Tag Archives: citoyenneté

Être citoyen.ne

9 Jan

La nouvelle année n’a pas encore dix jours d’existence que déjà, les polémiques fusent, enflent, rebondissent les unes sur les autres, largement alimentées par le variant Omicron et tout ce qui s’ensuit, de l’ouverture des écoles en passant par les protocoles d’isolement, la radicalisation des pro-vaccins et celle encore plus forte des anti-vaccins portée par la perspective de la mise en place d’un pass vaccinal, etc. Et, de tous les échanges de phrases bien senties, c’est Emmanuel Macron qui semble avoir remporté la palme de la semaine, avec des expressions, qui, si elles ont été bien sûr été décontextualisées, n’en sont pas moins étonnantes de décomplexion pour un président de la République, parlant de son envie d’emmerder les non-vaccinés et du fait qu’un « irresponsable n’est pas un citoyen ». Les propos ayant été largement débattus et allant le rester, je laisserai s’invectiver celles et ceux qui ne sont pas las de ces engueulades 1.0, 2.0 ou 3.0, dont le résultat est toujours le fameux zéro justement. Mais il me paraissait intéressant en revanche de réfléchir à cette notion de citoyenneté mise en exergue dans l’interview du chef de l’Etat, en cette année où elle a vocation à être centrale du fait de la séquence électorale du printemps.  

Lire la suite

J’ai mal à ce pays qui crie mais j’y resterai

1 Mai

Récemment, avec la crise, plusieurs fois, on m’a demandé : « Mais pourquoi tu ne pars pas à l’étranger ? Tu es jeune, tu as fait des études, tu n’as pas d’attaches (par pas d’attaches, entendez : pas de conjoint), tu pourrais être bien là-bas… ». Des personnes de la génération du dessus, des personnes de ma génération aussi. C’est vrai, après tout, pourquoi je ne partirais pas ?

Eh bien, pour plein de raisons, je vais y venir. Mais surtout, j’ai envie de retourner la question : « pourquoi partirais-je ? ». Bien sûr, on peut penser que je n’ai pas de raison spéciale d’être là plutôt qu’ailleurs (à tort de surcroît). Mais je n’ai pas non plus de raison spéciale d’être ailleurs plutôt qu’ici. Parce que ce pays, c’est le mien. Enfin je le partage avec un peu plus de 65 millions de personnes (vous pouvez me remercier d’ailleurs pour cet esprit de non exclusivité).

Mais bon, j’en représente 1/65 000 000 ème, ce qui n’est pas rien. Et puis il est constitué à 1/65 000 000ème de mon âme, et il en a bien besoin je pense. Parce que c’est un pays qui souffre. Pas que de la crise. Parce que bon, la crise elle revient sans arrêt depuis le milieu des années 70. En fait, pour tout dire, je n’ai jamais connu la France sans crise. Bien sûr, depuis ma naissance, il y a eu de la croissance et heureusement. Mais voilà, je suis arrivée après les deux chocs pétroliers, et depuis, on attend toujours le retour des Trente Glorieuses comme les héros de Beckett attendaient Godot. J’ai l’impression, du bas de mes 1/65 000 000èmes que cet attentisme est notre faiblesse. On croit toujours à cette fameuse théorie des cycles longs de Kondratieff – dont les anciens Bac B et Bas ES doivent se souvenir – longs de 40 à 60 ans et marqués par des cycles de croissance et de décroissance au terme desquels un nouvel équilibre se crée et un nouveau cycle avec lui. Hors, depuis maintenant pas loin de 40 ans, on attend cette embellie durable (est-ce à dire donc qu’au maximum nous aurons le droit à 20 glorieuses quand nos parents en ont eu trente ???).

Donc voilà plus de 30 ans que j’entends des discours catastrophistes sur la situation, mêlés de l’espoir sous-jacent que les choses redeviennent comme avant. Un avant que beaucoup n’ont pas connu. Une nouvelle révolution industrielle ou de nouvelles Trente Glorieuses. Ou plutôt une nouvelle révolution tertiaire mais qui n’explose pas comme la bulle des start-ups au début des années 2000. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots