Believers

20 Juin

Alors qu’une fois de plus, je ne croiserai pas la route du festival d’Avignon au mois de juillet, le festival d’Avignon a eu la bonne idée de venir à moi, ou plutôt au Théâtre Lepic, pour 3 représentations de Believers, écrit par Ken Jaworowski, éditeur au critique au New York Times. C’est la compagnie 6 Thèmes Théâtre et sa fondatrice Aurélie Camus qui en assure la mise en scène et interprète l’un des rôles qui ont eu l’excellente idée de faire découvrir cette pièce au public français. L’histoire d’un couple, Donna et Chris, qui se rencontrent à l’université et construisent leur amour à vingt ans avec de l’eau fraîche, beaucoup de rhétorique, et des rêves de jeunes idéalistes.

Elle étudie la théologie, lui l’art, leurs enfances ont été très différentes, et ce court passé est au cœur de leur complémentarité. Ensemble, ils grandissent et croquent la vie en mangeant des pâtes, le temps que Chris voit sa carrière d’artiste décoller. Vingt ans plus tard, après bien des péripéties, ils découvrent la parentalité, mais l’enfant n’est pas celui qu’ils attendaient. Believers exprime ce contraste entre l’âge des espoirs et le désespoir de l’âge. Et nous amène à réfléchir sur cet amour qui, aussi fort qu’il soit, ne suffit pas toujours à tout affronter.

La mise en scène très réussie nous montre le couple à ces deux âges de la vie sous forme de chassés-croisés, qui apporte de la légèreté sur le présent tout autant qu’elle l’éclaire en donnant à voir le passé de Chris et Donna. L’on s’attendrit ainsi de leurs premiers émois d’étudiants, tout autant que de la profondeur de leur ping-pong verbal sur l’art, la foi (en Dieu et en soi-même) et l’avenir et de leur envie l’un de l’autre corps et cœur, incarnés avec naturel et fraîcheur par Aurélie Camus et Romain Poli. Et l’on tremble plus tard de cette solidité fragilisée, malgré la tendresse, malgré la confiance, malgré la solidité de leur amour, de cet enfermement progressif interprété avec subtilité et intensité par Denis Lefrançois et Anne-Laure Maudet. Il est difficile de retenir les larmes à certains moments, mais c’est précisément ce qui fait la magie du théâtre, celle de secouer le public, de créer des résonnances, et de l’émouvoir plus qu’il n’imagine pouvoir l’être, bref de croire au 6ème art.     

Plus dinfos :

  • Believers, le mardi 21 juin 2022 au Théâtre Lepic, 1 avenue Junot 75018 Paris  
  • Du 7 au 30 juillet au Théâtre La Grand Pavois, 13 Rue Bouquerie, 84000 Avignon
  • https://www.le6themestheatre.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :