Tag Archives: Funambule Montmartre

Before and after

18 Avr

before

 

Après Providence, le hasard de ma vie de spectatrice m’a amenée de nouveau à découvrir une pièce qui aborde les transformations liées à l’attentat du 11 septembre à New York. Cette fois, on y découvre 6 protagonistes, tous brillants et carriéristes, la trentaine environ, dont les vies en apparence bien rangées vont basculer aussi brusquement que les tours se sont écroulées ce jour-là. Jared, un jeune critique de cinéma (Kevin Janas), prend l’apéritif avec son meilleur ami Lawton, directeur d’une agence de mannequins (Sébastien Scamaroni), lorsqu’il reçoit un appel téléphonique de Léa, sa petite amie depuis cinq ans (Elena Young). Lire la suite

Publicités

Good night

11 Mar

AFFICHE_GOOD_NIGHT_A2

 

Au début de cette nuit qui promet d’être longue, l’on découvre Léa, allongée en pleurs sur son lit où elle a posé une valise et des affaires masculines éparses qu’elle n’a visiblement pas la volonté d’y ranger. Léa vient en effet d’enterrer son mari Lionel, à 29 ans seulement. Et elle ne s’attend pas à ce qu’elle va vivre durant les heures à venir. Son visiteur non plus d’ailleurs.

En effet, alors que la jeune femme est en train de s’assoupir enfin, un jeune homme s’introduit par la fenêtre restée ouverte. Entendant du bruit, elle réagit promptement en saisissant un pistolet dans le tiroir de sa table de chevet et un menaçant celui qu’elle prend logiquement pour un cambrioleur, en train de fouiller dans des dossiers posés dans la chambre. Elle le force alors à s’attacher au lit avec des menottes qui étaient également dans le tiroir, ordre auquel le ton sans appel de Léa le dissuade de tenter de se soustraire. Lire la suite

Ma famille

6 Fév

visuel-ma-famille-721-624x882

Il est peu courant de voir du théâtre d’Amérique du Sud à Paris . Encore moins venant d’Uruguay. Et pourtant, « ma famille » provient bien de ce pays méconnu. L’auteur, Carlos Liscano, pourrait ainsi, si j’en juge à ce seul spectacle, être comparé à un Ionesco contemporain à la touche latino.

Ecrite en 2005, la pièce raconte l’histoire d’un jeune garçon né dans une fratrie où les parents ont pour coutume de vendre leurs enfants dès qu’ils ont besoin d’argent. L’un des frères échappe à cette malédiction en restant coincé dans un arbre où il va grandir à la suite d’une crise de tétanie au moment de descendre et où il construira lui-même sa propre famille. Lire la suite

Parlons d’autre chose

16 Jan

visuel-vierge-parlons-dautre-chose-72

 

En préambule, je dois vous prévenir que ce billet va bien parler du spectacle sus-cité. Et aussi, puisque le titre s’y prête, d’autre chose. Mais en lien avec ce que j’ai pu voir en me rendant au théâtre du Funambule Montmartre. Je commencerai donc par une première digression sur la salle elle-même, puisque ce petit théâtre du quartier de Montmartre (comme son nom l’indique) s’est refait une beauté, et même une opération de chirurgie esthétique. Il bénéficie désormais de jolis fauteuils tous neufs, de gradins, et d’une scène toute neuve dont l’orientation a été inversée par rapport à la précédente configuration.

Bien installée dans mon fauteuil flambant neuf, j’ai donc découvert la nouvelle pièce de Leonore Confino, auteure franco-suisse de 35 ans déjà deux fois nommée aux Molières. Avec « parlons d’autre chose », elle nous invite à entrer dans la tête de 9 jeunes lycéens de la classe de terminale L du lycée Saint-Sulpice. 8 filles et 1 garçon qui ont formé une sorte de clan. Tous bien policés en apparence mais qui chacun à leur manière, comme d’autres générations d’adolescents avec eux, cherchent à transgresser un monde qui les fascine et les inquiète à la fois. Lire la suite

Figaroh

12 Sep

figaroh-72

Le Funambule Montmartre, charmante petite salle située dans la très jolie rue des Saules, en plein cœur du quartier de Montmartre, a décidé de commencer l’année dans la bonne humeur avec un spectacle atypique et fantastique, mêlant théâtre et opéra. Figaroh est en effet une comédie décapante qui raconte les intrigues amoureuses originellement inventées par Beaumarchais, et mises en musique plus tardivement par Mozart, en mêlant les deux genres du théâtre et de l’opéra.

Pour mettre au point cette pièce hors normes, la compagnie de Neuchâtel Comiqu’opéra, qui s’était déjà produite dans cette même salle pour le drôlissime « opéra dans tous ses états », s’est associée avec une autre compagnie romande, Sugar Cane, venant apporter son talent pour les dialogues truculents, mais aussi pour les belles tirades. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots