Tag Archives: émotions

Eloge des moments d’émotion

23 Fév

 

emotions-3380376_1280

 

Pour beaucoup, notre vie est organisée autour du « faire », ce qui se conçoit aisément. Si l’on ne se lève pas le matin, qu’on ne se prépare pas et qu’on n’effectue pas ses activités de la journée, qu’on ne fait pas les courses et la cuisine (ou à minima qu’on ne déballe pas de la cuisine déjà préparée oui je sais c’est mal mais tout le monde n’a pas la patience de faire une ratatouille ou un bœuf bourguignon tous les jours), qu’on ne s’occupe pas de formalités administratives et de e une voiture pour le week-end, les rouages de l’existence tendent à se gripper rapidement. Et nous conduisent alors soit à devoir faire deux fois plus pour rattraper ce qui ne l’a pas été, soit au choix de ne littéralement rien faire mais de se priver aussi de nombreuses satisfactions. Lire la suite

Cinquième bloguiversaire : cinq émotions

8 Nov

five

 

 

Cinq ans déjà que je trempe ma plume dans le chocolat. J’ai l’impression que c’était à la fois hier et il y a vingt ans que je me lançais sur un coup de clavier dans cette aventure un peu folle de « devenir blogueuse ».

Le temps a donc passé, le temps m’a aussi souvent manqué pour écrire autant que je l’aurais souhaité, en particulier durant cette cinquième année. Mais ce blog fait toujours partie de moi. Et pour cette cinquième bougie et ce 555ème billet (promis je n’ai pas fait exprès), je vais revenir sur 5 moments qui m’ont marquée. Lire la suite

A propos de la sensibilité et des moments de craquage

4 Oct

sorrow 

Comme beaucoup de personnes, j’ai souvent l’impression, réelle ou imaginaire ce n’est pas forcément à moi d’en juger, d’être plus perméable à mon environnement que la moyenne. J’ai ainsi tendance, malgré ma détestation des « cases », à me définir comme une hypersensible, terme à la mode pour désigner les personnes qui réagissent plus fortement que les autres face aux évènements du quotidien ou du moins quotidien, et qui, selon les estimations des experts, représenteraient 15 % à 20 % de la population environ (avec très certainement plusieurs niveaux ou gradations dans cette hypersensibilité). Il existe naturellement comme pour tout concept à la mode une littérature abondante qui va de Carl Gustav Jung aux écrits de Josette la psychologue du café du commerce consultante pour la TNT à ses heures perdues (Josette est un nom inventé je le précise), et que je me suis jusqu’ici abstenue de lire.

J’avais toutefois envie de parler de ce sujet depuis assez longtemps, puisqu’après tout, il n’y a aucune raison que Josette écrive des bouquins dessus et que je ne puisse même pas m’octroyer le petit plaisir d’apporter mon article de blog à l’édifice. Je dois dire que j’ai détesté pendant de très nombreuses années cette plus grande perméabilité déjà évoquée à ce qui m’entourait, en ce qu’elle me renvoyait de moi (eh oui, je suis aussi narcissique, je suis une cumularde des états non souhaitables donc, comme d’autres cumulent les mandats politiques) l’image d’une fille puis d’une femme faible et inapte au contrôle de ses émotions. Lire la suite

Réflexion sur l’acte de pleurer

4 Avr

pleurer

Si l’on nous rebat les oreilles depuis plusieurs années de grandes théories sur le développement personnel, le mieux-vivre, le bien-manger, l’art des relations amoureuses et tutti quanti, il est un domaine sur lequel la pensée ne semble guère progresser : celui des pleurs. En tant que personne sensible et à l’émotivité plutôt surdéveloppée (eh oui, il fallait bien une phrase égocentrée dans ce billet), le manque d’acceptation des pleurs est une chose qui à la fois me surprend et me peine (pas au point de verser des larmes toutefois, je tiens à le préciser). Lire la suite

J’ai un aveu à vous faire

25 Jan

Voilà, comme dit dans le titre, j’ai un aveu à vous faire. Ce n’est pas facile de venir vous en parler comme ça, alors que je ne vous connais même pas, pour la plupart d’entre vous. Enfin, on dit souvent que c’est plus facile de se confier à des étrangers. Alors je me décide à franchir le pas, en votre présence dont il faut pourtant souligner qu’elle est un peu inquiétante. Après tout, je n’ai aucune idée de votre niveau d’indulgence, peut-être allez-vous me juger très sévèrement lorsque vous saurez la vérité. Mais on dit aussi que dans la vie, il faut savoir prendre des risques, alors je vais me lancer, enfin je vais essayer, c’est compliqué d’avouer ses faiblesses là, comme ça, devant une foule (une petite foule certes, mais qui compte quand même) de lecteurs hétéroclite. Enfin, maintenant, les dés sont jetés, je ne peux plus vraiment reculer, je vous ai en quelque sorte promis de vous révéler ce secret que je craignais d’avouer, alors il faut bien satisfaire votre curiosité.

Alors, voilà de quoi il retourne : depuis des années déjà, et plus encore depuis cinq ans, j’ai développé une très forte addiction (je vous vois venir, mais non, il ne s’agit pas du chocolat, encore que…). Il se trouve que je suis devenue, sans trop comprendre comment, théâtroïnomane. Voilà, c’est dit, vous connaissez maintenant ma faiblesse. J’écume les bancs, les sièges, les strapontins avec la même frénésie que d’autres mettent à se détruire les poumons avec leur paquet de cigarettes quotidien. Lire la suite

Ma vie en couleurs

25 Déc

IMG_20141108_130831

Nous sommes le soir de Noël, vous êtes sans doute déjà sous le couette ou confortablement installés sur votre canapé, après ces deux jours de festins, de retrouvailles familiales, de cadeaux, de rires, de discussions animées. Je vais donc faire une trêve dans mes habitudes et vous livrer un texte en quelques lignes dont l’inspiration m’est venue en voyant chatoyer les lumières de toutes les illuminations du moment.

Ma vie est jaune comme la lune qui brille dans un beau clair-obscur.

Ma vie est rouge comme l’est mon caractère passionné et combatif.

Ma vie est violette, dégageant un parfum délicieusement désuet.

Ma vie est grise comme une fin de journée pluvieuse qui donne envie de rester bien au chaud à regarder perler les gouttes sur la fenêtre.

Ma vie est bleue comme la douceur d’un ciel d’été dégagé.

Ma vie est transparente comme un cours d’eau de montagne qui suit son cycle paisible et apaisant sans qu’on le remarque.

Ma vie est verte comme un jeune gazon que l’on a planté dans une terre fertile et pris le soin d’arroser.

Ma vie est noire comme les pensées qui parfois la traversent.

Ma vie est rose comme une bonbonnière symbolisant ce besoin de retrouver de temps à autre candeur et naïveté.

Ma vie est turquoise comme l’eau d’un lagon loin de toute civilisation.

Ma vie est marron comme un tronc d’arbre solide et qui regarde vers le haut même durant les orages.

Ma vie est orange comme une dose de vitamines qui me fait rebondir et aller de l’avant vers de nouveaux projets.

Ma vie est blanche comme ces nuages cotonneux sur lesquels on a envie de voler.

Tous ces états font partie de qui je suis, je suis fière de tous les traverser, cette mosaïque est ma richesse, la vôtre sans doute aussi.

Alors, en cette période de fin d’années, je vous souhaite d’échapper aux coups de blues et de rire à en devenir écarlates. Que cette fin 2012 vous apporte joie, espoir et convivialité pour bien démarrer la future année.

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots