectacle intelligent et pétillant dans la douceur de la climatisation.

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :