Archive | janvier, 2019

Ma chanson de Roland

31 Jan

ma-chanson-de-roland

 

Être « fille » ou « fils de » va souvent de pair avec l’idée que l’on n’est pas tout à fait comme les autres. Evidemment, ce présupposé peut se révéler erroné, beaucoup de célébrités ayant une vie familiale assez classique, là où des anonymes vivent pour leur part au sein de leur foyer la part de rocambolesque qu’ils n’ont pas en dehors. Dans le cas d’Ariane Dubillard, il s’avère cependant que l’extraordinaire, bon comme mauvais, n’est pas qu’une représentation de l’esprit. La fille du dramaturge célèbre notamment pour ses Diablogues avait ainsi amplement matière à parler de ce lien à la fois si fort et si complexe avec son père, dans cette chanson, ou plutôt cet hymne qu’elle lui dédie. Lire la suite

Publicités

20 ans en 2020

30 Jan

20 ans

 

Loin des évocations musicales dont le titre de ce spectacle semble porteur pour les mélomanes aux goûts désuets amateurs de feu Pierre Bachelet (toute ressemblance avec une autrice de blog serait purement fortuite), 20 ans en 2020 ne parle ni de poser ses valises et ses cantines en fer sur un coin de banquise (qui de toute façon est en train de fondre), ni de se laver les dents avec des refrains. Et le jeune vingtenaire que l’on y découvre ne cherche pas non plus à brûler sa vie sans savoir où il va. Ce n’est pas pour autant qu’il a trouvé cette fameuse direction où aller sur sa boussole de jeune diplômé en quête d’une insertion dans un monde professionnel peu accueillant. Lire la suite

L’absence de guerre

20 Jan

absence de guerre

 

L’absence de guerre nous emmène dans les arcanes d’une campagne politique, en croisant plusieurs disciplines artistiques, sous l’impulsion du collectif InVivo dont l’objet est d’explorer de nouvelles formes de spectacle vivant. Le dispositif scénique utilise donc à la fois l’espace plateau, qui est surplombé d’un écran de cinéma, un 2ème espace de jeu visible directement en fond de scène mais en quelque sorte « séparé » par un plexiglas, et les coulisses du théâtre, où les comédiens sont suivis par un caméraman en permanence, avec une retransmission en live sur l’écran sus-cité. J’avais déjà eu l’occasion d’assister à des spectacles mêlant vidéo et jeu, mais soit avec une vraie paroi séparant les acteurs du public, soit avec une caméra maniée par les comédiens eux-mêmes. Ici, le fait de vraiment garder l’interaction avec les comédiens, et d’avoir un cameraman au cœur du dispositif, en très grande cohésion avec ceux qu’ils filment, montre vraiment l’intérêt de cette recherche multidisciplinaire. Le seul « inconvénient » pour les spectateurs, si l’on peut le qualifier ainsi, est d’avoir « trop de choses » à voir, ce à quoi ils s’habituent néanmoins sans problème. Lire la suite

Comment j’ai dressé un escargot sur tes seins

20 Jan

sortie-haut_nb

Crédits photo : Philippe Hanula 

 

Le nom de Matéi Visniec est sans doute inconnu d’une grande majorité d’entre vous, mais cet auteur franco roumain de 62 ans a écrit plus d’une trentaine de pièces de théâtre, 4 romans et plusieurs recueils de poésie. Ecrivant dans un contexte politique mouvementé, ses œuvres engagées, dénonçant les totalitarismes, lui ont valu de devenir un auteur interdit en 1987, date à laquelle il demande l’asile politique en France et rédige sa thèse universitaire sur la résistance culturelle en Europe de l’Est à l’ère communiste. Lire la suite

Gardiennes

2 Jan

gardiennes

 

A la sortie du spectacle Gardiennes, Fanny Cabon, l’auteur et l’interprète de cette pièce, est venue saluer un public trop peu nombreux et a demandé aux quelques personnes présentes ce qui les avait conduites dans cette petite salle. Une réponse a émergé presque à l’unisson : le hasard. Et une réflexion très (trop) juste de sa part : il n’y a pas de hasard. Après réflexion, je pense qu’elle avait entièrement raison : c’est bien l’envie de sortir au théâtre qui nous avait menés ce jour là à cet endroit-là. Mais le choix d’un spectacle qui parle des femmes comme le fait Gardiennes ne peut pas tenir entièrement du hasard. Lire la suite

Jeff Panacloc contre-attaque

1 Jan

Jeff Panacloc

 

On pourrait résumer mon rapport à Jeff Panacloc par une expression du type « je n’aime pas (trop) le one-man show mais ça j’aime bien ». Comme certainement beaucoup d’entre vous, j’ai fait la connaissance de l’humoriste ventriloque et de sa marionnette singe sans filtre à la télévision. C’est également devant le petit écran que j’ai rigolé du début à la fin devant la captation de son premier spectacle. Grande amatrice de cet humour qui ne plaît sans doute pas à tout le monde, mais à moi si, j’ai eu le bonheur de découvrir des places pour aller l’applaudir dans mes souliers à Noël. Lire la suite

Un réveillon inattendu

1 Jan

 

 

Le soir du 31 décembre, Thibault avait décidé de rester seul chez lui. Habituellement, il aimait sortir, surtout en cette date symbolique, lancer des cotillons en embrassant ses amis après le décompte des 10 secondes avant minuit, faire la fête une ultime fois pour l’année qui s’achevait. Il appréciait ces moments, et il aurait pu répondre positivement aux deux invitations qui lui avaient été faites, mais il fallait plus de deux heures de route ou de train pour se rendre sur place, et il avait poliment décliné, l’année ayant déjà été intense et les déplacements pour Noël ayant achevé de le fatiguer. A cinquante-six ans, il se sentait autorisé à « jouer les vieux » de temps à autre, quand bien même cela lui valait quelques moqueries.

Il avait tout préparé pour passer une soirée calme et agréable, était passé chez le traiteur pour ne pas avoir à cuisiner et avait sorti 2 DVD de la pile de films encore sous blister qui grossissait depuis plusieurs années, au gré des cadeaux et des passages par une célèbre enseigne lorsqu’il allait acheter des romans et se laissait tenter au passage. Il s’était même octroyé une petite sieste pour veiller tard, et, à défaut d’être aux côtés de ses amis, répondre à leurs messages de vœux d’après les embrassades et les dernières bouteilles de champagne. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots