Tag Archives: optimisme

A la recherche de la petite lueur en plus

22 Mar

bougielueur

 

Depuis quelque temps déjà, Martial trouvait sa vie fade. Il se sentait pourtant totalement illégitime à faire part de son insatisfaction, puisque, aux yeux du monde extérieur, il avait tout ce qu’un humain peut désirer et même davantage. Sans doute aussi la facilité avec laquelle il avait « réussi » contribuait-elle à l’ennui qu’il ressentait. Quelque part, il enviait ces personnes que l’on voyait de temps à autre dans les médias, qui avaient accompli les mêmes choses que lui en partant de rien et/ou en se battant pendant des mois ou des années. Tout en sachant bien qu’il aurait été ingrat de blâmer toutes celles et tous ceux qui lui avaient ouvert toutes les portes auxquelles il avait frappé sans aucune difficulté.

Il faut dire aussi que Martial avait le double avantage d’être né « au bon endroit au bon moment » et d’être naturellement charmeur. Son père dirigeait une société de production florissante, sa mère poursuivait une brillante carrière d’éditrice, aussi avait-il très tôt fréquenté des personnalités en vogue et su saisir les codes pour briller en société. Lire la suite

Publicités

La dimension usante de l’insatisfaction permanente

11 Juil

insatisfaction 2

Au cours des dernières semaines, j’ai observé avec attention ce phénomène que j’avais déjà remarqué mais qui pour un certain nombre de raison conjoncturelles (le gouvernement et sa tendance à l’abus de 49-3, les inondations, le trop plein de soleil qui a suivi, l’inflation sur le prix des cerises…) et structurelles (essentiellement la « râlite » aigue de nous autres bons Français) qu’est l’insatisfaction permanente et l’état de révolte ou de colère qui lui est associé.

Soyons clairs, il ne saurait être question pour moi aujourd’hui de renier mon identité en niant ma propension élevée à m’agacer et à grogner chaque jour devant les retards de métro et de RER, l’incompétence des chefs, le caractère horripilant et atrocement arrogant du copain ou de la copine de Trucmuche. Parce qu’autant être franche, je revendique mon appartenance à la majorité active des râleurs de France et de Navarre et n’est pas encore né celui ou celle qui me fera renoncer définitivement au délicieux plaisir de la critique et du défoulement de mes nerfs sur la plaie du jour. Lire la suite

Variations contre l’intellectualisme dépressif

3 Juin

dépressif

En tant que jeune femme parisienne trentenaire ayant un boulot de cadre moyenne me permettant de sortir assez régulièrement pour satisfaire ma curiosité débordante, je n’ignore pas (et je sais d’ailleurs en rire) avoir par moments ce côté caricatural de la bobo snobinarde que nous voyons tous régulièrement passer à la télévision. Il m’est même arrivé d’acheter un cahier design hors de prix dans une papèterie écolo créée par une autre trentenaire ayant quitté son job d’executive woman au salaire à 6 chiffres pour faire le tour du monde et commercialisant des articles importés du Vietnam (non, le bilan carbone de ce cahier ne l’empêche pas d’être écolo) et même de tester une cantine bio du 11ème arrondissement et de trouver ça bon ces produits sains et pleins de saveurs.

Sachez toutefois que mes ambivalences personnelles ne m’empêchent pas de fustiger les concepts bobos écolo-bio et d’avoir juré que jamais ô grand jamais je n’emménagerai dans le 10ème ou le 11ème arrondissement (promesse facile à tenir puisque je ne tiens pas à habiter dans un placard au 8ème sans ascenseur et que donc j’ai choisi de franchir le périph pour gagner 15m² de surface, mais je m’égare comme souvent). Mais il est une chose que je fustige encore plus que la superficialité parfois un peu arrogante mais finalement pas bien méchante qui fait des émules sur la rive gauche et que j’ai choisi d’appeler l’intellectualisme dépressif. Lire la suite

Frederic Zeitoun dans l’histoire enchantée du petit juif à roulettes

18 Nov

 

HPJR_affiche_web-703x1024

Le titre à la fois drôle et provocateur de cette pièce, que vous aurez certainement noté et qui peut-être est la raison pour laquelle vous parcourez ces lignes, donne bien le ton du spectacle. Frédéric Zeitoun est donc un petit homme juif un fauteuil roulant (d’où le titre), connu des gens qui se lèvent tôt en tant que chroniqueur de Télématin et de C’est au programme, également parolier de plusieurs chanteurs français.

Mais le petit homme au sourire bien ancré ne se contente pas d’écrire des chansons pour les autres, il a parfois envie de les chanter. Et puis d’écrire des textes entre les chansons. Pour cela, il a choisi la scène du Petit Hébertot pour ce « 3 en scène » avec la pétillante Cécile Girard, violoncelliste ange gardien (et qui a elle même conçu son seul en scène, Violoncelle sur canapé, actuellement hélas plus à l’affiche) et le faux maladroit accordéoniste Anthony Doux. Et pendant 1h20, il se raconte en tant qu’enfant différent puis adulte différent, sans pathos mais sans faux semblant non plus, avec les hauts et les bas de sa vie. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots