Tag Archives: amoureux

Les vrais faux couples

28 Avr

Il y a quelque temps déjà, je vous parlais de mon envie d’être aimée d’un homme, et de l’aimer aussi, enfin en gros de vivre une romance à la Disney, les histoires de partage des tâches ménagères en plus, les robes de meringue en moins. Rassurez-vous (ou pas), c’est une envie qui perdure, je ne crois pas à la félicité dans le célibat éternel. Je dis toujours oui au couple. Mais pas à n’importe quel prix, et c’est l’objet de mon article du jour.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais il m’arrive souvent en effet, lorsque je vois deux personnes ensemble, de me demander ce qui peut bien les réunir. Parfois, je me dis que peut-être, ce qu’elles véhiculent à l’extérieur n’est qu’une facette parmi d’autres, ou que j’assiste juste à une scène de leur vie, que peut-être que l’un des deux est dans un mauvais jour, ou les deux, allez savoir. Être à deux, c’est un défi de chaque journée, bien évidemment, et il est logique d’avoir ses jours sans, ou même des périodes un peu sous tension. Mais tout de même, il est des duos dont l’apparence a de quoi intriguer.

Pas plus tard qu’hier, dans la salle d’attente du dentiste, j’en ai eu l’illustration. Avec un couple de vieux. Oh, pardon, j’ai dû choquer quelques défenseurs du politiquement correct, je reprends donc : avec un couple d’âge mûr (vraiment mûr, dont on peut dire qu’il frisait le blet). Donc je vous refais la scène : monsieur et madame arrivent dans la salle d’attente et s’assoient chacun à un bout de la pièce, ce qui déjà en soi est étrange. Là-dessus, chacun commence à feuilleter, lui son journal, elle les magazines mis à disposition, avant que « la scène » ne commence. Donc madame se met à parler (très fort, puisque son conjoint est à l’autre bout de la pièce et sans doute pas affublé de l’ouïe d’un jeune homme de 20 ans) de coiffeur. Monsieur réagit mollement puis fait semblant de ne pas entendre (le quidam que je suis se rendant compte d’une mauvaise foi ostensible plutôt que de l’oubli de son sonotone). Elle se répète, lui grogne toujours en l’ignorant, puis annone 2 mots. Elle reprend, arguant on ne sait pourquoi qu’elle ne peut pas y aller lundi, qu’elle ira le 29. Elle lui demande c’est quand le 29. Lui fait semblant de réfléchir, dit que c’est mercredi. Avant de réaliser que le 29 c’est mardi. Donc palabres interminables sur le 29 et sur mardi, madame s’enfonçant dans un délire sur le 29, mardi, le 30 et ses cheveux, monsieur ignorant totalement sa femme, et les quidams ayant envie de fuir loin, très loin, et se disant même qu’au final, ils seront plus à l’aise une fois sur le siège du dentiste. Visiblement en tout cas, ces deux vieux (pardon, ces deux personnes âgées) ne respiraient pas l’amour.

Encore une fois, tout cela était peut-être juste passager, ou lié à la pleine lune. Mais ça pose question. Parce que des épisodes comme cela, nous en avons tous vu. Ou vécu. Ou peut-être certains d’entre vous vivent-ils cela aujourd’hui au quotidien. Ce sentiment qu’il y a deux personnes qui partagent un toit pour des raisons difficiles à expliquer. Lire la suite

Cher Saint Valentin

13 Fév

st valentin

Cher saint Valentin, je t’écris parce que la dame de la météo vient de dire que demain, c’est ta fête. Moi, je croyais que demain, c’était un jour un peu comme la fête du printemps, la fête de l’Europe, halloween, la fête des merles moqueurs (qui n’existe pas encore, mais je milite activement pour l’introduire dans le calendrier) et tous les autres jours de ce genre, il fallait donner un nom au jour que l’on dédie aux amoureux et qu’une équipe de marketeurs s’était dit que valentin ça sonnait bien. C’est vrai que ça paraissait étrange aussi, même pour des communicants débutants en création de nom. Parce que Valentin, à part avec Romorantin et métropolitain, ça ne rime pas avec grand-chose (au cas où il vous prendrait l’envie de me contredire, il est vrai que 1001 rimes donne plein de suggestions comme lutin, bulletin, argentin, gratin, intestin, strapontin, matin, ou fretin, ce qui fait effectivement du choix, mais on reste loin du romantisme).

Donc tu as vraiment existé, et il est injuste que tant de gens profitent indûment du 14 février pour recevoir des fleurs et déguster un bon repas à la lueur des bougies sans même connaître ton histoire, laquelle, il faut le dire, mérite bien ton passage à la postérité. Voici donc, pour combler les lacunes de ceux qui me lisent :

« Saint Valentin était un médecin devenu prêtre à Rome au IIIè siècle. En 268, l’empereur Claude II, qui trouvait que les hommes mariés faisaient de mauvais soldats à cause de la dépendance à leur famille, fit abolir le mariage. Mais les jeunes fiancés continuèrent à venir trouver en secret Saint Valentin pour recevoir la bénédiction du mariage. Le prêtre fut donc arrêté et emprisonné. Pendant sa captivité, Saint Valentin se lia d’amitié avec Julia, la fille de son geôlier, une jeune aveugle. Un miracle se produit : la jeune fille, retrouva la vue. Juste avant d’être exécuté, il lui offrit des feuilles en forme de cœur avec le message suivant :  » de ton Valentin « … Mort martyr, décapité à Rome en 270, il fut enterré sur la voie Flaminienne où on lui rendit un culte. »

En lisant ça, je me suis dit que tu étais quand même un homme qui ne manquait pas de courage, ça m’a donc donné envie d’abord de te souhaiter une bonne fête, et puis aussi de t’écrire. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots