Tag Archives: culpabilité

A propos du fichu sentiment de culpabilité

12 Avr

coupable 1

 

Chers lectrices et lecteurs qui avez a priori tous passé les prémisses d’une enfance guimauve (ou alors vous avez appris à lire sacrément rapidement et allez probablement dépasser Einstein en découvertes révolutionnaires et en notoriété), vous savez que la vie a ses hauts et ses bas et les relations avec les proches et moins proches également. Et vous êtes conscients du même coup que dans les périodes plus tendues des relations humaines, l’on a souvent tendance à chercher un.e responsable (petit aparté : vous pouvez jeter l’opprobre sur moi pour avoir succombé à l’affreuse norme de l’écriture inclusive, j’ai cependant fait ce choix par praticité, considérant après réflexion qu’il n’est ni meilleur ni pire que le recours aux slashs ou parenthèses) des tensions et/ou de l’éloignement qui se sont installés. Lire la suite

Autour de l’innocence

14 Avr
Image

Peinture : Rafal Olbinski

Alors que nous, Parisiens frigorifiés, voyons enfin revenir le soleil, espoir d’un printemps qui dure, « let the sunshine » en top de la playlist de notre lecteur mp3, les tensions continuent de s’accumuler dans les lieux de pouvoir. Et cette semaine, entre plagiat rabbinique, batailles à coups de patrimoines autour de l’affaire Cahuzac (et pour une fois, les hommes politiques cherchent à montrer qu’ils ont tous la plus petite… fortune), durcissement de certaines manifestations, bataille Bové-Mélenchon, et j’en passe certainement, la grêle des giboulées d’avril ne s’est pas abattue qu’au sens propre sur notre patrie.

Dans ce contexte pour le moins peu enthousiasmant, l’idée m’est venue de faire l’apologie d’une valeur devenue désuète, décriée presque parfois pour être assimilée à  de la naïveté aigüe, celle de l’innocence. D’abord, pour les sujets que j’ai mentionnés il y a quelques phrases, j’aimerais rappeler que l’on trouve, parmi les définitions associées à cette notion, l’«état de quelqu’un qui n’est pas coupable d’une faute déterminée ». Or, on le voit bien en ce moment, les soupçons de culpabilité qui pèsent sur nos dirigeants à tous niveaux (tant dans la sphère politique qu’économique), l’impression qu’il se trame des magouilles dans beaucoup d’entreprises, les révélations de culpabilité avérée créent un climat de méfiance, voire de défiance, qui n’incite pas à avancer ensemble vers un chemin nous ramenant à la croissance, du PIB comme de la place de l’humain.

Mais plus que la non-transgression volontaire des règles, l’innocence est l’«état de quelqu’un qui est incapable de faire le mal ». Je reconnais bien volontiers que, passés 4 ou 5 mois d’existence (allons même jusqu’à 9-10 mois si vous voulez), il serait utopique de croire qu’une innocence totale, répondant à cette définition, est possible. Mais n’est-ce pas un caractère que nous admirons, en particulier chez les enfants, cette fraîcheur, cette ignorance presque exhaustive de ce qui ne va pas dans le sens du bien et du progrès, qui malheureusement diminue progressivement au fur et à mesure que chaque être vieillit ? Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots