Archive | Où je divague et fais mes gammes RSS feed for this section

5ème Flemmardise interrogative : la grossesse

14 Juil

Alors que le fait de me poser des questions est une seconde nature, je prends conscience que cela fait 4 ans déjà que je m’abstiens de vous les partager. Abstention qui ironiquement ne va pas sans rappeler la dernière flemmardise interrogative qui portait sur les élections, au lendemain même des régionales et des départementales qui ont-elles-mêmes enregistré un record de désaffection.

Rompant donc avec la politique qui ne fait que trop jaser ces derniers temps, quand elle n’est pas source d’embrouilles et de polémiques entre proches et moins proches, je vous propose, quelques mois après  la naissance de notre miracle de 2020, de revenir, avec un mélange d’humour et de défoulement exutoire, sur cette période qui fait beaucoup parler celles et ceux qui ne la vivent pas qu’est la grossesse :

Lire la suite

Lettre aux femmes courageuses

8 Mar

Chères femmes courageuses,

Je voulais vous dire, en cette journée particulière où l’on célèbre votre courage, tout autant que l’on réalise qu’aussi admirable qu’il soit, il va en falloir encore beaucoup pour que « les femmes » obtiennent le même respect et les mêmes libertés que les hommes, que je vous admire. Vous qui avez été au premier rang des luttes pour l’éducation des filles, pour le droit de vote des femmes, contre l’exploitation, contre le mariage forcé, pour le respect des choix de vie au péril de votre vie ou au prix de l’enfermement. Vous aussi qui les avez menées à votre échelle, discrètement, et qui avez permis peut-être à une seule fille de devenir une femme épanouie ou à une seule femme de sortir d’un carcan intenable, ou à 2 ou à 10, vous méritez que l’on vous rende hommage.   

Lire la suite

Lettre à la fraîcheur

31 Juil

31243133673_1530764a1b_c

 

Chère fraîcheur,

Je tenais à m’adresser à toi aujourd’hui, car tu es visiblement partie en vacances pour une destination très très lointaine, y compris de l’Arctique à laquelle tu sembles manquer plus encore qu’au reste du monde. Cela fait désormais des semaines que l’on ne t’a pas réellement vue réapparaître puisque tu sembles avoir décider de t’éloigner au moment même où la moitié de la population mondiale s’est vue confiner à cause de la maladie de l’année qui ne cesse de changer de nom mais hélas pas de niveau de dangerosité. Lire la suite

Gangrène, une histoire d’amour

17 Juil

Capture d’écran 2020-05-18 à 17.15.02. 

 

J’ai longuement hésité à écrire cet article sur le blog. Parce que même s’il est « éclectique », entre chroniques de spectacles, billets d’humeur, réflexions sur le monde professionnel, poèmes et mini-histoires, j’ai toujours souhaité éviter d’y parler de mes lectures. La peur de mettre le doigt dans un engrenage que je ne souhaite pas. A laquelle s’ajoute la difficulté à bien parler de ce que je ressens en tant que lectrice et l’envie plus globale de ne justement pas en parler. Lire la suite

La malédiction des livraisons

10 Juil

Illustration of package delivery worldwide with delivery person., HD wallpaper

 

Le confinement a suscité de nombreux débats sur les ventes en ligne, et notamment sur le côté éthique de consommer, en exposant ainsi des livreurs au virus pour des achats souvent non essentiels (hors courses alimentaires bien sûr). A fortiori quand les sites sur lesquels étaient passées les commandes n’étaient pas réputés pour leur politique sociale, ni envers leurs salariés, ni envers les sociétés de livraison auxquels ils sous-traitaient l’acheminement des colis. Certain.e.s estimant que l’aspect sanitaire devait primer, d’autres que les livreurs bien que précaires avaient besoin du revenu procuré par leur activité (et, au-delà de ça, que beaucoup d’entreprises risquaient la liquidation judiciaire sans le soutien des commandes en ligne). Lire la suite

Lettre aux mâles de bonne volonté

26 Avr

 

5572111094_2b072d58ce_o

 

Chers mâles de bonne volonté,

J’aurais-je préféré écrire directement « chers hommes de bonne volonté » pour vous nommer car le terme d’homme est sans contexte plus doux et positif. J’ai voulu en employant cet autre terme que vous sachiez sans équivoque que je m’adressais bien à vous, humains de genre masculin soucieux d’agir au mieux dans votre existence, car l’on parle trop peu souvent de vous, alors même que l’on devrait s’intéresser à ceux que vous êtes, heureusement très nombreux, à contribuer, avec le concours des femmes de bonne volonté, à rendre ce monde plus joli. J’ai envie d’oser penser que vous êtes largement majoritaires, cependant ne disposant pas de statistiques officielles, je n’oserais m’aventurer sur ce terrain qui pourrait certainement susciter la polémique, tant sur les critères de recensement que sur la fiabilité des chiffres avancés. Je me contente donc de souligner que vous n’êtes pas des robinsons perdus sur une île de mâles mal lunés, mais que vous êtes bien présents et souvent pas assez visibles hélas, supplantés en termes de médiatisation par les susnommés. Lire la suite

Lettre à la nouvelle année

5 Jan

 DSC02730

 

 

Chère nouvelle année,

Je n’ai pas écrit à ton ami barbu de Laponie au mois de décembre qui était déjà fort occupé à confectionner des joies, ni à ton autre ami qui loge dans une lampe à huile orientale en métal, lui aussi ayant fort à faire avec tous les personnages de contes voulant s’emparer de lui. Je me suis dit qu’étant encore une inconnue avec tes seulement 5 jours d’existence, tu étais certainement encore en forme et assez idéaliste pour recevoir les vœux très nombreux qui te sont adressés et vouloir les satisfaire. J’espère sincèrement que tu n’es pas déjà blasée et usée, ni effrayée par l’ampleur de tout ce que tu auras à accomplir pour les 361 prochains jours. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots