Tag Archives: amitié

Le poids du mensonge

29 Mai

Capture

Quinze ans qu’ils formaient une bande d’amis inséparables, depuis leurs premiers pas à l’université. Valérie, Adrien, Patrick et Stella. La bande des VAPS comme ils se surnommaient eux-mêmes. Ensemble, ils avaient franchi beaucoup d’étapes de leur vie. Ils avaient découvert les soirées estudiantines, les déconvenues des partiels ratés pour cause de découverte trop intensive des dites soirées, la satisfaction de décrocher quand même leur première année après un rééquilibrage entre temps festifs et temps passés à la bibliothèque, les choix de filières après la licence, l’éloignement consécutif à ces mêmes choix de filières, les galères des stages et des premiers boulots avec là encore quelques déménagements. Et puis à côté les amours plus ou moins fixes des uns et des autres, le canapé toujours ouvert de l’un des amis après une mauvaise rupture. L’émerveillement lorsque Patrick avait ouvert le bal de la parentalité, bientôt suivi par Valérie. Ils avaient recréé une authentique deuxième famille, qui avait su d’ailleurs s’intégrer à leurs familles respectives, les uns étant régulièrement invités chez les parents, frères et sœurs des autres.

En somme, si, comme dans tout groupe, il y avait eu quelques coups de gueule mémorables et une tentative de rapprochement assez rapidement avortée entre Valérie et Adrien, ces quatre-là étaient aussi complémentaires que les quatre éléments, et aucune grosse ombre ne planait au tableau de leurs quinze ans d’amitié. Lire la suite

Publicités

Discrète

2 Sep

Berlin Août 2016 (131) 

Discrète. C’était sans doute le mot que la plus grande partie de son entourage aurait employé si on leur avait demandé un seul mot pour la décrire. Elle-même aurait sans doute employé le même terme, bien que l’idée de réduire une personne à un seul mot, à commencer par elle-même, soit en totale contradiction avec son regard sur les gens, là aussi en commençant par elle-même. Elle était de ces personnes que l’on ne remarque jamais ou rarement, dès lors qu’elle n’était pas seule face à face avec son interlocuteur. Elle en était consciente et regrettait parfois ce sentiment de transparence mais la plupart du temps, elle ne s’en formalisait pas. Elle appréciait même le confort que lui procurait son caractère effacé, lui permettant d’écouter les conversations sans se sentir obligée d’y intervenir, et lui évitant du même coup les inimitiés que peuvent faire naître les positions très tranchées ou polémiques des personnes plus exubérantes.

Sa discrétion n’était pas pour autant synonyme d’une quelconque mièvrerie, d’une timidité maladive ou d’une absence d’opinion sur la politique, la météo, la protection des animaux et autres sujets qu’abordent traditionnellement les groupes de connaissance ou d’amis. Elle n’avait en effet aucune difficulté à s’exprimer lorsque, à de rares occasions, quelqu’un se tournait vers elle pour lui demander « et toi, t’en penses quoi ? ». Elle savait alors fournir une réponse concise sur un ton très calme, qui contentait l’assistance et lui permettait de retourner à l’indifférence relative dans laquelle le groupe la tenait jusqu’alors. Elle se plaisait alors à assimiler les propos des uns et des autres, à les malaxer intérieurement comme un gros bloc de pâte à modeler et à s’envoler dans ses pensées, imaginant ce qu’allait répondre untel ou unautretel présent ce jour-là ou une autre personne de sa connaissance, tout en continuant à suivre les conversations d’au moins une oreille, ne serait-ce que pour le cas où on lui demanderait effectivement son avis sur ce qui venait de se dire. Lire la suite

Les relations, le soleil et les fruits

10 Avr

Rz_1a

Cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé de relations, même si la vie vaut essentiellement par celles que l’on a avec les autres. Et surtout avec les autres qui nous veulent du bien. Parce que vivre ces relations est un apprentissage permanent dont on n’a pas toujours envie de parler ou que l’on n’a pas toujours les mots pour décrire. Parce que j’ai eu aussi affronter la laideur des contacts avec certaines personnes qui n’étaient pas tellement orientées vers la bienveillance et l’altruisme. Et puis enfin parce que l’avantage d’un blog, c’est d’écrire sur ce qu’on veut quand on veut. Et aujourd’hui, j’ai envie de parler des liens aux autres. La suite dira si vous aviez ou non envie de lire quelques phrases sur ce sujet.

Longtemps, j’ai pensé qu’il fallait correspondre aux attentes des autres pour qu’ils m’apprécient. Cela n’est certes pas entièrement faux. Mais c’est aussi totalement stupide. D’abord parce que les attentes des autres peuvent différer de ce que l’on en perçoit. Ensuite parce que ces attentes ne sont pas immuables, et que certains autres sont très versatiles et donc potentiellement sources d’épuisement dès lors qu’il faut leur plaire. Et puis, parmi sans doute encore une longue liste de raisons, parce que se conformer à cette exigence se fait souvent au détriment de ce qui nous plaît à nous-même. Lire la suite

Il faut que je parle à quelqu’un

12 Mar

PERSO009

Ce jour-là était un jour comme tous les autres. Ou disons que ce jour-là semblait se dérouler comme tous les autres. Elle s’était levée avec son réveil, s’était préparée selon un rituel quasi-immuable, avait pris son café et une tartine et était partie travailler. Allumage de l’ordinateur, vérification des e-mails, réponse aux messages les plus urgents et matinée se déroulant dans une routine des plus ordinaires. A la cantine, les plaisanteries habituelles des collègues avaient fusé et l’après-midi se passait sans signe de perturbation particulier. Jusqu’au moment où, consultant son téléphone, elle avait vu ce message : « il faut que je parle à quelqu’un, es-tu disponible ce soir ? ». Elle s’était d’abord demandé si ce n’était pas une erreur. Certes, David et elle se connaissaient bien et depuis longtemps, mais elle n’était pas sa confidente attitrée. Et le SMS ne contenait pas de prénom, il aurait tout aussi bien pu s’agir d’une erreur de destinataire. Dans le doute, elle décida de le rappeler pour vérifier que cétait bien sa présence qui était souhaitée.

Lorsqu’il décrocha, il lui dit d’emblée qu’il était content qu’elle le rappelle. Plus de doute donc, il voulait la voir. Elle avait prévu d’aller au cinéma avec des amis mais elle pouvait annuler vu l’importance que cela semblait revêtir aux yeux de David. Elle se demandait d’où venait ce soudain besoin de se confier, s’il s’agissait d’un événement grave ou heureux, pourquoi précisément à elle, en quoi cela pouvait la concerner, ou en quoi elle pourrait se révéler d’une aide précieuse. Les hypothèses fusaient dans sa tête, l’empêchant de se concentrer comme il l’aurait fallu. Au téléphone, elle l’avait senti fébrile mais pas abattu, ce qui l’avait un peu rassurée. Ils s’étaient donné rendez-vous dans le bistrot où ils se voyaient toujours à vingt ans avec leurs amis communs de l’époque, un petit bar musical du côté d’Odéon. Ce retour dans leur passé étudiant après tant d’années l’amusait. Aujourd’hui, ils approchaient tous les deux des deux fois vingt ans. Lire la suite

Lisa

5 Mar

comedie-stmichelLISAweb

Récemment, j’ai eu le privilège d’être invitée à découvrir une petite comédie pour bien contrer le blues du dimanche soir, Lisa, qui se joue dans le petit théâtre de la comédie saint-Michel, juste en face de l’immense jardin du Luxembourg. J’ai accepté avec d’autant plus de plaisir que j’aime bien contrer le blues du dimanche soir, les petites salles et passer près du jardin du Luxembourg.

Une fois ce cadre introduit, il est tout de même temps de vous parler de la pièce. Sur une idée très originale donc, ce spectacle donne vie à l’un des plus célèbres tableaux au monde, la Joconde, volé par Francis, un homme de 35 ans dont la vie se résume à un emploi peu qualifié et boire de la bière devant sa télévision. Voyant que son coup d’éclat risque de le mener droit à la case prison et que cette peinture est trop connue pour pouvoir la revendre sans se faire remarquer, il l’installe donc dans son studio. Et voilà que la demoiselle Mona Lisa se met à s’animer et à lui parler. Lire la suite

Copines, amies, hommage à ces femmes pas si ordinaires

21 Août

copines

Précieuses, parfois un peu chieuses, rigolotes, parfois un peu poivrotes, passionnées, parfois un peu compliquées, que serait notre vie de jeunes femmes épanouies sans nos précieuses amies ? De celle fidèle en toute circonstances, qui nous connaît par cœur à la plus délurée ayant toujours de bonnes idées pour s’amuser, en passant par la raisonnable courageuse sachant tout endurer, je voudrais rendre hommage à toutes ces filles si précieuses avec lesquelles la solidarité se pratique tant dans les rires que dans les soirs de blues. Avec un peu de dérision, avec pas mal d’émotion aussi.

J’avais envie, par facilité, par habitude aussi, de les ranger un peu au carré dans une typologie allant de la fée du logis à la révoltée qui rugit. Mais ce serait en amplifiant certains de leurs traits réduire ce qui fait leur attrait. Très longtemps, pratiquement toute mon adolescence durant en fait, je fuyais leur compagnie. Pour moi, elles n’étaient que des chipies péroreuses et crâneuses. J’aimais mieux avoir des copains, ils étaient plus francs et aimaient faire du patin. Jusqu’au jour où ces derniers commencèrent à penser davantage à en rouler, des patins, qu’à glisser dessus au square municipal. Et de préférence aux plus chipies, celles qui savaient le mieux minauder (on est un peu con quand on a 17 ans, et qu’il y a une jeunette bien maquillée sur la promenade).

Dépourvue d’une partie de ma compagnie, faisant face à quelques jalousies, et ayant conscience que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, je décidai alors de redonner leur chance à mes paires (je laisse aux misogynes leur droit de contestation sur cette orthographe). Et le temps me donna raison. Lire la suite

Les hommes de ma vie

29 Mai

 

Au titre de cet article, vous vous attendez sans doute à du croustillant, un billet consacré à mes ex, entre confessions et règlements de comptes. Ou bien des révélations trépidantes sur ma quadruple vie, jonglant entre Tim le lundi, Tom le mercredi, Ted le jeudi et Al le week-end. Au risque de vous décevoir, Tim, Tom, Ted et Al n’existent pas, et je n’ai aucun compte à régler avec le passé.

Mais j’ai beau être célibataire et aimer passer des moments entre filles, ma vie n’aurait sans doute pas pris la même orientation sans les hommes qui se sont trouvés ou se trouvent encore sur mon chemin. Et pour une fois, au lieu de sortir mes ongles mal manucurés de douce féministe, je voudrais leur rendre hommage :

Mon père : non, je ne suis ni une princesse, ni une fifille à son papa, ni du genre à dire que « mon papa, c’est le plus fort ». Mais d’abord, puisque l’on parle de vie, il a quand même apporté sa contribution à m’offrir la mienne. Et puis j’ai hérité quelques qualités de sa part dont je ne saurais me plaindre. Et puis il est là, tout simplement, il m’aime et souhaite que je sois heureuse. Cette phrase fait sans doute un peu mièvre, je l’assume pleinement.

L’ami de mon enfance : dans mon immeuble, il y avait un garçon de mon âge. Et on est devenus amis, naturellement. Toujours l’un chez l’autre et l’autre chez l’un. A jouer aux Fisher Price, aux Playmobils, aux petites voitures. Nous nous sommes initiés aux patins à roulettes ensemble. Le premier homme avec qui ça a roulé, en somme. Et plus tard, nous avons découvert le 1000 bornes, le Cluedo et plein de jeux de bluff. En somme, nous avons appris à simuler l’un grâce à l’autre ;-). A ce jour, il reste l’homme le plus ludique que j’ai connu, donc. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots