Tag Archives: recrutement

Les réponses standardisées des recruteurs

19 Juil

 

Rz_155a

Crédits image : photo-libre.fr

Malgré la chance inouïe que constitue le fait d’avoir un emploi par ces temps troubles de hausse du chômage, poussée par une insatisfaction croissante à l’égard d’une activité dont le retour sur investissement individuel est à mon sens inférieur aux standards de rentabilité que se fixent les entreprises, j’ai envoyé un nombre très élevé de CVs assortis de lettre de motivation. En pure perte je vous rassure, nonobstant le fait que les réponses reçues m’ont donné l’idée de disserter sur leur absence totale à la fois de créativité et de chaleur humaine.

Évidemment, dans la majorité des cas, une candidature ne donne lieu à aucune réponse, quand bien même l’on a pris la peine, au prix de ruses dignes des animaux les plus astucieux de la jungle, d’adresser ladite candidature à un contact qualifié dont on s’est préalablement assuré par des moyens encore plus créatifs et détournés qu’il s’agit d’une vraie personne encore en poste dans la société. Dans bon nombre de cas également, l’on reçoit un accusé de réception automatisé nous invitant à aller nous faire cuire un œuf au pays de Platon à considérer que sans nouvelles dans un délai de 3 à 4 semaines, l’examen de notre profil n’aura pas été jugé en complète adéquation avec le poste à pourvoir (s’il y a réellement un poste à pourvoir). Néanmoins, le message signifie que notre CV ira pourrir dans le même tiroir que les dizaines de rapports préalables aux réformes commandés par les gouvernements successifs des trente dernières années nourrir la base de données de l’entreprise ou du cabinet de recrutement. Lire la suite

Cher futur employeur

1 Nov

employeur

 

Madame, Monsieur,

Écrire cette lettre très académique ne m’amuse pas beaucoup, surtout sur mon temps de loisir déjà réduit, et la recevoir ne vous amuse sans doute pas plus.

Je vais vous dire que mon expérience fait de moi une personne merveilleuse et parfaitement adaptée à votre organisation. Je vous détaillerai ensuite mes compétences et faits d’armes pour tenter de vous convaincre que je suis bien cette personne dynamique, créative, surimpliquée et passionnée par votre métier que vous cherchez sans le savoir. Lire la suite

Candidature à pourvoir : Consultante manager en management du consulting

13 Oct

consultant

Il m’arrive régulièrement en tant que « jeune cadre active de la génération 3.0 » (ne me demandez pas ce que ces mots accolés veulent dire, séparément je sais que jeune veut normalement dire moins de 30 ans, qu’un cadre est un objet servant à exposer des images, qu’active est un adjectif désignant une personne qui fait autre chose que larver sur son canapé, qu’une génération est une notion approximative désignant selon le cas des gens nés dans un intervalle de 5 ans, de 10 ans ou de 25 ans et que 3.0 est approximativement égal à  Pi-0,14159265359), bon après cette parenthèse, vous avez sans doute oublié le début de cette phrase qui n’arrive pas à la cheville de celles de José Saramago, donc je reprends : il m’arrive, disais-je, en tant que « jeune cadre active de la génération 3.0 » de recevoir ou de consulter volontairement des offres d’emploi (oui, toutes ces digressions pour une chute aussi banale, je sais, c’est décevant, mais enfin que voulez-vous, c’est la crise sur ce blog aussi, et je crée du contenu avec les moyens du bord qui ne sont pas bien élevés en cette période post-rentrée avec des impôts à payer avant d’embrayer sur les cadeaux de Noël, bref, évitez de trop vous plaindre).

Après cette introduction dont on peut dire en étant gentil qu’elle frise l’imbitable lourdingue, je souhaiterais donc parler de ces annonces que je vois régulièrement passer, et qui ne me semblent guère plus légères que ma phrase précédente. Évidemment, l’objectivité me force à admettre que dans certains cas hélas trop rares, on comprend à peu près ce qui est attendu des futurs candidats et que ces attentes sont réalistes. Mais dans de nombreux autres cas, on se demande si l’on a ressuscité feu le célèbre pipotron tant les termes sont vagues et ressemblent au chapitre 1 du recrutement pour les nuls, ou s’il s’agit du rêve éveillé d’un plaisantin qui souhaiterait un mix entre James Bond, Einstein, Barack Obama et Chateaubriand réunis dans un corps éternellement jeune.

Ayant un certain goût pour l’absurde d’une part, et pour l’humour d’autre part, j’ai donc décidé de poster à mon tour une annonce sur le même modèle que celles que j’ai pu lire (tout forçage de trait éhonté est bien entendu purement volontaire).

Titre : consultante manager en management du conseil (j’ai en effet une affection particulière pour le titre de consultante que je n’ai hélas jamais réussi à obtenir durant ma carrière encore courte). Lire la suite

De la polyvalence

18 Déc

polyvalence

Nous sommes actuellement, et vous ne l’ignorez pas, dans une crise très importante de l’emploi en France, qui ne cesse de s’accélérer depuis 2011, mais qui a démarré dès la crise de 2008-2009. En effet, si nous avons bénéficié d’une petite accalmie entre deux tempêtes, globalement les tensions ne se sont pas relâchées. Les entreprises qui avaient gelé leurs embauches lors de la première crise n’ont pas recruté massivement en 2010 et 2011, et celles qui ne l’avaient pas fait ont généralement pillé d’un coup quand elles n’ont pas détruit d’emplois au cours des deux dernières années.

Or, étonnamment, malgré le nombre accru de demandeurs d’emploi et de salariés en poste qui souhaiteraient être mobiles mais restent en place du fait du contexte actuel, les entreprises ne semblent pas avoir plus de facilités à embaucher. Lire la suite

Velouté

1 Déc

BWfED49CMAAcbmx.png large

Après la découverte de « la Visite » , j’ai souhaité poursuivre dans mon exploration de l’univers de Victor Haïm avec cette fois-ci Velouté, qui explore encore une fois les jeux de pouvoir, apparemment le fond de commerce (ou d’inspiration) de cet auteur de théâtre prolixe. Jonathan, trompettiste ayan raté sa vocation, se présente donc pour un entretien d’embauche, on ne saura d’ailleurs jamais vraiment pour quel poste. Et est accueilli avec une chaleur et un enthousiasme extraordinaires par le recruteur qui semble s’être pris de sympathie pour lui. Il apprend d’ailleurs qu’il n’est plus en compétition qu’avec un seul autre candidat.

Prête à se battre pour décrocher le job, il fera donc tout son possible pour convaincre, au fil des entretiens, malgré les sautes d’humeur et de ton de celui qui le reçoit, don la gentillesse apparente de prime abord était un peu trop belle pour être vraie. Lire la suite

Manager, une vraie fonction

28 Nov
Crédits : photo-libre.fr

Crédits : photo-libre.fr

Cela fait déjà quelque temps (trop à mon goût) que je ne vous ai pas entretenu sur le monde de l’entreprise. Vous l’aurez sans doute compris pour ceux qui ont lu mes précédents articles sur le sujet, ce qui s’y passe m’intéresse pour de multiples raisons qui mériteraient un article à elles seules. Cela dit, ce n’est pas de cela que je souhaite parler ce soir mais de management et de managers. Parce que le système actuel, en tout cas en France, est catastrophique. Combien d’entre nous ne se plaignent pas au moins une fois par semaine de leur(s) manager(s) ? Les « mon n+1 est un connard » ou « mon n+2 n’écoute rien » sont légion aujourd’hui, et rien ne semble hélas présager d’une amélioration. Certes, nous avons cette mentalité de râleurs qui nous fait cracher facilement les uns sur les autres, et là le manager est une cible toute désignée, même si globalement, nous n’en sommes pas non plus trop mécontents (un conseil, si vous êtes franchement contents de votre n+1, faites-le lui comprendre ça l’encouragera à rester). Pour autant, il existe un vrai problème avec le système tel qu’il est pensé.

Déjà ce terme de manager que l’on emploie parce que tout simplement c’est un concept qui ne semble pas être français. Penchons-nous donc sur sa traduction. Littéralement, « to manage » signifie gérer. Le manager serait donc un gestionnaire. On sent bien qu’il manque là quelque chose, si l’on considère que sa tâche est simplement de veiller à gérer ce qui constituerait son actif, à savoir un certain montant de ressources financières et un certain volume d’heures de travail en vue d’obtenir une production. Il manque là la dimension relationnelle du poste. Essayons maintenant avec ce fameux N+1/1,5/2/2,5 etc. (oui, nous aimons beaucoup les échelons hiérarchiques en France). Donc N représente le ou les individu(s) situé(s) sur le même palier que vous, et au palier du dessus, vous avez les +1, les +1,5 etc., ce qui fait que le manager devient un « homme banal » qui est posté à l’entresol, sur la mezzanine ou à l’étage du dessus. Bref qu’il n’est pas votre voisin et que pour lui parler il faut sonner à la porte. Ça ne dit pas grand-chose de son rôle non plus, mais il a certainement une vue plus agréable que la vôtre depuis son bureau. Lire la suite

Chers recruteurs

9 Fév

Chers mesdames et messieurs les recruteurs,

Depuis des années déjà, vous publiez des annonces dans la presse ou sur Internet, dans lesquelles, bien souvent, ne figurent ni le nom de l’entreprise, ni sa localisation géographique précise. Ces annonces sont également très évasives sur le salaire proposé pour le poste, lorsque par chance il y est fait allusion. Et je ne parle même pas des indications sur la taille de l’équipe au sein de laquelle le candidat à cette annonce sera amené à travailler, ni de l’ambiance qui peut y régner, élément pourtant fondamental puisque, est-il besoin de le rappeler, le futur salarié passera tout de même entre 8 et 12 heures avec ces dites personnes, entre 218 et 230 jours par an. Il est également extrêmement compliqué à la lecture des quelques paragraphes servant à décrire le poste et le profil attendu, de savoir si l’entreprise dispose d’un projet, d’une stratégie, et de valeurs pouvant susciter l’adhésion. Toutes les personnes cherchant en emploi vous sont néanmoins reconnaissantes de consentir à définir le poste à occuper, au moins dans les grandes lignes.

Vous listez ensuite une liste de compétences et de diplômes que vous souhaitez voir apparaître sur les CV que vous recevrez. Il est étonnant de voir à quel point vous parvenez soudainement, lorsque vous en venez à cette partie, à faire preuve d’une précision hors normes dans votre expression. Il semblerait toutefois que certains parmi vous soient assez mal renseignés sur la réalité du marché de l’emploi. En même temps, il apparaissait déjà dans le début de votre texte, que vous étiez aussi peu au fait de la réalité de l’entreprise qui fait appel à vos services. A ce titre, je me permets de vous signaler que les technico-commerciaux ayant suivi une formation d’ingénieur, âgés de moins de 30 ans, parlant 4 langues, désireux de passer 4 nuits par semaine dans un hôtel de ZAC pour un salaire dépassant de peu celui d’un ouvrier des usines Ford dans les années 20, n’existe pas. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots