Tag Archives: blues

Espoir du soir

15 Déc

Londres Août 2013 (1043)

A certaines périodes, hélas bien malgré soi,

On se sent moins en forme, on erre un peu, l’air las,

On peine à ressentir de délicieux émois,

Le diapason refuse de nous donner le la.

Pour contrer l’amertume de cette humeur sournoise,

On cherche à regoûter aux douceurs de la vie,

Le chocolat fondu sur la tarte vergeoise,

Et autres menus plaisirs qui comblent nos envies. Lire la suite

Publicités

Copines, amies, hommage à ces femmes pas si ordinaires

21 Août

copines

Précieuses, parfois un peu chieuses, rigolotes, parfois un peu poivrotes, passionnées, parfois un peu compliquées, que serait notre vie de jeunes femmes épanouies sans nos précieuses amies ? De celle fidèle en toute circonstances, qui nous connaît par cœur à la plus délurée ayant toujours de bonnes idées pour s’amuser, en passant par la raisonnable courageuse sachant tout endurer, je voudrais rendre hommage à toutes ces filles si précieuses avec lesquelles la solidarité se pratique tant dans les rires que dans les soirs de blues. Avec un peu de dérision, avec pas mal d’émotion aussi.

J’avais envie, par facilité, par habitude aussi, de les ranger un peu au carré dans une typologie allant de la fée du logis à la révoltée qui rugit. Mais ce serait en amplifiant certains de leurs traits réduire ce qui fait leur attrait. Très longtemps, pratiquement toute mon adolescence durant en fait, je fuyais leur compagnie. Pour moi, elles n’étaient que des chipies péroreuses et crâneuses. J’aimais mieux avoir des copains, ils étaient plus francs et aimaient faire du patin. Jusqu’au jour où ces derniers commencèrent à penser davantage à en rouler, des patins, qu’à glisser dessus au square municipal. Et de préférence aux plus chipies, celles qui savaient le mieux minauder (on est un peu con quand on a 17 ans, et qu’il y a une jeunette bien maquillée sur la promenade).

Dépourvue d’une partie de ma compagnie, faisant face à quelques jalousies, et ayant conscience que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, je décidai alors de redonner leur chance à mes paires (je laisse aux misogynes leur droit de contestation sur cette orthographe). Et le temps me donna raison. Lire la suite

Gérer les désagréments

27 Juil

désagrément 2

Tous autant que vous êtes, il vous arrive je pense de connaître des désagréments. Je ne parle pas des évènements durs à gérer qui vous écrasent comme un rouleau compresseur, mais de toutes ces petites choses du quotidien. Un rhume qui traîne, une fuite d’eau, un ami qui vous fait faux bond, une fuite d’eau, un chef ou un collègue qui vous met la pression, une fuite d’eau (oui, ceci est bien un message subliminal discret sur un désagrément d’actualité), un conjoint temporairement grognon et préoccupé (à cause dudit chef ou collègue), un week-end au vert raté à cause de la pluie (je vous le concède, je parle beaucoup d’eau), une crampe qui ne passe pas, ou tout autre évènement venant entâcher une journée, une semaine ou un mois. Tout ce dont le degré de gravité est somme tout minime, mais qui peut apporter énormément de contrariété. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots