Archive | Humeurs du jour – moyens et bons moments RSS feed for this section

Récit d’un départ – épisode 1

20 Avr

dpart

 

Comme certains d’entre vous le savent, comme d’autres l’ignorent, j’ai quitté mon entreprise l’an dernier. Sans avoir un emploi derrière, et ce malgré les plus de 3 millions de chômeurs de catégorie A déjà inscrits à Pôle Emploi. Cela faisait longtemps que je voulais écrire sur cette étape de ma vie. J’en avais d’ailleurs esquissé quelques mots ici plusieurs mois avant de m’en aller, alors que j’étais encore totalement immergée dans une atmosphère qui petit à petit me rongeais. Simplement, je savais aussi qu’il me faudrait du temps avant d’être capable de parler de cette période. Et qu’un billet n’y suffirait pas, d’où cet « épisode 1 », sans savoir si l’épisode 2 et les suivants viendront dans 10 jours, dans 10 mois ou dans 10 ans.

A l’heure de l’entamer, j’avoue d’ailleurs que je ne sais pas précisément par quoi ni comment entamer le récit d’un processus qui, d’une certaine manière, suit encore son cours. Je dirais simplement, parce qu’il faut bien une entrée en matière, que je suis semblable à ces personnes que l’on voit régulièrement dans les reportages à la télévision ou dans les magazines depuis déjà plusieurs années : une personne qui, à un moment, a cessé de cadrer avec le système de son organisation. Ce qui, en tant que salariée, est déjà problématique, mais qui l’est plus encore en tant que salariée « cadre ». Mon cas n’est (hélas) pas original, comme le prouvent justement les reportages évoqués précédemment. Et pourtant, comme il s’agit de MON cas, j’y attache naturellement une plus grande importance qu’à ceux des trop nombreuses autres personnes qui ont vécu la même chose, ou qui sont actuellement en train de la vivre. Lire la suite

Publicités

Vivre l’acceptation

2 Fév

meditation

La vie est faite, on le sait tous en théorie, de hauts et de bas. Enoncer cette lapalissade peut paraître candide. Et pourtant, malgré notre connaissance de cet adage, lorsque des évènements imprévus surviennent, il est rarement aussi évident qu’on le pensait, lorsque l’on ose se l’avouer, d’y faire face avec sérénité.

Y compris d’ailleurs lorsque ces surprises sont positives, malgré une intégration généralement plus facile. Parce que les cadeaux tombés du ciel peuvent nous obliger à des transformations parfois bien plus profondes que les mauvais coups que l’on avait plus ou moins anticipés. Lire la suite

Cinquième bloguiversaire : cinq émotions

8 Nov

five

 

 

Cinq ans déjà que je trempe ma plume dans le chocolat. J’ai l’impression que c’était à la fois hier et il y a vingt ans que je me lançais sur un coup de clavier dans cette aventure un peu folle de « devenir blogueuse ».

Le temps a donc passé, le temps m’a aussi souvent manqué pour écrire autant que je l’aurais souhaité, en particulier durant cette cinquième année. Mais ce blog fait toujours partie de moi. Et pour cette cinquième bougie et ce 555ème billet (promis je n’ai pas fait exprès), je vais revenir sur 5 moments qui m’ont marquée. Lire la suite

Le monde merveilleux des clubs de sport

28 Août

80

Source : photo-libre.fr

 

Au cours du printemps, succombant à mes tendances consuméristes et à une offre d’abonnement excessivement intéressante, je me suis inscrite dans un club de sport. N’allez surtout pas en déduire que je suis sportive ou que je pourrais le devenir (même si en l’occurrence je dois désormais assumer en amortissant un minimum cet investissement irréfléchi). Toujours est-il que l’approche de l’été, le pourcentage de réduction sur le bon d’inscription rappelant les meilleures offres des soldes et une fâcheuse tendance à vouloir m’acheter une conscience m’ont précipitée dans la gueule du tapis de course et des cours de body pump (et ont du même coup fait dangereusement grimper mon degré de bobo-itude, la prochaine étape étant l’appartement dans le dernier quartier hype en cours de gentrification, pourvu que j’en réchappe…).

Depuis trois mois, je découvre donc, non sans étonnement, l’univers clubo-sportif et ses spécificités. Précision utile tout de même, bien que ma principale activité physique consiste toujours à courir après les bus, les métros et les RER, j’avais tout de même déjà chaussé une paire de running avant 2017 et fait 2-3 abdo-fessiers avant d’ouvrir mes chakras pendant un cours de pilates. Mais jamais jusqu’à présent je n’étais sortie du cadre associatif pour « m’entraîner dans une salle ». Et force est de constater que les gymnases municipaux diffèrent à bien des égards des dites salles. Lire la suite

Le mois des 30 sourires

1 Avr

14aSource : photo-libre.fr

Après quelques temps à parler de sujets un peu graves entre deux chroniques de théâtre, et puisque nous sommes le 1er avril, il me semble assez à propos de se détendre un peu. Et malgré  ma propension régulière à critiquer les articles se résumant à des listes souvent vite écrites, j’assume mon ambivalence en cédant à la facilité de vous livrer ma propre liste. Avec 30 des petites occasions que la vie offre de sourire pour les 30 jours de ce mois de printemps. Et je serai ravie si vous y ajoutez les vôtres :

Sourire 1 : lire ou relire un post-it épinglé sur le frigo avec une parole d’auto-encouragement

Sourire 2 : se réveiller avant que le réveil ne sonne et en forme

Sourire 3 : grimacer exagérément pour amuser la galerie et se réjouir de l’effet produit

Sourire 4 : quelqu’un vous cède généreusement la priorité pour la place assise dans les transports en commun

Sourire 5 : acheter la dernière viennoise au chocolat (ou autre gourmandise) restante chez le boulanger le matin

Lire la suite

Une page qui se tourne

27 Fév

img_20151116_175952128

La vie est souvent considérée, par les littéraires surtout, comme un roman qui s’écrit mot après mot, phrase après phrase, page après page, chapitre après chapitre. Pour autant, il arrive qu’elle échappe à cette vision bien structurée, et que certaines pages ou certains chapitres soient très voire trop dense tandis que d’autres tirent en longueur de telle façon qu’on aurait presque envie, si l’on était un lecteur extérieur, de fermer le livre et de suivre le roman d’un autre vivant.

Simplement, nous ne sommes pas des lecteurs extérieurs de nos propres vies, nous sommes bien le personnage central de « ce livre dont vous êtes le héros / l’héroïne » (non, pas la drogue je vous vois venir vils petits plaisantins). Et nous vivons donc en direct le suspense, les rebondissements et les lenteurs associés à nos choix et à leurs conséquences. Et également les changements relatifs aux évènements qui s’imposent à nous. Parfois sans qu’il ait été possible de les anticiper, ou parfois plus insidieusement, qu’ils soient agréables ou désagréables. Lire la suite

Quelques réflexions sur l’amour

22 Jan
51

Crédits : photo-libre.fr

J’ai longuement hésité avant d’écrire ce billet sur l’amour (amoureux, précisions tout de suite le sujet). Parce que je ne connais de l’amour que ce que j’ai pu en ressentir et parce que ce que je ressens n’est pas forcément dicible. Par besoin évident de pudeur évidemment, mais aussi parce que les mots, si bien choisis soient-ils – et je ne prétends pas savoir bien les choisir – ne sauront jamais retranscrire avec exactitude toute la beauté et la complexité de ce que l’on peut vivre dans une relation à un autre à la fois si étranger et si proche.

Vous noterez à la lecture de ce premier paragraphe que mes réflexions initiales commencent par plein de parce que, et par aucun pourquoi ou comment. Il me semble que c’est là que figure le mystère de l’amour que l’on peut porter à un autre que l’on a choisi. Dans ce pourquoi auquel on n’aura jamais entièrement la réponse. Auquel on peut répondre tous ces parce que qui émergeaient dans mes premières phrases : parce que j’étais disponible pour cette rencontre, parce que l’autre est captivant / beau / qu’il a ce petit quelque chose de pétillant, parce que – même si ce n’est pas glorieux – j’étais seul(e), parce que nous avons des points communs, parce que nos projets de vie se rejoignent… Autant d’explications qui contiennent toutes une part de vérité sans qu’aucune ne soit complète. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots