Archive | Où je divague et fais mes gammes RSS feed for this section

L’absence de guerre

20 Jan

absence de guerre

 

L’absence de guerre nous emmène dans les arcanes d’une campagne politique, en croisant plusieurs disciplines artistiques, sous l’impulsion du collectif InVivo dont l’objet est d’explorer de nouvelles formes de spectacle vivant. Le dispositif scénique utilise donc à la fois l’espace plateau, qui est surplombé d’un écran de cinéma, un 2ème espace de jeu visible directement en fond de scène mais en quelque sorte « séparé » par un plexiglas, et les coulisses du théâtre, où les comédiens sont suivis par un caméraman en permanence, avec une retransmission en live sur l’écran sus-cité. J’avais déjà eu l’occasion d’assister à des spectacles mêlant vidéo et jeu, mais soit avec une vraie paroi séparant les acteurs du public, soit avec une caméra maniée par les comédiens eux-mêmes. Ici, le fait de vraiment garder l’interaction avec les comédiens, et d’avoir un cameraman au cœur du dispositif, en très grande cohésion avec ceux qu’ils filment, montre vraiment l’intérêt de cette recherche multidisciplinaire. Le seul « inconvénient » pour les spectateurs, si l’on peut le qualifier ainsi, est d’avoir « trop de choses » à voir, ce à quoi ils s’habituent néanmoins sans problème. Lire la suite

Publicités

Lettres à Nour

13 Déc

lettres nour

 

Depuis quelques années, le théâtre s’est saisi de l’actualité malheureusement tragique du terrorisme islamiste. Cela avait été le cas de Djihad, de Mon ange, et de certainement bien d’autres pièces que je n’ai pas eu l’occasion de voir. Avec ces lettres à Nour, adaptée de son roman « Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ? », Rachid Benzine, l’auteur, nous présente encore un autre regard sur la radicalisation. Sous forme de correspondance, il y fait dialoguer, ou plutôt débattre un père enseignant, philosophe musulman assez libéral (toute ressemblance avec l’auteur n’est sans doute pas fortuite), avec sa fille Nour, partie à 20 ans à Falloujah en Irak épouser Akram, un lieutenant de Daech, et se joindre à son combat. Lire la suite

Lettre aux personnalités politiques de mauvaise volonté

3 Déc

 

 

Chère personnalité politique de mauvaise volonté,

Avant toutes choses, il importe de préciser que je vous qualifie de chère non pas pour signifier que vous m’êtes précieuse, mais plutôt que vos propos ont un coût élevé en énergie négative gaspillée à écouter vos propos et/ou en monnaie sonnante et trébuchante pour financer vos brillantes idées inefficaces. Pour me présenter, je suis une citoyenne comme il en existe tant d’autres, ni particulièrement engagée dans la vie de la cité, ni en rébellion face à l’action politique, dont j’estime qu’elle peut être constructive, raison pour laquelle je continue à voter systématiquement avec de moins en moins d’illusions hélas sur l’utilité de l’accomplissement de ce devoir citoyen. Lire la suite

L’amour dans tous ses états

18 Nov

 0x1200x15925-or

 

 

Comme son nom l’indique avec une entière transparence, « l’amour dans tous ses états » est un spectacle qui traite de l’ensemble des phases par lesquelles peut passer un couple, de la rencontre jusqu’à… toute la question est justement là ! Parce qu’il ne s’agit pas d’une pièce classique comme il en existe déjà énormément sur vicissitudes du couple, mais d’une création originale et interactive qui parle ouvertement de psychologie.

L’on y fait la connaissance de Céline et André, qui eux aussi commencent par faire connaissance sous nos yeux lors d’un premier rendez-vous où leur franc parler respectif fait des étincelles… Lire la suite

Valjean

5 Nov

valjean 2

Adapter un roman aussi riche et dense que les Misérables au théâtre est un exercice complexe et potentiellement dangereux. Ce défi n’a pas effrayé Christophe Delessart, qui, comme beaucoup de lecteurs de cette œuvre magistrale, a été séduit par la force à la fois des personnages et des mots de Victor Hugo. Il y a 30 ans, ce comédien qui n’avait alors que 23 ans décide de raconter l’œuvre à travers les yeux de ce personnage à la fois héroïque et énigmatique qu’est Jean Valjean. Bien des années plus tard, il décide de reprendre ce texte, pour le plus grand plaisir des amateurs du grand auteur de cette fresque. Lire la suite

Fuck America

30 Août

affiche-FA-1-360x540

 

La Manufacture des Abbesses a comme à son habitude décidé de faire preuve d’audace et d’originalité dans sa programmation en accueillant la compagnie du Théâtre du Rictus, laquelle se définit comme « explorant à travers de textes contemporains les mythes fondateurs de notre civilisation ». Deux pièces de cette troupe des Pays de la Loire sont ainsi à l’affiche : Asphalt Jungle de Sylvain Levey et Fuck America d’Edgar Hilsenrath, auteur connu avant tout pour avoir écrit « le nazi et le barbier ».  Bien que très différentes, ces deux spectacles semblent (j’insiste bien sur le verbe sembler puisque je n’en ai vu qu’un) avoir en commun de jouer à la fois sur la noirceur et l’humour, et d’inviter le public à se questionner sur notre époque.

Dans « Fuck America », l’on fait la connaissance de Jakob Bronsky, qui, en 1952, 13 ans après sa première demande au consulat américain pour fuir le nazisme, peut enfin quitter l’Europe pour débarquer à Ellis Island. Ayant ainsi survécu aux ghettos nazis sans jamais préciser comment – en grande partie parce qu’il cherche à occulter cette période plus que sombre –, il découvrira assez rapidement que New York ne permet pas à tous ses habitants de goûter au fameux rêve américain. Lire la suite

Jack l’éventreur de Whitechapel

20 Jan

Jack

 

Lorsque l’on parle de comédies musicales, on pense immédiatement à Londres ou à New York et à leurs productions extraordinaires. Et il est souvent difficile d’imaginer que l’on puisse transposer le concept chacun à son idée. C’est pourtant le défi que s’est lancée l’équipe de Musidrama avec cette production qui nous emmène justement à Londres, dans le modeste quartier de Whitechapel, où l’argent ne coule pas à flots et où les conflits sont fréquents mais où l’on se serre les coudes malgré tout. Notamment parmi les filles de joie qui monnaient leurs charmes pour 2 pennies qu’elles vont le plus souvent dépenser au bistrot de Bonnie. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots