Richard III, Loyaulté me lie

14 Nov

arton698-a0e83

Il est parfois des spectacles dont il est difficile de rendre compte tant ils sont atypiques. C’est le cas de l’adaptation du Richard III de Shakespeare par Jean Lambert-wild, professionnel du théâtre touche-à-tout aimant bien aller explorer des chemins improbables en mêlant les disciplines artistiques. Dans un immense décor de fête foraine qui à lui seul vaut le déplacement tant il est incroyable, il nous livre donc sa vision de l’histoire et de la psychologie de ce guerrier conquérant sanguinaire, n’ayant ni pitié ni limites.

Maquillé à la manière d’un pierrot, vêtu d’un pyjama, Jean Lambert-wild nous fait découvrir un homme à la fois monstrueux et tourmenté, qui, de ce fait, montre de temps à autre, malgré sa cruauté, des côtés si ce n’est attachants du moins touchants. Il est admirablement accompagné d’Elodie Bordas, actrice caméléon capable de changer de costume et de voix en quelques secondes et de camper des personnages avec une justesse fascinante, des compagnons de guerre du roi aux veuves éplorées que ce dernier force à l’épouser ou maintient sous sa coupe par la force.

Durant 2 heures donc, tout est prouesses techniques, avec des hologrammes parlants, des attractions foraines et autres surprises, le tout au service d’interprétations totalement remarquables. Tout cela fait de Richard III loyaulté me lie un spectacle à découvrir, incontestablement. Mais, parce que j’exprime exceptionnellement un mais à cet avis émerveillé, à titre personnel de spectatrice en quête perpétuelle de sensible dans le théâtre, cette trop « parfaite perfection » m’a donné un sentiment mitigé, parce que, trop absorbée et fascinée par la forme et le génie de cette mise en scène taillée au millimètre et à la nanoseconde, je n’ai pas réussi à m’approprier ces personnages. Encore une fois, pas par défaut de talent, parce qu’il est rare de voir un travail aussi abouti. Sans doute juste parce que j’ai – et cela n’engage que moi – besoin de plus de simplicité pour me laisser emporter corps et âme. Je ne saurai cependant que vous encourager à vous faire votre propre avis et à profiter de ce spectacle d’une qualité exceptionnelle.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :