Tag Archives: théâtre des déchargeurs

L’autre fille

18 Nov

Lautrefille crédit crédit Julien Piffaut

Crédit photo : Julien Piffaut

 

 

Les histoires de famille sont souvent difficiles à bien raconter. Particulièrement quand elles touchent au non-dit et à ses conséquences. Et plus encore lorsqu’une enfant devenue adulte doit trouver les mots pour décrire son ressenti du temps où elle n’était pas adulte. Annie Ernaux fait partie des autrices capables de décrire cet intime, avec une justesse qui force l’admiration. Dans cette lettre à sa sœur qu’elle n’a jamais connue, elle dissèque cette absence. Avec émotion et raison mêlées, avec tristesse et sans pathos. Avec curiosité mais sans désir voyeuriste. Lire la suite

Publicités

Providence

12 Avr

providence

 

 

Assister à une première est toujours à la fois excitant et complexe. Parce que la première, tout comme la dernière, sont très différentes de toutes les autres représentations. La première parce que les comédiens se confrontent pour la première fois à un public, et aussi parce que généralement, la règle veut qu’il reste encore des détails à régler (par expérience, on n’a jamais assez de temps pour répéter et tout mettre au point avant cette fameuse date butoir). Et la dernière pour des raisons très différentes de nostalgie déjà présente de laisser derrière soi une jolie aventure. S’agissant de Providence, j’étais donc présente lors de ce « point zéro » du spectacle. Qui s’accorde bien avec le sujet puisqu’il y est question du fameux « ground zero », autrement dit du jour où les tristement célèbres twin towers se sont effondrées avec ce dramatique acte terroriste. Lire la suite

Piccolo (on court)

5 Juil

vignette_piccolo_0

Il est difficile de parler d’un spectacle plein de charme et dont le charme se vit plus qu’il ne se dit. Il est donc difficile de parler de ces 5 comédiens chanteurs a capella venus de Nancy que sont Laurent Deffaux, Emmanuelle Guillot-Droulé, Etienne Guillot, Christophe Raymond et Raphaël Saur. Le diapason toujours à portée de main, ils nous emmènent tous les cinq dans leurs univers.

Et ces univers sont nombreux. Nourris par 20 ans d’existence de ce groupe qui a choisi pour l’occasion une vingtaine de séquences chantées. Avec des hommes en costard et des hommes en bleu de travail, de l’amour et du désamour, des disputes et des réconciliations, des paroles originales sur des airs connus, des paroles connues sur des airs originaux. Lire la suite

Les banquiers

24 Mai

A2_OFF_2016.indd

Habituellement, entre scandales à répétition et dégraissages massifs des conseillers de clientèle, la banque n’a pas tendance à faire beaucoup rire. Encore moins lorsque l’on évoque la Suisse, paradis en voie progressive d’extinction au profit d’autres contrées ayant des noms de chapeaux et aimant le papier. Enfin, cela, c’est habituellement. Parce que lorsque l’on réunit un écrivain prolixe (Nicolas Haut) et un ex-banquier apparemment repenti (Matthias-Leonhard Lang) venus d’Hélvétie, que l’on y ajoute un comédien ayant suivi une grande partie de sa formation à Genève (Derek Robin), cela donne un cocktail qui, loin du tragique, déchaîne les zygomatiques. Lire la suite

Faire danser les alligators sur la Flûte de Pan

21 Déc

danser-alligators170

Deux semaines consécutives au Théâtre de l’Oeuvre pour découvrir deux écrivains dont je ne connaissais rien ou presque. Après les Nuits Blanches d’Haruki Murakami, c’est cette fois Louis-Ferdinand Céline lui-même qui était à l’honneur, dans une pièce initialement montée au Théâtre des Déchargeurs et qui fait donc son chemin hors les murs. Je sais, c’est la culture française et je devrais avoir honte. Mais j’avoue ne pas avoir lu « Voyage au bout de la nuit »ni « Mort à crédit », ni les pamphlets du très controversé auteur (et médecin). Pas plus que Proust, Sartre, Gide et Colette, et encore bien d’autres. Que celui qui a vraiment tout lu me jette la première encyclopédie Universalis.

Enfin, que mes amis comme moi ignorants se rassurent, ce spectacle est tout à fait adapté à un public non averti. Il n’en est même que plus passionnant, puisque l’on y arrive vierge de tout présupposé sur celui qui est manifestement connu tout autant pour son génie littéraire que pour ses positions antisémites sous l’Occupation. Et c’est bien ce personnage là que l’on découvre dans un numéro d’acteur totalement époustouflant. Lire la suite

Les règles du savoir-vivre dans la société moderne

22 Juin

regles-savoir-vivre-societe-moderne_297782

Lorsque l’on aime pourfendre les mauvaises manières dans le métro ou ailleurs et que l’on est attaché aux civilités, quel comportement pourrait-il être plus logique que de se précipiter aux journées portes ouvertes du Théâtre des Déchargeurs pour voir une pièce s’appelant « Les règles sur savoir-vivre dans la société moderne » ? Il est d’ailleurs à noter que la pratique d’ouvrir ses portes aux spectateurs pour leur faire découvrir une partie de la saison à venir en avant-première relève d’un savoir-vivre très agréable de la part de cette sympathique salle qui offre toujours une programmation de belle qualité.

Revenons tout de même à notre sujet principal et à l’interprétation de ce texte du sieur Jean-Luc Lagarce, qui a dû trouver amusant le contraste entre son nom de famille et le sujet traité. Et c’est un acteur ayant fait le choix du seul en scène pour nous délivrer ces règles de bienséance, l’excellent Martin Juvanon du Vachat, dont les « possible », « probable », « envisageable » resteront longtemps gravés dans ma mémoire. Lire la suite

Joyeux anniversaire quand même

15 Juin

Olivier, homme solitaire plus ou moins décidé à ne pas se laisser prendre de nouveau au piège de l’amour, héberge Loulou pour une semaine, la petite sœur de son amie Clarisse, qui sort elle aussi d’un chagrin d’amour. La demoiselle ne tient en effet pas à aller observer ses neveux et le couple de sa sœur et leur bonheur dégoulinant. Elle ne tient pas non plus à retourner pleurer chez ses parents. Seulement, Loulou est volubile, bordélique, et ne reste pas en place, ce qui perturbe un peu l’équilibre bien établi du célibataire endurci qui cherche d’abord à la mettre dehors avant de se laisser convaincre de tenir sa promesse d’hébergement. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots