Les deux timides

6 Juin

2 timides

Au milieu des multiples créations contemporaines, il est agréable de temps à autre de se rendre au théâtre pour profiter d’un classique de la comédie, comme le sont devenues la plupart des pièces du célèbre Eugène Labiche. Et pour cette redécouverte, mes pas m’ont conduite sur les traces des « deux timides », pièce interprétée par la jeune compagnie Hisse-et-Eau dans le très agréable quartier de Saint-Michel, juste face au jardin du Luxembourg.

L’histoire est donc celle de Monsieur Thibaudier, homme maladivement timide qui a promis la main de sa fille Cécile à monsieur Garadoux, impressionné par son assurance et son aplomb. Seulement, Cécile apprécie fort peu cet homme très coquet, tandis qu’elle a conçu une inclination très prononcée envers le jeune avocat Jules Frémissin, parti choisi pour elle par sa marraine, et qui l’a séduite par ses manières gauches d’homme impressionné lors du dîner organisé pour qu’ils fassent connaissance il y a trois mois.


Tous les jours depuis cette date, la jeune demoiselle espère donc secrètement la visite de son prétendant, afin qu’il demande sa main à son père. Mais celui-ci ne s’est toujours pas présenté et le temps presse puisque Garadoux s’apprête à publier les bans à la mairie le jour même. Par un heureux hasard, ou sentant peut-être le vent tourner, Frémissin se présente finalement à la porte des Thibaudier. Mais, encore plus maladivement timide que son potentiel futur beau-père, il saisira tous les prétextes possibles pour se défiler, tandis que Thibaudier, embarrassé à l’idée d’affronter Garadoux pour lui dire son refus, fera tout pour empêcher le jeune avocat d’exprimer sa requête. La détermination de la jeune et pas farouche Cécile et la complicité de la bonne suffiront-elles à faire communiquer ces deux hommes faits pour s’entendre tant ils se ressemblent par leur timidité ? Et Thibaudier arrivera-t-il à vaincre sa peur de l’autorité de Garadoux pour satisfaire les élans du cœur de sa fille ?

Evidemment, vous vous doutez qu’après moult péripéties, la fin sera heureuse, mais tout l’intérêt de cette jolie représentation est de goûter au voyage que nous offrent ces cinq sympathiques comédiens. Avec, jolie surprise, quelques chansons inattendues qui soulignent l’intensité dramatique de certains moments. On passe une petite heure sympathique avec ces 5 comédiens qui ne semblent pas trop timides, qui donne envie de redécouvrir d’autres pièces du grand Eugène.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :