Tag Archives: apparences

La paille, la poutre, et l’aiguille dans la botte à son pied

25 Jan

Parfois, la vie ressemble un peu à un oscilloscope cathodique déficient avec des ondulations totalement incohérentes et beaucoup trop nombreuses. Depuis le mois de septembre, c’est peu ou prou le sentiment que j’ai à l’égard de la mienne. Trop de choses à gérer tout le temps et pas souvent les pauses nécessaires pour prendre un peu de recul. Néanmoins, au milieu des évènements qui se succédaient, j’ai tenté de réfléchir à ma vie amoureuse. Parce qu’entre les « tu es jeune, tu as bien le temps » (eh oui, même au 21ème siècle, les gens ne comprennent pas que le désir d’être en couple n’est pas qu’une question de temps de vie restant), et les « si tu veux des enfants, il faudrait que tu songes à te caser » (les mêmes gens, au 21ème siècle, ne se disent pas que peut-être qu’on y songe mais que les pensées ne donnent rien, et qu’on peut aussi ne pas être obsédée par sa date de « péremption » niveau maternité), il est parfois nécessaire de se demander où l’on en est. Ou plutôt pourquoi on est là. Personne ne l’avoue vraiment, mais tout le monde le fait, c’est ainsi quasiment depuis que le monde est monde.

Pour autant, se demander seule n’est pas forcément d’une grande évidence, parce que l’on n’a sur soi que son propre regard et qu’il manque d’extériorité. J’ai donc, sciemment pour une fois, interrogé des personnes que je connaissais plus ou moins bien, sur ce qui, à leurs yeux, pouvait faire obstacle à mon « casage » en bonne et dûe forme. Autant mettre les choses au clair tout de suite, il n’est ressorti de cette « opération vérité » aucune illumination géniale. Et si j’avais écouté tout ce qui m’a été dit, je serais sans doute atteinte d’au moins 5 psychopathologies notoires. Je tiens aussi à prévenir mes lecteurs les plus curieux qu’ils ne bénéficieront pas d’informations détaillées sur les conseils plus ou moins avisés que j’ai pu recevoir de ça et de là. Lire la suite

Du culte des apparences

19 Fév

look

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais presque systématiquement, lorsque que vous demandez à quelqu’un s’il va bien, ou lorsque l’on vous lance un « salut ça va ? », la réponse va être oui. Et heureusement, le plus souvent, ce oui reflète à peu près la réalité. Mais vous remarquerez aussi que c’est un oui de convenance. Pas un oui hyper dynamique comme quelqu’un qui a une pêche à vous escalader l’Everest va avoir envie de lancer pour témoigner de son enthousiasme. Pas un trop petit oui non plus, qui pourrait trahir une baisse de régime ou des préoccupations plus importantes. Juste une réponse qui permet de ne pas creuser. De rester dans la neutralité.

Ce oui, de même que le « salut ça va » qui le précède est pour moi l’une des nombreuses manifestations du culte des apparences. Parce qu’aujourd’hui, on cherche souvent avant tout à donner une bonne image de soi, à montrer une personnalité agréable mais en restant assez lisse, en ne cherchant à se démarquer que si l’on pense pouvoir en retirer un profit quelconque. Ainsi, certains soigneront particulièrement leur look et leur allure en espérant plaire davantage au sexe opposé, allant même parfois jusqu’à en faire trop dans ce sens. D’autres feront preuve d’un excès de zèle face à leur patron, voire à friser le fayotage pour progresser dans leur job. D’autres encore iront jusqu’à défendre des opinions qui ne sont pas les leurs pour pouvoir être acceptés dans certaines sphères. Je ne dis pas que faire des efforts pour accroître sa sociabilité ne soit  pas défendable en soi, ni que certains ajustements ne sont pas nécessaires pour éviter des tensions inutiles. Mais pas au prix de son intégrité. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots