Tag Archives: La Cartoucherie

Le mardi où Morty est mort

2 Avr

 

Après quelques jours consacrés à des pièces « sérieuses », j’ai eu une envie de comédie. Mais pas d’une comédie trop classique. Et mon choix s’est porté sur la nouvelle création du Théâtre de l’Aquarium, le mardi où Morty est mort. Arriver au Théâtre de l’Aquarium, c’est un peu un cirque, ce qui donne un bon avant-goût du spectacle. En effet, la salle est située à la Cartoucherie, ancien site militaire du bois de Vincennes reconverti en ensemble théâtral (avec 5 théâtres au total), et auquel on accède grâce à une navette qui doit dater de l’époque de nos grands-parents et dont on se demande par quel miracle elle roule encore.

Une fois arrivés, les installations disposent toutefois de tous le confort moderne, d’un coin buvette et repas fort sympathique, et surtout de sièges avec assez d’espace pour les jambes, ce qui mérite d’être noté. Venons-en donc à ce fameux mardi. Enfin pas tout de suite. Plutôt à ce qui précède ce mardi. En ouverture, nous voyons donc un couple vivre son 1er matin, puis son 1er soir. Puis son 2ème matin. Puis son 2ème soir. Puis son 3ème matin. Comme ça pendant pas mal de temps. On sait qu’on vient voir une pièce décalée, mais on n’en est pas moins troublés. Et puis, à cette lenteur du prologue succède une série d’évènements qui vont conduire Edith, veuve de Johann, à se découvrir un cancer incurable, Amanda sa petite-fille à larguer son petit ami Sonny pour Herbert, le médecin d’Edith, et le pasteur à se promener les fesses à l’air au cimetière.

Lire la suite

Homme pour Homme

5 Fév

 

 

Lorsque l’on me parle de Bertolt Brecht, le nom évoque pour moi un homme à l’air sérieux et austère que j’attribue d’ordinaire aux Allemands (on ne se départit pas de tous ses préjugés). En allant voir Homme pour homme, je ne savais pas réellement à quoi m’attendre mais je m’imaginais me plonger dans un univers emprunt d’une certaine gravité. Et j’avoue ne pas avoir été peu surprise d’être plongée dans un univers totalement burlesque. La farce avait certes déjà commencé avec le trajet vers la Cartoucherie et le Théâtre de la Tempête, un lieu fort sympathique, mais vraiment loin (comptez bien 1h20 en transports en commun depuis l’Ouest de Paris) où vous êtes déposé par une navette sans doute centenaire ou pas loin qui par un miracle étonnant roule toujours dans cet enclos au cœur du bois de Vincennes où se cotoient un manège équestre et plusieurs théâtres tous très accueillants.

Une fois installée, cette atmosphère hors du temps déjà donnée par le trajet s’est donc installée, avec l’arrivée de ces personnages hauts en couleur, j’ai nommé les soldats mitrailleurs. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots