Elle(s)

11 Oct

Elles(s) est une magnifique découverte dans cette saison théâtrale si attendue. Un spectacle nécessaire qui parle avec des mots très juste des femmes face à tous les obstacles qu’elles ont du et doivent encore franchir pour être égales en dignité et en intégrité. Un spectacle qui fait entendre ces voix à travers les mots d’un homme qui a su écouter les femmes, Patrick Dray, et grâce à l’interprétation sublime de Camille Remy, avec un parfait dosage d’énergie et de subtilité, de rébellion et de douceur, comme le serait la recette d’un gâteau réussi. J’aurais envie d’arrêter ici ce billet, non par fainéantise, mais parce que tout ce qu’il est important de savoir avant de vous rendre au 100ECS demain (et je l’espère plus tard dans d’autres salles) réside dans ces 3 phrases. Et que, comme à Noël, l’on profite mieux de l’ouverture des cadeaux lorsque l’on ne s’est pas auto-divulgaché la surprise en allant ouvrir le placard en cachette.

Enfin, pour celles et ceux qui souhaitent plus de détails, et qui malheureusement ne seront pas sur la route des salles où Elle(s) se joue, et aussi un peu pour confirmer que je ne verse pas dans la fainéantise, j’ajouterais que la pièce parle d’histoire, d’héritage et de transmission. A travers les portraits choisis de femmes célèbres pour certaines, tombées dans l’oubli ou inconnues pour d’autres, la « grande » et la « petite » histoire s’invitent sur scène. Celle de femmes qui se sont dit que tout leur était possible si elles y croyaient assez fort comme Nelly Bly, celle de femmes qui se sont dit que dire non à la violence était un droit comme Franca Viola, et puis celle des femmes anonymes qui ont un rôle à jouer dans l’émancipation des femmes et la lutte contre ce qu’elles subissent encore hélas à bien des endroits du monde, parfois avec l’aval de la loi, parfois en faisant fi des décisions de justice.

C’est la voix de toutes ces femmes qu’une femme souhaite faire entendre à sa petite fille qui fête son anniversaire. Elle souhaite lui faire comprendre, mais aussi, nous rappeler, à nous public, tout ce qu’il a fallu de détermination pour que les femmes conquièrent une place qui aurait du leur être donnée depuis l’origine. Et Camille Remy excelle à faire entendre ces voix, des générations d’antan et de celles d’aujourd’hui, tout autant que la colère, la peur, la tristesse, la détermination, l’optimisme aussi qui se cachent derrière. Et à nous donner envie de transmettre à notre tour aux jeunes que nous rencontrons et naturellement à nos enfants, fils et filles, la valeur du respect et de l’ouverture à l’autre, et l’impératif de les porter par nos existences.

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :