Tag Archives: Thibaut Marchand

En apesanteur

29 Oct

Affiche vierge 2018

 

 

Après le succès de leur pièce Un macchabée dans la baignoire, Leah Marciano et Thibaut Marchand ont récidivé en co-écrivant une nouvelle comédie, « en apesanteur ». Un 31 décembre, Benjamin, jeune avocat arrogant qui repasse chez lui avant de ressortir, se retrouve dans l’ascenseur avec Zoé, auteure de livres pour enfants, qui vient fêter le réveillon dans l’immeuble. L’ascenseur tombe en panne et Bernard, le réparateur, fait savoir aux deux jeunes gens qu’il leur faudra patienter 4 heures avant qu’il ne puisse intervenir. Lire la suite

Publicités

Un macchabée dans la baignoire

22 Mar

affiche-compressee

 

Il y a quelques temps, j’étais allée voir la fabuleuse pièce Blondie et Brunette au Proscénium co-écrite par Leah Marciano et interprétée entre autres par Thibaut Marchand. Eh bien, j’ai récidivé en allant voir « un macchabée dans la baignoire », toujours au Proscénium, cette fois-ci écrite par Thibaut Marchand et mise en scène par Leah Marciano. Je pense qu’ils devaient être tous les deux fans des jeux de chaises musicales dans leur prime jeunesse, l’explication est certainement là. Et ils ont eu raison de continuer avec le jeu de chaises théâtral.

Changement de style toutefois, puisque de l’histoire d’amitié, l’on passe à celle, comme le titre de la pièce l’indique, d’un cadavre à dissimuler. Max, artiste contemporain raté à ses heures perdues (et ses œuvres valent le détour), enfin remis de sa rupture et se préparant pour un premier rendez-vous galant avec Nora, une charmante demoiselle récemment rencontrée, voit son ex débarquer chez lui avec un homme ensanglanté et décédé qu’elle vient d’écraser avec une voiture volée. Lire la suite

Blondie et Brunette

22 Nov

blondie b

Le côté merveilleux de Paris, c’est de pouvoir découvrir des trésors au fond des impasses. Et il en est de même pour le spectacle vivant. C’est ainsi que j’ai passé un samedi soir dans la salle du Proscénium, bien cachée des regards dans le petit passage du Bureau, du côté du métro Charonne, aux anciens sièges de cinéma grands et confortables (ce qui n’est pas donné à toutes les salles). La pièce s’ouvre donc dans l’ambiance paisible d’un salon cossu où Lexie et Lili, amies de toujours ayant désormais un âge pouvant être qualifié d’avancé sans ambiguïté, devisent en buvant le thé (ou un sherry, j’avoue ne plus trop me souvenir de ce détail) lorsqu’arrivent les petits enfants de Lexie. Mais très vite, l’une des deux fait un malaise et est conduite chez le médecin. Pendant ce temps-là, Lou retrace à l’aide du journal intime de sa grand-mère l’histoire de cette incroyable amitié ayant traversé les décennies mieux qu’un très grand cru de vin.

Ces deux-là se sont connues à 20 ans dans un bar, lorsque Lexie, la blonde, s’est enfuie de son essayage de robe de mariée, dépitée d’épouser sous la pression parentale un homme ne lui procurant aucun sentiment. Dès ce premier échange, la folie et l’aplomb de Lili, femme photographe indépendante à une époque où peu lui ressemblent, contaminent Lexie, qui se libère du carcan familial portée par l’énergie de son amie. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots