Tag Archives: ballet contemporain

Astana Ballet Gala

25 Sep

12365.jpg

Samedi dernier, j’ai eu la très grande chance d’assister au Palais des Congrès au passage du Ballet Astana, dans le cadre de la coopération économique et culturelle entre la France et le Kazakhstan. Je vous épargne ici un cours de géographique et de culture sur le Kazakhstan, je vous laisse vous intéresser au sujet si vous le souhaitez, vous réjouir des points positifs et vous indigner des points moins positifs dans ce pays qui fête ses 23 ans d’indépendance. Je profitais juste de l’occasion pour souligner que l’art est aussi parfois une jolie occasion de rencontres avec d’autres cultures.

Et ce que le ballet Astana et ses 30 danseuses ont donné à voir était vraiment magnifique et inoubliable. Dans une première partie féérique étaient présentées les danses folkloriques du pays remises au goût du jour, avec des costumes tous plus incroyables les uns que les autres et des styles de danse très variés, du plus classique à des chorégraphies rappelant les arts martiaux. Lire la suite

Signes

13 Juil

Comme je vous le disais la semaine dernière, j’ai pris quelques jours de parenthèse au milieu de mon trail théâtral pour aller perfectionner mes connaissances en matière de danse. Et après le Brésil, je suis revenue à la France, mais avec tout de même une chorégraphe venue du continent, Carolyn Carlson, dont, bien qu’étrangère à cet univers, le nom ne m’était pas inconnu. Et pour cause, sa biographie est impressionnante, je vous épargne le cours magistral et j’invite les curieux à aller voir par eux-mêmes.

Mais au-delà du nom, deux choses m’ont incitée à aller voir Signes : l’envie de voir l’Opéra Bastille de l’intérieur, où je n’étais allée qu’une seule fois alors que j’avais moins d’une dizaine d’années (autant dire que les souvenirs n’étaient plus très frais), et la musique de René Aubry, dont j’apprécie beaucoup tout ce qu’il fait. Et puis, en voyant en plus cette affiche très colorée, je me suis dit que j’avais toutes les raisons valables pour profiter de ce spectacle.

J’y suis donc allée dans une disposition d’esprit extrêmement positive, et, après avoir emprunté les ascenseurs pour atteindre mon 2ème balcon, j’ai pris place presque tout au fond de la salle. Et là, chose surprenante et miraculeuse, pas d’angle mort, et des sièges disposés suffisamment en pente pour voir parfaitement la scène même en ayant un voisin de devant de plus d’1m52. Disposition d’esprit encore plus positive donc. Température intérieure également idéale, place suffisante pour les jambes. Je n’avais plus qu’une hâte, celle d’entendre la première note de musique.

Celle-ci vint vite, presque parfaitement à l’heure (début programmé à 19h30, effectif à 19h35), encore un motif de satisfaction. Et là, apparition du premier danseur, rejoint ensuite par ses camarades, sur un tableau joliment intitulé « Signe du sourire ». Que demander de plus que ce genre de signes ? Dès le début, me voilà donc, moi spectatrice de ballet novice, plongée dans un monde coloré, entraînée par ce son doux à mes oreilles, et trouvant tout cela beau, plein de charmes, gai comme un début de printemps. Impression non démentie par la suite, avec un petit coup de cœur pour le troisième tableau intitulé Monts de Guilin, plein d’humour dans la gestuelle. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots