Tag Archives: Studio Hébertot

L’abattage rituel de Gorge Mastromas

2 Mar

gorge mastromas

 

Si je devais décrire « l’abattage rituel de Gorge Mastromas » en une phrase, je dirais que « c’est complètement barré et cynique et c’est ce que j’ai adoré ». Il se trouve que j’ai plutôt tendance à trop écrire que pas assez et que donc, je ne me contenterai pas d’une seule phrase. Mais c’est la fin de la semaine, vous êtes sans doute fatigués, et vous pouvez donc si vous le souhaitez vous contenter de cela pour décider d’aller ou non voir cette pièce.

Pour les plus courageux qui souhaitent en savoir plus, le rideau s’ouvre donc sur 6 personnages en pantalon et vestes noirs avec des masques d’animaux avec à leur pieds un homme nu en position fœtale (que les âmes prudes se rassurent, il utilise un t-shirt en guise de feuille de vigne, l’honneur est donc sauf et tant pis pour les âmes non prudes) qui donnent tout de suite le ton : à savoir que ce spectacle ne s’adresse pas aux amateurs exclusifs de classiques joués en costume d’époque (ndlr : je peux aussi prendre beaucoup de plaisir à voir des classiques joués en costume d’époque, simplement pas exclusivement). Lire la suite

Publicités

Compartiment fumeuses

18 Fév

compartiment fumeuses

 

Compartiment fumeuses, c’est l’histoire de deux femmes que tout semble opposer, et qui se retrouvent l’une face à l’autre dans l’étroitesse d’une cellule de prison. Suzanne de Ploumenec est une jeune femme bretonne solide, fière d’être fille de chalutier, mais également voleuse multi-récidiviste et prompte à s’enflammer. Blandine de Neuville est une femme d’un certain âge, sophistiquée, aux allures bourgeoises et aux jambes frêles, parlant le français irréprochable qu’elle a toujours cherché à enseigner à ses élèves. Bien que n’ayant pas encore été jugée dans le procès pour le meurtre d’un homme dont on découvrira plus tard l’identité, elle partage faute de place son nouveau domicile avec cette « habituée des lieux » qui y fait des séjours réguliers depuis dix ans. Lire la suite

L’oiseau bleu

18 Mai

oiseau bleu

Nous connaissons tous plus ou moins Jacques Prévert, ne serait-ce que pour avoir appris un ou plusieurs de ses poèmes lorsque nous usions nos fonds de culotte sur les bancs de l’école primaire. L’on connaît souvent moins Joseph Kosma, son ami musicien, qui a mis plusieurs de ces textes, connus et moins connus, en mélodie. 40 ans après la mort du premier et pas loin de 50 ans après le décès du second, Catherine Morrisson a voulu faire revivre l’univers de ce génie des mots, en y mêlant les notes harmonieuses du compositeur. Lire la suite

Comtesse de Ségur née Rostopchine

13 Mai

quf227a9_1cf3b049fe8f45d4b65c02549654a789~mv2

Comme de nombreux enfants avant et après moi, mon enfance a été marquée par une plongée régulière dans les livres de la Comtesse de Ségur, des Malheurs de Sophie au Général Dourakine, en passant entre autres par les Mémoires d’un âne, Pauvre Blaise et Un bon petit diable. Mais de la femme qui se cachait derrière toutes ces œuvres que je jugeai alors magique, je n’ai jamais énormément su, en dehors des exploits de son célèbre pair le général russe Fédor Rostopchine face à la tentative d’invasion napoléonienne. Lire la suite

Gelsomina

22 Juin

9ecf78_8d625b36cdd244a6a857779c87a4d3df

Parfois, au théâtre, il y en a qui choisissent la simplicité lorsqu’ils décident de quel texte ils vont joue, et ils ont raison parce que la simplicité, avec une jolie interprétation et de l’émotion, cela peut être très joli. Et puis, parfois, il y en a qui préfèrent se confronter à la complexité. Nina Karacosta fait incontestablement partie de cette deuxième catégorie. Et la complexité, c’est bien aussi, surtout quand on a une détermination sans faille, que l’on aime travailler, et que l’on a, il faut le dire, ce petit truc en plus que l’on nomme le talent. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots