Tag Archives: Comédie des Champs-Elysées

Le portrait de Dorian Gray

21 Juin

affiche-le-portrait-de-dorian-gray

En théorie, le portrait de Dorian Gray devrait être une expérience déplaisante : parce que c’est l’histoire d’un salaud qui, par la magie d’un tableau peint par un de ses amis artistes éperdument fasciné par ce jeune homme, ne portera aucun des stigmates de son âge ni de ses actes. Lequel homme déshonorera sans scrupule plusieurs générations de femmes. Le tout écrit par un auteur misogyne au dernier degré. En théorie seulement. Parce qu’en réalité, je pardonne tous ses affreux propos à Oscar Wilde tant sa plume est belle et bien acérée et ses aphorismes géniaux. Et que voir des acteurs brillants dans de magnifiques costumes sur la scène d’une très jolie salle de l’avenue Montaigne à Paris met presque obligatoirement également dans de bonnes dispositions.

Au vu de ces éléments, je me vois donc dans l’obligation de faire preuve de la plus extrême bonne foi au monde et de rendre hommage à cette pièce. A la naïveté sincère ou à la sincérité naïve, je ne saurais pas trancher, qui émane de Thomas Scott en tant qu’interprète de Basil, le peintre de génie éperdument épris de son modèle et prêt à toutes les concessions pour pouvoir profiter de sa présence. Laquelle disposition lui amènera à présenter à Dorian son ami Harry, philosophe cynique poussant les autres à la débauche et s’érigeant très vite en maître à penser du toujours jeune éphèbe. Lire la suite

Et si on recommençait ?

17 Nov

100x150_SI_ON_RECOMMENCAIT_gaylor

Découvrir un texte d’Eric-Emmanuel Schmitt est souvent un plaisir. Le découvrir en plus sur les planches est potentiellement un double plaisir. Et cette pièce tient pleinement ses promesses. Comme souvent avec l’auteur, ce qui compte, ce n’est pas tant l’histoire que ce qui anime les personnages. Et ces personnages sont tous hauts en couleurs.

Alex, homme ayant atteint la soixantaine, vient ainsi revisiter la maison de sa grand-mère, dans laquelle il a laissé tant de souvenirs, et surtout ceux de sa jeunesse. Par un étrange coup du sort, il se retrouve en immersion dans sa vie d’alors, voyant son moi d’à peine 20 ans à l’heure d’une décision cruciale pour son avenir. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots