Archive | Poésie RSS feed for this section

Petit éloge des timides

17 Mai

 

timide

 

Vous avez sûrement dès votre tendre enfance,

Croisé des camarades champions du silence,

Des discrets, des taiseux, des qui s’expriment peu,

Des qui ne servent pas de discours sirupeux,

Que l’on prend volontiers pour des quidams candides,

Qu’en cent mots comme en un, on appelle timides. Lire la suite

Publicités

2018, c’est le(s) (12) pied(s)

2 Jan

fleurs 2018

Pour l’an deux mille dix huit, je voudrais vous souhaiter,

De l’amour à foison, des rires et la santé.

Que la bise de janvier soit assortie d’étreintes,

Que le froid février point trop ne vous éreinte,

Que mars vous comble de tout avec en prime cent balles,

Qu’en avril florissant, vous profitiez des bals,

Que mai et son muguet réjouissent votre cœur,

Que juin vous aide bien à dépasser vos peurs,

Qu’en juillet le soleil vienne vous abreuver,

Qu’août et ses longs congés vous aident à rêver,

Que septembre vous apporte son lot de nouveautés,

Qu’octobre soit un mois de convivialité,

Qu’en novembre l’automne brille de mille couleurs,

Qu’en décembre les fêtes soient emplies de bonheurs.

Très bonne année ! Happy new year !

 

 

Espoir du soir

15 Déc

Londres Août 2013 (1043)

A certaines périodes, hélas bien malgré soi,

On se sent moins en forme, on erre un peu, l’air las,

On peine à ressentir de délicieux émois,

Le diapason refuse de nous donner le la.

Pour contrer l’amertume de cette humeur sournoise,

On cherche à regoûter aux douceurs de la vie,

Le chocolat fondu sur la tarte vergeoise,

Et autres menus plaisirs qui comblent nos envies. Lire la suite

Une conférence sociale en hiatus

9 Juil

Un jour un président eut une fameuse idée :
Entendant de son peuple beaucoup de plaintes vocales,
Il se dit qu’il pourrait sans doute se faire aider,
Et décida de créer une conférence sociale

Ce grand rassemblement aurait lieu chaque été
Et servirait de base à des négociations
Avec les syndicats et collectivités.
Il mit plein de passion dans l’organisation. Lire la suite

Poéphéméride

14 Fév
poephemeride
Si tu es heureux ou si tu es moins heureux
Arrête-toi là où que tu sois pour te poser
Inspire l’air qui vient à toi par grandes bolées
Note les sentiments que tu as en cet instant
Tends les bras en l’air en direction des cieux
Va où tes pensées te guident sans questionnement
Allège-toi de ce que tu portes inutilement
Libère-toi de ces impératifs qui ne sont pas les tiens
Engage-toi dans les projets qui te motivent vraiment
N’hésite pas à sortir de ta zone de confort
Tenter de réaliser ses rêves rend toujours plus fort
Imagine cet après ou ce nouveau début
N’aie plus peur, joli cœur, tu t’approches du but

Les mots me manquent

1 Sep

CIMG3261

Les mots se sont installés au cœur de mon existence,

Ils apparaissent pour en faire jaillir l’essence,

Leur présence aide à expliciter le sens,

De chaque joie ou peine, de chaque expérience.

Mais parfois les mots s’échappent,

De temps à autre l’émotion les happe,

Il ne sert à rien alors d’invoquer leur retour,

Lorsqu’envahis par les sentiments ils sont partis faire un tour.

Devant certains évènements ma pensée en effet louvoie,

Me laissant désespérément sans voix,

Frappée par la violence de ce qui se déroule sous mon regard,

Heurtée par des phrases atroces prononcées d’un air hagard.

J’aimerais tant alors trouver LA bonne réplique,

Avant que la laideur à nouveau ne me pique

De cette méchanceté acerbe et gratuite

Devant laquelle la seule issue sera finalement la fuite.

Mais même en m’éloignant de ces personnes atroces,

Qui ne conçoivent la vie qu’en se montrant féroces,

Le désordre provoqué en moi par la cruelle scène

Ne cesse de me trotter dans la tête, obscène.

Après cette agression, je cherche à évacuer la douleur,

Me défouler, crier, laisser sortir mes pleurs,

Surtout ne pas chercher à enterrer ma peine,

Au risque qu’un jour elle irrigue toutes mes veines.

Garder pour soi ses souffrances parce qu’on ne sait pas les exprimer

Conduit à agir comme un opprimé et à trop se renfermer,

A défaut de savoir les nommer je préfère les laisser déborder,

Pour pouvoir revenir à de saines idées.

Lorsque survient enfin ce bienheureux moment,

Celui d’un authentique apaisement,

Les lettres se rassemblent pour former de belles phrases

Faisant définitivement du passé table rase.

C’est alors que se rouvre une période sereine,

Où la joie de nouveau devient reine.

Mais là aussi les mots peuvent me manquer

Au fond de mon palais ils peuvent rester bloqués.

Lorsque je contemple un beau coucher de soleil,

Et que toutes ces couleurs mêlées m’émerveillent,

Quand je découvre une rue ou un bâtiment fantastique,

Ou lorsqu’avec un être aimé je partage des minutes magiques.

Dans ces temps suspendus que je voudrais éternels,

Où le silence sublime cet instant passionnel,

Décrire ce que je ressens n’a que peu d’importance,

L’essentiel est pour moi de savourer ma chance,

En souriant et gravant ce souvenir dans ma mémoire,

Ce bonheur qui sera décisif dans mon histoire.

Je n’ai pas peur de le dire : j’aime la ville

28 Mar

Châtelet Tour Saint Jacques 26 août (37)

Tandis qu’il est d’usage de vanter la beauté
Des montagnes enneigées et de la mer l’été
Je voudrais, pour ma part, donner un peu de voix
Aux boulevards, aux avenues, aux rues et autres voies
Aux pavés et trottoirs qui ornent nos cités
Et me plongent, les foulant, dans la félicité.
Car oui, j’ose le dire, je suis un rat des villes
L’espace urbain et moi vivons une belle idylle ;
J’aime aller découvrir, partant à l’aventure
Les merveilles cachées de son architecture
Et allant plus avant par esprit de bravade
Tomber en pâmoison devant une belle façade. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots