Archive | Théâtre – Chroniques Spectacles RSS feed for this section

Vive la vie

26 Jan

vive-la-vie-40x60

 

J’ai découvert la Compagnie Interface il y a de cela un peu plus de 7 ans avec Shabbath, et, pour l’anecdote, ma chronique sur ce spectacle a été l’une des toutes premières faites sur ce blog (la 2ème pour être précise), moins de 10 jours après l’avoir créé. Les années ont passé, j’ai eu l’occasion de voir beaucoup de spectacles de danse qui m’ont marquée, de découvrir aussi d’autres créations de cette compagnie atypique (Teruel et l’Oubli des Anges), mais c’est bien cette première découverte qui m’a laissée le souvenir le plus marquant. Autant le dire d’emblée, j’ai adoré Vive la Vie mais pour une raison de pure sensibilité, Shabbath est et restera numéro un jusqu’à nouvel ordre dans mon classement des créations toutes extrêmement intenses et inoubliables de cette compagnie qui mélange musique, danse et théâtre et ce petit plus difficile à qualifier, à l’image d’une épice rare qui relèverait et révélerait le goût inimitable d’une recette réussie. Lire la suite

Un fil à la patte

23 Jan

fil patte

 

Il est de notoriété publique que monter une pièce de Feydeau, a fortiori l’une des plus célèbres comme l’est le fil à la patte, requiert de la passion, de l’engagement, énormément d’énergie et un sens aigu de la précision pour gérer les entrées / sorties et les fameuses « portes qui claquent ». La Compagnie des Hauts de Scène a choisi de relever le défi et nous offre une interprétation pleine de fraîcheur, dans une version très charleston qui fonctionne à merveille. Lire la suite

Tout Molière… ou presque

19 Jan

moliere ou presque

 

L’on pourrait penser que, compte tenu de la célébrité de Molière, il est difficile de proposer une pièce résolument nouvelle, voire même une mise en scène jamais imaginée d’une des 33 pièces de Jean-Baptiste Poquelin. Et pourtant, près de 350 ans après sa mort, les textes qu’il a laissés permettent encore de surprendre, de s’amuser, de réfléchir… sans que leur succès ne se démente, bien au contraire. Cette saison, la compagnie Les Nomadesques a décidé de réinventer Molière de façon originale, en condensant son œuvre en 1h10, à travers un spectacle contenant au moins une réplique de chacune de ses pièces, avec une histoire originale mais s’appuyant sur celles imaginées par Molière. Lire la suite

Trop de jaune – les dernières heures de Van Gogh

19 Jan

f227a9_8708cf702d6446529cd3a5438fdc4f77~mv2

 

 

Autant le dire d’emblée, « trop de jaune » est une pièce inclassable. Ancrée à la fois en 1890, à l’heure de la réelle agonie du célèbre peintre à l’oreille coupée, et en 2020, montrant que la société a ses permanences et ses impermanences, mais, qu’à 130 ans d’écart, elle est porteuse de tout autant d’ambivalences. Lire la suite

Plus haut que le ciel

29 Déc

0x1200x21845-or

 

Alors que fort malheureusement, la France a renoncé à concourir réellement pour l’Exposition Universelle de 2025, ayant préféré tout miser sur les Jeux Olympiques (à mon grand regret) un an plus tôt, le Théâtre Fontaine a pour sa part décidé de nous replonger dans l’effervescence de ce temps où Paris aimait à faire rayonner l’inventivité et la capacité d’innovation, et où, il y a désormais plus de 130 ans, la capitale accueillit cet étrange monument qui en constitue désormais l’un des plus célèbres symboles. Lire la suite

Délivrés de famille

18 Déc

 

délivrés

 

Tout commence comme un dîner d’anniversaire normal dans une famille normale, 2 parents, 2 enfants, une jeune femme et un jeune homme volant de leurs propres ailes, elle jeune mère épanouie, lui cadre dans l’informatique parti pour un an travailler en Inde. Seulement, les familles normales n’existent vraisemblablement pas et certainement pas au théâtre. Et en plus du cadeau d’anniversaire classique fait à leur fille, les parents ont apporté un présent très particulier à leurs deux enfants : une « déconnaissance » de parentalité afin de les « libérer » de tout lien filial et leur permettre de construire une nouvelle forme de relation. Lire la suite

Main basse sur le magot

17 Déc

main-basse

 

Décembre est pour moi le mois des adaptations. Après celle de « la vie est belle », j’ai pu découvrir une adaptation libre de Fric Frac, qui nous plonge donc dans l’univers des années 30 et de ses petits truands. Paul est un homme sans histoire, employé dans une bijouterie par la fille de son fondateur décédé, de 20 ans son aîné et qui lui fait du gringue sans grande subtilité. Mais lui s’est entiché de Loulou, qui gagne sa vie en faisant le tapin pendant. Avec Jo, son acolyte kleptomane porté sur la bouteille, elle tente de trouver un plan pour rembourser les dettes réclamées par la bande à Pierrot laissées par son homme qui est sous les verrous. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots