Tag Archives: voyage

Au gré du vent

31 Déc

vent

Ndlr : l’action de cette petite histoire se déroule à Londres, mais par souci de ne pas faire frémir les personnes natives ou bilingues, aucun anglicisme ni tentative de réalisme absolu sur cette ville

Depuis aussi loin qu’elle pouvait s’en souvenir, Judith aimait ce musée Elle s’y sentait bien et venait régulièrement s’y ressourcer. Les collections lui étaient devenues familières au fil de ses visites, à tel point qu’elle repérait d’un coup d’œil chaque nouvelle acquisition et qu’il était rare que son œil la trompât. L’atmosphère si particulière du V&A de Londres ne lassait pas de la séduire et de l’aspirer vers ce lieu. En trois ans passés dans cette ville, elle avait bien dû s’y rendre plus d’une trentaine de fois, la gratuité de l’entrée la poussant pour ainsi dire « à la consommation » d’œuvres.

En plus de l’attirance qu’elle éprouvait pour ces meubles de diverses époques, le rayon des ferronneries, les costumes de cinéma, les sculpture gréco-romaines et autres trésors étonnant dont recelait le musée de Victoria & Albert, elle y trouvait l’espace que les loyers de cette cité bouillonnante ne lui permettaient pas d’avoir dans le micro-studio qu’elle s’était résolue à louer à prix d’or après une année de colocation mouvementée. Ce samedi-là, elle était donc venue une énième fois se perdre dans ce labyrinthe et rêvasser, comme à son habitude. Lire la suite

De l’art du voyage

15 Août

Stockholm (49) Kunstradgarden

Cette fois, les grandes vacances sont là. Trois semaines bienvenues, surtout avec ce soleil qui nous gratifie de sa présence. Exit l’open space, les dossiers et la nourriture de cantine, bonjour les grands espaces, les bouquins qui prennent la poussière à force de n’être pas ouverts et les bons plats cuisinés maison. Et, si comme moi vous avez la chance de quitter votre domicile pour découvrir d’autres horizons, bonjour aussi au voyage.

Un voyage imprévu et impromptu pour ma part, mes premiers jours de villégiature devant initialement se dérouler dans la famille d’une amie. Qui a retiré son invitation sans crier gare. Les vacances, c’est aussi cela : s’adapter au changement et improviser. Décidée à ne pas me laisser abattre et après avoir cherché sans succès compte tenu du délai un plan de remplacement, j’ai opté pour une solution simple : puisque je me trouvais au milieu d’une farce caustique, nul meilleur endroit que le pays du flegme et de l’humour cynique. Direction l’Eurostar et la capitale qui m’avait déjà séduite lors de deux trop rapides week-ends passés là-bas.

Le voyage commence. Sans avoir rien préparé. Un premier défi pour une hyper-planificatrice. Comme quoi quand on veut, on a toujours le pouvoir d’évoluer, ou au moins de laisser en vacances ses tendances les plus ancrées. L’avantage aussi de ne pas partir dans un lieu totalement inconnu, dont on a déjà visité les « must see ». Arrivée sans encombres donc, incontournable file d’attente pour l’achat de mon titre de transport et me voilà fin prête pour ce petit séjour dont j’avais envie depuis longtemps. Un vrai break. Dans une belle ville (chassez la citadine, elle revient en métro) dont l’apparence m’avait séduite et que j’avais envie de mieux connaître. Autrement que par ses principaux points d’attrait. Et ces quelques jours passés ont été merveilleux. Un voyage dans tous les sens du terme. Un moment magique, suspendu. Que je présumerais par la formule : « voyager, c’est s’éloigner de son quotidien pour mieux se rapprocher de soi ».

Il y a plein d’autres manières de voyager, seul, à deux ami(e)s, en couple, en famille, entre copains, à chacun et chacune de trouver celle qui lui convient au moment du départ. Parfois, il suffit d’un rien pour être ailleurs, nul besoin de sillonner la Chine ou de découvrir le Groenland à la période la plus froide, lieux qui sont sûrement fantastiques. Comme on dit, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse, et le voyage, c’est surtout un état d’esprit. Lire la suite

Passeport pour la bonne humeur

13 Fév

Récemment, j’ai été renouveler mon passeport, ce qui est plutôt une bonne chose parce que cela sent bon l’envol vers les vacances qui aura lieu dans quelques semaines. Mais l’objet de ce court billet n’est pas de vous narguer au milieu de l’hiver que je suis moi-même encore solidairement en train de traverser avec vous avec une peau dont la blancheur n’a rien à envier à la neige que nous avons récemment vu débarquer sur nos trottoirs.

Je constate simplement que le passeport n’est plus (eh oui, tout fout le camp, c’est la crise). Parce qu’il faut le dire, j’aimais bien mon ancien passeport. Déjà parce qu’il y avait quelques jolis tampons dessus. Pas tellement, c’est vrai, parce que je me suis essentiellement déplacée en Europe. Mais quelques uns quand même. Et les contempler me permettait l’espace d’un instant de me prendre pour une sorte d’aventurière (que je ne suis pas, il faut bien le reconnaître), et me plongeait dans un certain exotisme. Enfin, sur ce point, vous pourrez à raison m’objecter que toutes ces pages désormais vides ne demandent qu’à recevoir le cachet de quelque improbable poste de douane niché à l’autre bout du monde.

Mais ce qui me chagrine vraiment, ce sont les normes du passeport biométrique. Parce que plus encore que les noms des lieux visités, c’est la photo que j’aimais bien sur mon passeport. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots