Quatrième bloguiversaire – Le temps passe trop vite

8 Nov

berlin-aout-2016-642

Et voilà, déjà 4 ans que l’aventure de ce blog a commencé. La même année, un nouveau locataire s’installait à l’Elysée, tandis que moi, je découvrais en totale néophyte les arcanes de WordPress. Il est fort probable que ledit locataire voit son bail expirer, tandis que moi, je n’ai pas beaucoup de succès à me faire. Si mon cher (en réalité gratuit) hébergeur supprimait mon actuel habillage (ou template dans le jargon approprié) gratuit, ou même disparaissait, je trouverais sans problème un espace pour continuer à digresser, à rendre compte de mes sorties théâtrales et à me prendre de temps à autre pour une micro-novelliste (auteure de micro-nouvelles, ndlr).

Malgré cet enthousiasme toujours présent, malgré le goût de l’écriture et malgré les idées qui ne manquent jamais ou presque, faire « durer » un blog avec les années n’est pas forcément évident. D’abord parce que disons-le franchement, avec le règne de twitter, instragram, snapchat et autres réseaux sociaux, les blogs n’ont plus vraiment le vent en poupe, sauf à être répertoriés comme LE blog de référence sur leur sujet. Ce qui dans le cas précis de celui-ci ne risque pas d’arriver puisqu’il n’a pas de thématique précise, et évolue au gré de mes envies et de mon évolution. Ensuite parce que, paradoxalement, le blog est référencé par les acteurs de la webosphère théâtrale et qu’il m’a fallu un temps d’apprentissage pour apprendre à gérer les invitations reçues invitations reçues avec une attitude qui m’apparaisse juste. Et puis aussi parce que cette année a été très dense, avec de grandes joies, quelques désillusions et un emploi du temps encore plus rempli qu’à l’accoutumée. Et que j’y ai hélas sacrifié un peu la rédaction des billets d’humeur et autres réflexions que j’affectionnais. Comme on dit, il faut savoir choisir ses priorités, et l’écriture en a moins fait partie, bien que toujours présente et toujours vitale.

Une cinquième année s’ouvre donc sur fond d’envie de renouer avec la poésie, les « variations contre », les « variations pour », les flemmardises interrogatives, les coups de gueule, les coups d’amour et les coups de je t’aime (oups je m’emballe à coups de chansons rétro). Elle début aussi sur fond de doutes sur le nombre d’heures qui pourront être dévolues à penser en alexandrins, à m’insurger dans la prose de monsieur Jourdain ou à me laisser emporter par mon inspiration d’apprentie conteuse. Je découvrirai comme vous le résultat dans les prochains mois. Je rempile donc pour un nouveau mandat de 365 jours sans aucun programme. En étant prête toutefois à soumettre chacun de mes billets à votre suffrage.

Et surtout en vous remerciant de vous laisser entraîner depuis quelques semaines pour certains et près de 1500 jours pour d’autres dans ce chemin plein d’imprévus que je trace ici. Je vous fais une seule promesse que je sais pouvoir tenir : conserver cette imprévisibilité et cette spontanéité qui font de ce blog un espace d’expression joyeuse.

Publicités

6 Réponses to “Quatrième bloguiversaire – Le temps passe trop vite”

  1. lespintadeaux 22 novembre 2016 à 22:04 #

    4 ans de blog je trouve ça fou !!

    • plumechocolat 23 novembre 2016 à 10:28 #

      ça l’est un peu mais on n’y pense pas vraiment quand on en tient un ^^

  2. deboraconte 8 novembre 2016 à 19:18 #

    JOYEUX BLOGIVERSAIRE

  3. Catherine Hauseux 8 novembre 2016 à 15:06 #

    Joyeux Bloguiversaire alors! Comme pour beaucoup d’autres choses à l’heure du tout accéléré, ce n’est pas parce qu’on ne prend pas toujours le temps de laisser un mot, un commentaire, une réponse, que l’on se prive du plaisir de vous lire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :