Circo Zoé

3 Août

Arrivés au mois d’août, le festival d’Avignon terminé, les artistes sont désormais en vacances et beaucoup de scènes parisiennes ont fermé leurs portes pour des vacances bien méritées. L’offre de spectacles est donc réduite à une version très minimaliste, la plupart des spectacles demeurant à l’affiche étant au spectacle ce que le cubis est au vin : du gros lourd qui tâche. Mais malgré tout, et heureusement, pour ceux qui savent bien fouiner, il y a encore moyen de se divertir. C’est ainsi que je me suis rendue hier Porte des Lilas, au Cirque Electrique. Un véritable voyage, dans tous les sens du terme. D’abord, pour y arriver : il m’a fallu emprunter la ligne 7b du métro, micro ligne improbable traversant le Danube pour arriver à une place des Fêtes. De là changement pour la ligne 11 menant à Porte des Lilas. Pour arriver une centaine de mètres plus loin sur la place du Marquis de Vercors, où est installé le Cirque Electrique, lieu sympathique et original, où l’on peut déguster une boisson bien fraîche au bar terrasse en attendant le spectacle.

 Photo0420

Et actuellement, le chapiteau accueille Circo Zoé, une compagnie franco-italienne réunissant six circassiens et un musicien, qui a su créer un véritable univers. Ne serait-ce que par le décor, venu d’ailleurs. Un vélo en bois situé au-dessus de l’entrée des artistes, une vieille malle, une échelle à l’ancienne, un mât de bateau, et ce rite un peu solennel où vous êtes accueillis par l’un des artistes portant une lanterne d’un autre temps. Dès avant le début du spectacle donc, vous êtes plongés dans un autre univers.

Une fois tout le monde bien installé sur les gradins (je ne vous mentirai pas sur le niveau de confort des bancs, cependant, chose remarquable pour un cirque, ils ont des dossiers), le premier numéro commence sous nos yeux ébahis. Et la magie opère. Au son de l’accordéon, le talent des acrobates se dévoile. Leur originalité aussi. Chacun des 7 artistes a une personnalité bien marquée, et est tout autant comédien qu’équilibriste ou funambule. Chacun aussi porte un costume qui contribue à créer son personnage. Et l’on s’attache à ces rois et reines de la créativité qui arrivent à créer une histoire à travers chaque numéro. Avec des enchaînements travaillés. Comme si chaque scène était un chapitre de leur œuvre.

Il est difficile ici de ne pas trop en dévoiler pour laisser la surprise de la découverte à ceux qui les verront. Mais il y a vraiment une magie dans ce que ces artistes nous présentent. Et une originalité que je n’avais jamais vue. Le violon xylophone, l’exercice d’équilibre sur trapèze bas, la facétie de l’une des deux jeunes femmes dans son numéro de cordes, la pierre suspendue à une corde et la façon extraordinaire dont les artistes l’évitent chaque fois d’une façon différente. Et cet extraordinaire numéro de cerceau qui a bluffé tous les spectateurs, pour ne citer que cela. Pendant donc 1h15 environ, impossible de décoller ses yeux fascinés de tout ce qui se passe sur scène. Un mélange de théâtre et de cirque où personne ne cesse de jouer, jamais (ce qui fait d’ailleurs que l’on en oublie parfois de regarder celui qui fait son numéro, fascinés par les autres). Une chose intéressante également est que l’on ne sent pas comme parfois ailleurs un désir de perfection. Il peut y avoir des hésitations et des micro-erreurs, malgré la qualité technique générale d’un niveau assez fascinant, mais cela s’intègre au spectacle, lui donnant une dimension encore plus humaine. Ce qui fait la poésie et la magie de Circo Zoé d’ailleurs, c’est cette envie qu’ont ces sept charmants énergumènes d’être ensemble pour jouer et faire plaisir à leur public. Et cela fonctionne plus sûrement que la meilleure recette de moelleux au chocolat. Les applaudissements enthousiastes et les sourires béats que l’on voit sur toutes les lèvres en témoignent.

 Photo0449

Si donc vous êtes à Paris ce week-end, vous savez ce qu’il vous reste à faire Aller les voir ou vous en mordre les doigts….

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :